Bandes dessinées, Policiers

Gil St André T.1 – Une étrange disparition

« Le lendemain matin en rentrant de son travail, Pierrot est très étonné de ne pas trouver sa copine à la maison. Mort d’inquiétude, il attendra une bonne partie de la journée avant de se rendre au commissariat, où il s’entendra dire qu’en France 10000 à 12000 personnes disparaissent par an… et qu’il doit s’armer de patience. »

Jean-Charles Kraehn, Gil St André T.1 – Une étrange disparition, Éditions Glénat, 1998, p. 5.

Motivations initiales

Cela peut paraître étonnant, mais à l’époque (cette BD a pratiquement 20 ans), les séries policières en BD n’étaient pas si courantes. Achetée 55,50 francs, elle n’a jamais quitté mes étagères. Alors, profitant de l’occasion, c’était le moment de la relire !

Synopsis

Il est 23 heures, à Lyon. Dans un restaurant, un homme parait étrange. Il semble ne pas être tout seul dans sa tête, et les deux personnages semblent discuter de la serveuse. Et, quelques minutes plus tard, alors qu’elle s’apprête à récupérer sa voiture, il l’endort et l’enlève.

Dix jours plus tard, sur les hauteurs de Lyon, Sylvia, la femme de Gil, réalise qu’il ne reste plus de harissa, alors qu’ils attendent des amis pour partager un couscous. Elle décide d’aller en chercher chez « le petit arabe en bas ». Mais elle ne remonte pas, et l’inquiétude monte. Pourtant, le lendemain matin, au commissariat, l’inspecteur insinue que sa femme fait sans doute « une petite déprime existentialiste », qu’elle a du se réfugier « chez une amie ou un parent ». Il lui demande même s’il ne pourrait pas y avoir un amant derrière cette disparition. Bref, il semble n’y avoir pas grand chose à attendre de la police.

Pourtant, rentré chez lui, Gil découvre que quelqu’un est venu récupérer les vêtements et les produits de beauté de Sylvia. Il retrouve également une chaussure à elle à moitié écrasée sur la route. Et une voisine a repéré une voiture bizarre, dont elle a noté le numéro d’immatriculation. Avec ces éléments, il retourne au commissariat, mais l’inspecteur est toujours aussi imperméable. Mais une stagiaire de la police, Djida, rattrape Gil à la sortie du commissariat. Ils semblent bien s’entendre, et enquêtent ensemble… ce qui les mène sur la piste du client du restaurant.

Avis

> L’avis de T

Gil St André, c’est une super série, hyper addictive, que l’on doit, comme Tramp dont il a déjà été question il y  a quelque temps, à Jean-Charles Kraehn. Dès les premières pages, on est plongé dans une intrigue qui va nous emmener de rebondissements en rebondissements. Lorsque Sylvia disparait, Gil se retrouve avec leur fille Sabine et toutes une série de questions restées sans réponses.

La réaction de la police est exactement celle que l’on craint. Le cynisme de l’inspecteur donne envie de se fâcher, et du coup on est de tout cœur avec Gil lorsque, à son deuxième rendez-vous, il s’énerve. Et puis on l’accompagne lorsqu’avec Djida, la jeune stagiaire de la police, il se met à mener l’enquête. Et puis… il ne faut pas raconter toute l’histoire et spoiler, mais il y a des rebondissements, et, notamment, un à la toute fin du premier tome, qui fait que l’on a hâte de pouvoir attaquer la suite.

J’aime beaucoup les dessins, avec un trait fin. Il y a de jolies variations dans l’éclairage. Sur la page 19, par exemple, le haut de la page est très lumineux, avec une vue de l’appartement de Gil et Sylvia (c’est la bulle où Gil découvre que les vêtements de Sylvia ont été emmenés. Le milieu de la page est plus sombre, plus terne, on voit Gil, songeur, sur un quai, le ciel est chargé, probablement à l’image du moral du personnage. Et, pour finir, en bas de page, une vue de Lyon, sous un coup de soleil, à nouveau très lumineux.

Les quatre tomes suivants sont sur les étagères et attendent sagement la relecture. Puis il faudra acheter les suivants, sachant que le tome 12 est annoncé pour début 2018.

D’ailleurs, juste à côté, il y a également trois tomes d’une autre série également sortie à la même période, toujours dans la collection Bulle Noire de Glénat, Oki, souvenirs d’une jeune fille au pair, dont je garde aussi un plutôt bon souvenir, et qu’il faudra que je relise… Mais nous en parlerons plus tard !

IMG_0356

2 réflexions au sujet de “Gil St André T.1 – Une étrange disparition”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s