Manga

Our Summer Love

Chronique de Our Summer Love, de Takeru Furumoto.

« Je venais d’arriver, je n’avais pas encore d’amis… J’avais passé presque la totalité des vacances d’été avec Mizuki et Akari. Il y a 7 ans… Cela n’avait duré que trois mois… Mais j’avais l’impression que cela allait durer toujours… Aujourd’hui encore, c’était les plus beaux jours de ma vie. »

Takeru Furumoto, Our Summer Love, Éditions Delcourt, 2018, p. 13.

Motivations initiales

Et si on s’offrait un petit moment de fraîcheur et de détente avec un manga one shot ? Rien de mieux qu’une histoire courte qui tient sur à peine 200 pages, pour couper un peu des histoires en plusieurs tomes ! 

Synopsis

Kiryu Naoto est un jeune romancier qui commence à connaître le succès. Pour son prochain livre, sur les conseils de son éditeur, Naoto part en repérage sur l’île de Tanegashima, pour assister au lancement d’une fusée. Mais cette île rappelle à notre héros les souvenirs d’un été passé là voila 7 ans : un moment charnière dans sa vie. Dès son arrivée, il retrouve son amie d’enfance, Natsuno Akari, qui lui offre un toit le temps de son séjour. Ensemble, ils vont se remémorer cet été marqué par le décès de la sœur d’Akari : Natsuno Mizuki. Une histoire d’amour tragique avec un fond de folklore japonais.

Avis

Our Summer Love est un manga sans grande prétention, il raconte le souvenir d’une histoire d’amour avec un dénouement tragique, scénario relativement classique, non ?

Mais il n’y a rien de mal à faire du classique à partir du moment où c’est bien raconté.

Dans le cas de Our Summer Love, le challenge est partiellement réussi. L’histoire alterne entre le présent et les flashbacks d’un été passé sept ans plus tôt, une bonne idée permettant de mettre en parallèle les mêmes personnages à deux époques différentes. Là où je trouve que ce manga est une réussite c’est dans le côté superficiel des flashbacks, Naoto et Akari ne nous racontent cet été que de leurs points de vue, avec les effets du temps. Et ce n’est que par ces souvenirs que nous découvrons le personnage de Mizuki, sœur d’Akari et amour de Naoto. Mizuki reste un mystère car elle n’est présentée que par ce qu’elle a bien voulu montrer aux narrateurs. C’est parfois frustrant et cela rend l’arrivée des sentiments amoureux un peu abrupte contrairement au présent où l’alchimie entre Naoto et Akari fonctionne très bien. Leurs interactions sont drôles et touchantes, ce qui prouve que quand l’histoire ne passe pas par le spectre d’un des héros, le tout est mieux raconté, même si parfois il est difficile de savoir qui parle à qui. Il y a de beaux moments d’échange, de convivialité, de réflexion à la limite du contemplatif.

L’autre point important, c’est le décor. Nous sommes sur une île en été, le parfum des vacances arrive-t-il à atteindre nos narines ? Entre plages, mer, glaces et fêtes traditionnelles japonaises, difficile de ne pas voyager. Les décors et la mise en page sont standards et les quelques pleines pages et doubles pages sont très belles et utilisées à des moments forts qui donnent un peu plus de rythme à la narration.

J’ai passé un agréable moment au fil des pages de Our Summer Love, mais, au final, le classicisme du scénario fait qu’il restera en mémoire aussi longtemps qu’un téléfilm de M6.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s