Manga

Mashle – T. 1

Chronique de Mashle – T.1, de Hajime Komoto.

 » Je te rappelle que nous sommes dans une académie de magie ! Un lieu où on apprend la M-A-G-I-E ! Tu saisis ?! Oui mais…Moi la magie, c’est pas trop mon truc… QUE FICHES-TU ICI ALORS ?! C’est clair que ça va pas être de la tarte… »

Hajime Komoto, Mashle – T. 1, Editions Kazé Shonen, 2021, p. 11.

Lire la suite « Mashle – T. 1 »
Drame, Roman

Arbre de l’oubli

Chronique de Arbre de l’oubli, de Nancy Huston.

« Tu ne sais que faire de ton visage, de ta voix, de tes cheveux, de tes seins. Tu as l’impression de faire tâche partout, tout le temps, l’impression de n’être qu’une sorte de maquette ou une esquisse de toi-même, sans savoir comment accéder à la vraie Shayna. »

Nancy Huston, Arbre de l’oubli, Actes Sud, 2021, p. 115.

Motivations 

Arbre de l’oubli est ma cinquième et dernière lecture pour le Prix du Livre France Bleu – Pages des Libraires 2021. 

Synopsis

2016. Afrique, Ouagadougou. Shayna découvre ce continent aux côtés d’Hervé. Elle n’est plus une enfant mais elle reste indécise sur la posture à adopter avec celui-ci, elle croit qu’elle éprouve des sentiments pour lui mais sans savoir si c’est réciproque. 

Mais ce qui perturbe Shayna est bien plus profond, bien plus terrible. Elle porte en elle de nombreuses fêlures que la vie lui a infligées. Elle est tourmentée par des questions au sujet de la procréation, de sa naissance, de sa couleur de peau… Elle est en pleine introspection et elle espère trouver des réponses.

Avis

Féminisme, classes sociales, genre, procréation, racisme, identité, religion, santé mentale… Ce livre aborde de multiples sujets qui sont tous d’une brûlante actualité. Le personnage – Shayna – crée par Nancy Huston est en quête de réponses concernant sa naissance, sa couleur de peau et sa place dans la société, elle est tourmentée et cohabite avec de nombreux démons intérieurs. L’auteure nous embarque pour une introspection un peu particulière sous forme de questions/réponses grâce aux chapitres intercalés qui se complètent et finissent par converger. 

J’ai eu l’impression que ce livre voulait aborder trop de thèmes et que, du coup, on finissait par s’y perdre et par n’en creuser aucun réellement ! Je ne sais pas comment vous l’expliquer précisément : tous ces thèmes abordés ont provoqué chez moi une sorte d’étouffement, en même temps qu’ils m’égaraient… C’était trop pour moi !

Autre point assez négatif pour moi, c’est la présence de nombreux personnages, qui sont juste esquissés, et dont on ne sait finalement quasiment rien. Certes, l’histoire est centrée sur Shayna mais j’aurais bien aimé, par exemple, en savoir plus sur Lili-Rose – sa mère – qui a l’air d’être un personnage abîmé par la vie. Mais je reste sur ma faim, on n’a pas assez de matière pour la découvrir ! Dommage !

Le constat est sans appel. J’ai lu ce livre sans le lire, j’étais là sans y être. Pas le bon moment, pas le bon public. Ce roman est plein de qualités c’est indéniable, il aborde des sujets complexes et tabous, il est écrit de façon très poétique et les mots sont puissants et donnent naissance à une ambiance remplie de colère et de haine. Mais pour moi, la magie n’a pas opéré. 

Jeunesses, Livres jeunesses

Une nuit à Insect’Hôtel

Chronique de Une nuit à Insect’Hôtel, de Claire Schvartz.

« Le maître d’hôtel finit par leur trouver une chambre. Seul hic : elle est toute petite car prévue pour des insectes de taille réduite. Devant leur porte, il ajoute d’une voix grave : « Surtout, restez bien au chaud : le soir, il se passe des trucs bizarres, on parle d’une chose aussi géante que flippante qui hanterait les couloirs… »

Claire Schvartz, Une nuit à Insect’Hôtel, Les Fourmis Rouges, 2021, p. 14-15.

Lire la suite « Une nuit à Insect’Hôtel »
Aventures

Les enfants du Graal – T. 1

Chronique de Les enfants du Graal – T. 1 Les enfants du Graal, de Peter Berling.

« Mais celui qui cherche la vérité peut aussi prier Dieu qu’il lui permette de lire dans le grand livre de l’Histoire. Dieu n’écrit pas avec l’encre des scribentes, mais avec la vie des êtres humains et des peuples. »

Peter Berling, Les enfants du Graal – T. 1 Les enfants du Graal, Bragelonne, 2021, p. 183.

Lire la suite « Les enfants du Graal – T. 1 »
Drame, Humour, Roman

Kérozène

Chronique de Kérozène, d’Adeline Dieudonné.

« Une station-service le long de l’autoroute. Une nuit d’été. Si l’on exclut toujours les cadavres, mais qu’on compte bien le cheval, il n’y a maintenant plus que onze personnes présentes à cette heure précise.

D’autres arriveront. Toutes repartiront. Ici on ne fait que passer. »

Adeline Dieudonné, Kérozène, Éditions L’iconoclaste, 2021, p. 268.

Motivations 

Un des romans de la sélection du Prix du Livre France Bleu – Page des Libraires 2021. J’avais lu et bien aimé le livre précédent de l’auteur, ce second roman allait-il être à la hauteur de mes espérances ?

Synopsis

Ils ne se connaissent pas et pourtant, ils ont tous un point commun, être au même moment au même endroit, c’est-à-dire dans une station-service sur une aire d’autoroute.

Ils sont quinze, si on compte le cheval et le cadavre à l’arrière d’un gros Hummer noir. Quinze protagonistes ayant une histoire particulière. Une histoire allant de la plus touchante à la plus ubuesque voire complètement dingue.

Ils ne le savent pas encore mais dans quelques instants tout va basculer…

Avis 

Ubuesque, perché, marrant : ce sont bien les mots qui pourraient coller parfaitement à ce roman ! Je ne savais pas à quoi m’attendre eh bien je peux vous dire que j’ai pris un sacré coup de froid dans le bas des reins et limite j’en redemande !

Adeline Dieudonné met encore une fois la barre très haut avec cette histoire et elle ne laisse pas son lectorat indifférent. C’est tout ou rien, soit on embarque avec elle pour suivre le destin tragique de ces quinze personnes soit on reste en rade sur l’aire d’autoroute et rien ne décolle… Pour ma part, l’auteure a réussi à me prendre par la main et à m’emmener précisément là où elle voulait. J’ai carrément dévoré son nouveau roman le temps d’un trajet en TGV entre Paris et Nancy, avec le monde qui ne tournait plus autour de moi.

J’ai ri, j’ai halluciné, j’ai eu de la peine et surtout j’ai accroché à ce roman même si, longtemps, il paraît être totalement décousu de sens. En effet, dans ce roman chorale, nous croisons chacun des personnages une seule fois – exception faite de la belle Victoire -. Ils semblent avoir un seul point commun, cette fameuse station d’autoroute. Il faut attendre la dernière page – et même le dernier paragraphe – pour que les pierres s’imbriquent et que tout prenne sens, je trouve ça explosif comme façon de faire.

C’est complètement perché comme roman. Parfois, j’ai eu l’impression qu’Adeline Dieudonné pouvait être une digne héritière de Tarantino. La plume est cinglante, tranchante, au scalpel. C’est acéré, on ne ressort pas indemne de ce roman qui explore la complexité et la noirceur de la nature humaine. Il y a un petit côté voyeurisme dans cette histoire, une phrase du type « je te vois » qui ressort de toutes les pages du roman. C’est glauque !

Ce livre à mi-chemin entre le roman et le recueil de nouvelles prouve encore une fois le talent d’Adeline Dieudonné et me laisse imaginer qu’elle nous promet de grandes et belles choses pour l’avenir !

On a tous nos petits secrets mais, rassurez-moi, vous ne planquez pas un cadavre dans votre coffre ?

Bandes dessinées, Roman graphique

Le chœur des femmes

Chronique de Le chœur des femmes, d’Aude Mermilliod, d’après Martin Winckler.

« – Les situations d’intersexualité sont des variantes au développement sexuel, pas des maladies. Des variantes qui compliquent beaucoup la vie en raison des conventions sociales, culturelles ou religieuses. Mais vous n’êtes ni malade ni un monstre, et ne laissez personne dire une chose pareille à votre sujet ! »

Aude Mermilliod, Le chœur des femmes, Le Lombard, 2021, p. 156.

Lire la suite « Le chœur des femmes »
Drame, Roman

On était des poissons

Chronique de On était des poissons, de Nathalie Kuperman.

« J’étais, à ce moment précis, sans émotion. Et, si j’essaie de retrouver la trace d’un sentiment, je crois que j’étais fière d’appartenir à la race des poissons. C’était l’un des derniers cadeaux que m’offrait ma mère en me hissant jusqu’à elle avant qu’elle ne me lâche et que je ne m’enfonce dans des eaux vertigineusement profondes. »

Nathalie Kuperman, On était des poissons, Flammarion, 2021, p.98.

Lire la suite « On était des poissons »
Jeunesses, Livres jeunesses

La piscine magique

Chronique de La piscine magique, de Carl Norac et Clothilde Delacroix.

« – Je vais vous révéler son secret ! Montez sur le plongeoir, très chère, avancez-vous ! Au moment de sauter, faites un vœu et, en un mot, bien fort, criez-le ! Là, vous verrez, c’est fou : l’eau de la piscine va se transformer et votre vœu sera réalisé. Chiche ? »

Carl Norac et Clothilde Delacroix, La piscine magique, Didier Jeunesse, 2017, p. 14.

Lire la suite « La piscine magique »
Essai, Sciences & techniques, Témoignages

Démontage, détournement, dérision

Chronique de Démontage, détournement, dérision, de Gilles Boenisch.

« La connaissance se structure ainsi autour de ce qu’on ne sait pas, un non-savoir qui n’est pas que de l’ignorance, mais ce « pas encore » auquel nous sommes soumis en permanence. Chaque nouveau problème résolu entraîne l’apparition de nouvelles énigmes, de sorte que le processus d’apprentissage, de fabrication, de création nous apparaît constamment par l’essai-erreur et le tâtonnement, glisse puis se multiplie. »

Gilles Boenisch, Démontage, détournement, dérision. La « défaite » numérique, Panacotta, 2019, p. 39.

Lire la suite « Démontage, détournement, dérision »
Roman

Tant qu’il reste des îles

Chronique de Tant qu’il reste des îles, de Martin Dumont.

« – C’est pas rien, une île… C’est un bout de terre planté au milieu de l’océan. Un caillou peut-être, mais avec la mer autour. Un truc magique, un endroit d’où tu ne peux pas te barrer comme ça, juste sur un coup de tête. Et même pour la rejoindre d’ailleurs ! Une île, ça se mérite. Faut prouver qu’on est digne de l’atteindre, faut être à la hauteur. Bon, je ne suis pas idiot, je sais bien qu’aujourd’hui avec les bateaux ou même l’hélico qui te transporte en un quart d’heure, ça veut plus dire grand-chose. Mais quand même, si tu construis un pont, tu détruis tout non ? Moi je dis que tu la tues, cette île. »

Martin Dumont, Tant qu’il reste des îles, Les Avrils, 2021, p. 138-139.

Lire la suite « Tant qu’il reste des îles »