Aventures, Fantasy, Médiéval fantasy

Uter Pandragon

Chronique de Uter Pandragon, de Thomas Spok.

« Des danseurs lumineux s’agrippaient sur fond de nuit, s’agrippaient plutôt à la nuit qui leur offrait mille robes tournoyantes. À bien y regarder, le bal entrechoquait trop vigoureusement ses participants. Au lieu d’embrassades, les couples entremêlés échangeaient des coups – on s’entre-tuait, on s’envahissait d’une étincelle à l’autre sous les arcures et les entrelacs d’une couronne écumeuse. Des fragments de bataille ricochaient les uns contre les autres, restaient parfois unis de façon à esquisser un motif plus vaste. »

Thomas Spok, Uter Pandragon, Folio SF, 2020, p. 168.

Lire la suite « Uter Pandragon »
Fantasy, Roman

Thecel

Chronique de Thecel, de Léo Henry.

« On ne lui a rien expliqué. Mise devant le fait accompli. C’est ainsi que la vérité se pratique chez les humains : on prétend qu’elle est malléable, qu’elle est subjective. Qu’on peut jouer avec. C’était un arrangement comme il s’en pratique à la cour de l’Empire. Une alliance de circonstance entre les sœurs guerrières et la famille impériale. Le pouvoir, peut-être, se paie à ce prix-là. »

Léo Henry, Thecel, Éditions Gallimard – Folio SF, 2020, p. 199.

Lire la suite « Thecel »
Aventures, Conte, Fantasy

L’ours et le rossignol

Chronique de L’ours et le rossignol, de Katherine Arden.

« La roussalka vit le prêtre la première. Ses yeux luisirent.

– En voici un qui serait bon à manger. »

[…]

– Pourquoi ?

– Il est plein de désir. De désir et de peur. Il ne sait pas ce qu’il désire et il n’admet pas qu’il a peur. Mais il ressent les deux, assez fort pour en étouffer. »

Katherine Arden, L’ours et le rossignol, Éditions Denoël, Folio SF n° 653, 2021, p. 147.

Lire la suite « L’ours et le rossignol »
Fantasy

Les maîtres enlumineurs

Chronique de Les maîtres enlumineurs, de Robert Jackson Bennett.

« Gregor s’y connaissait en armes enluminées. Bien que d’un coût prohibitif, elles avaient permis à Tevanne de gagner tant de guerres. Mais un simple regard ne suffisait pas à déterminer ce dont une arme enluminée était capable, car elle pouvait faire n’importe quoi.

Par exemple, les lames ordinaires utilisées durant les Guerres Civilisatrices étaient enluminées de manière à viser automatiquement le point faible de leur cible, puis la partie la plus vulnérable de ce point faible, puis le point faible du point faible du point faible, et à le toucher précisément. »

Robert Jackson Bennett, Les maîtres enlumineurs, Éditions Albin Michel, 2021, p. 151.

Ô Grimoire repris par Albin Michel Imaginaire : c’est ici !

Lire la suite « Les maîtres enlumineurs »