Fantastiques, Science-fiction

Ravage

«Écoutez, m’sieur Portin, nous, on est là, on sait pas, et on veut savoir. Vous, vous savez, la Science… Il faut nous dire. Qu’est ce qui se passe ? Quand est-ce que ça va finir ? Le vieillard, péniblement, se leva de son fauteuil. Il tremblait. 

– Mes bons amis… dit-il.

Sa voix aigrelette ne portait pas à plus de dix mètres. 

– Mes bons amis, je ne peux rien vous dire, je ne sais rien. On n’a jamais vu ça. Notre science est une science expérimentale. Or, le phénomène qui vient de se produire ne correspond à rien de ce que nous savons. C’est en violant toutes les lois de la Nature et de la logique que l’électricité a disparu. Et, l’électricité morte, il est encore plus invraisemblable que nous soyons vivants.»

René Barjavel, Ravage, Folio, 1943, p. 125.

Lire la suite « Ravage »

Biographies & autobiographies, Drame, Historiques, Prix littéraires, Roman

Charlotte

« Merci pour tes dessins. Ils sont naïfs, approximatifs, inaboutis. Mais je les aime pour la puissance de leur promesse. Je les aime car j’ai entendu ta voix en les regardant. J’ai ressenti une forme de perte et une incertitude aussi. Peut-être même l’esquisse d’une folie. Une folie douce et docile, sage et polie, mais réelle. Voilà. Ce que je voulais te dire. Nous sommes un très beau début. »

David Foenkinos, Charlotte, Folio, 2018, p. 104.

Lire la suite « Charlotte »
Drame

L’étranger

« La gâchette a cédé, j’ai touché le ventre poli de la crosse et c’est là, dans le bruit à la fois sec et assourdissant, que tout a commencé. J’ai secoué la sueur et le soleil. J’ai compris que j’avais détruit l’équilibre du jour, le silence exceptionnel d’une plage où j’avais été heureux. Alors j’ai tiré encore quatre fois sur un corps inerte où les balles s’enfonçaient sans qu’il y parût. Et c’était comme quatre coups brefs que je frappais sur la porte du malheur. »

Albert Camus, L’étranger, Folio, p. 93.

Lire la suite « L’étranger »

Aventures, Heroic fantasy, Historiques

Le bâtard de Kosigan – T.1 L’ombre du pouvoir

« Le héraut fait résonner le signal du début du combat. Les chevaux s’élancent, comme frappés d’un coup de fouet. Leur galop résonne, accompagné des cris des spectateurs. Je me concentre sur mon adversaire qui se rapproche à toute allure. Hors de question que je manque mon coup. Ma précision doit être absolue. »

Fabien Cerutti, L’ombre du pouvoir, Folio, p. 114, 2016.

Lire la suite « Le bâtard de Kosigan – T.1 L’ombre du pouvoir »