Historiques, Roman

Le Stradivarius de Goebbels

Chronique de Le Stradivarius de Goebbels, de Yoann Iacono.

« Comme dans les camps d’extermination nazis, des unités spéciales japonaises mènent des expériences sur des humains. La plus célèbre est l’Unité 731 dirigée par Shiro Ishii où, à son arrivée, chaque détenu se voit attribuer un numéro et perd son statut d’homme. Ces cobayes vivants sont appelés marutas, billot de bois, ou bûche en japonais, car les paysans locaux sont censés croire que ce camp est une gigantesque scierie où sont livrés des stères de bois. Ces bûches sont des humains. Les expériences portent sur le choléra, le typhus et la peste. […] Quand un détenu survit à une expérience, il est soumis à une autre jusqu’à ce que mort s’ensuive. »

Yoann Iacono, Le Stradivarius de Goebbels, Slatkine & Cie, 2021, p. 18.

Lire la suite « Le Stradivarius de Goebbels »
Historiques, Policiers, Roman noir

Metropolis

Chronique de Metropolis, de Philip Kerr.

« Ce qu’il ressortait de cet entretien de la Wilhelmstrasse, c’était que tout le monde, ou presque, au sein du gouvernement se fichait pas mal du sort de quelques prostituées alors que sévissait un meurtrier jugé beaucoup plus nocif au niveau politique. Nos dirigeants estimaient que les agissements du Dr Gnadenschuss faisaient honte à la République et que son arrestation était désormais une priorité absolue. Parallèlement, le colonel Magnus Heimannsberg, qui avait assisté lui aussi à cette réunion, chargea ses agents en uniforme de la Schupo de conseiller aux prostituées de Berlin de ne pas traîner dans les rues, sinon à leurs risques et périls. »

Philip Kerr, Metropolis, Éditions du Seuil, 2020, p. 141.

Lire la suite « Metropolis »
Historiques

Wannsee

Chronique de Wannsee, de Fabrice Le Hénanff.

« Non, non, je vous assure que nous avons tout essayé. Il a même été question de leur offrir un territoire après-guerre, nous avions pensé à Madagascar pour en faire une réserve. Désormais, toutes les frontières d’Europe les rejettent ou demandent des sommes d’argent importantes – voire exorbitantes – en échange. »

Fabrice Le Hénanff, Wannsee, Casterman, 2018, p. 27.

Lire la suite « Wannsee »

Historiques, Policiers

L’affaire Léon Sadorski

Chronique de L’affaire Léon Sadorski, de Romain Slocombe.

« Quoiqu’il en soit, et de quelque manière que tournent les opérations sur le terrain, Sardorski prie régulièrement Dieu et la Sainte Vierge de l’épargner. Il accumule les Pater et les Ave. Les autres peuvent crever mais pas lui ! C’est trop injuste. Il n’a rien fait de mal. Il a été un fonctionnaire consciencieux bien noté de ses supérieurs. Les youdis qu’il a fait fusiller au Mont Valérien étaient, comme la plupart de leur race, crasseux, pouilleux, syphilitiques, dégénérés… et, sinon des moscoutaires pur sang, en tout cas des gens à l’esprit critique et subversif. Ils menaçaient l’ordre public. »

Romain Slocombe, L’affaire Léon Sadorski, Éditions Points, 2017, p. 216.

Lire la suite « L’affaire Léon Sadorski »

Drame, Historiques

Les tilleuls de Berlin

« Le tilleul est le poète du crépuscule, il a choisi un papillon de nuit, le sphinx, pour porter le message de ses amours.

Le soleil se couchait, un prodigieux rut végétal était sur le point d’exploser. Au creux des corolles gorgées de nectar, les étamines se raidissaient, annonçant l’éternel retour de la vie. »

Jean Octeau, Les tilleuls de Berlin, Le Livre de Poche, 2017, p. 99.

Lire la suite « Les tilleuls de Berlin »

Drame, Policiers

Le violoniste

« Ils jetèrent des pelletées de terre sur les cadavres, et, à chaque nouvelle pelletée, c’était sa vision de l’homme qu’il enterrait. Quelque chose de nouveau, de monstrueux et de terrifiant prenait sa place. Ce quelque chose était en train de changer irrémédiablement sa représentation de lui-même, sa foi dans la civilisation et dans la dignité humaine. »

Mechtild Borrmann, Le violoniste, Le livre de poche, 2016, p. 105.

Lire la suite « Le violoniste »

Policiers

La trilogie berlinoise

« Ce soir-là, on eût dit que tout Berlin s’était donné rendez-vous à Neukölln, où Goebbels devait parler. Comme à son habitude, il jouerait de sa voix en chef d’orchestre accompli, faisant alterner la douceur persuasive du violon et le son alerte et moqueur de la trompette. »

Philip Kerr, La trilogie berlinoise, Le Livre de Poche, p. 85, 2010.

Lire la suite « La trilogie berlinoise »