Psychologique, Roman, Romance

Radical

Chronique de Radical, de Tom Connan. 

« Personne va venir t’assassiner, hein, et puis il faut avoir un peu d’honneur, merde, je ne sais pas, tu détestes quand même pas ton pays au point de fermer ta gueule, alors qu’il devient un trou remplis de vomi ! On t’a déjà mis la tête dans les chiottes ? Non ? Moi oui, des chiottes publics, dans lesquels des gens avaient chié juste avant, et qui à ton avis ? Hein ? Qui ? Regarde-moi au lieu de faire le fier ! Pas Madame Michu ! Non non non ! Pas Monsieur Dupont, libraire à la retraite à Menton, ni Mademoiselle Laporte, étudiante en bio à Nantes ! Des bougnoules ! Voilà ! C’était des putains de crouilles qui m’ont fait ça ! »

Tom Connan, Radical, Éditions Albin Michel, 2020, p. 233.
Lire la suite « Radical »
Policiers, Psychologique, Thrillers

L’empathie

Chronique de L’empathie, de Antoine Renand.

« Je suis pour ma part spécialisé dans les violeurs en série mais je les inclus dans un cheminement psychique semblable à celui des serial killers. Beaucoup de tueurs en série ont commencé par violer, puis ont tué pour ne pas laisser derrière eux une victime susceptible de les identifier. Ensuite ils ont pris goût au meurtre, à la mise à mort, au sentiment de domination sur un autre être humain au point d’y devenir addict et que ça représente pour eux le comble du plaisir. »

Antoine Renand, L’empathie, Éditions Pocket, 2020, p. 188.

Lire la suite « L’empathie »

Classique, Roman

Le parfum

Chronique de Le parfum, de Patrick Süskind.

« Grenouille jetais sur la ville de Grasse un regard très froid. Il n’était pas en quête de la terre promise des parfumeurs et son coeur n’était pas en train de fondre à la vue de cette bourgade accrochée à ses collines, de l’autre côté. Il était venu parce qu’il savait qu’on pouvait apprendre là mieux qu’ailleurs certaines techniques d’extraction des parfums. Et c’était ces techniques qu’il voulait acquérir, car il en avait besoin pour les buts qu’il poursuivait. »

Patrick Süskind, Le parfum, Éditions Fayard, 1986, p. 235.

Lire la suite « Le parfum »

Policiers, Psychologique, Roman noir, Thrillers

Je te protègerai

Chronique de Je te protègerai, de Peter May.

« Et bien que les jeunes aient toujours envie de partir, d’aller voir plus loin, leur ADN semblait programmé pour les faire finalement revenir un jour. Sinon eux, leurs enfants, ou les enfants de leurs enfants. En vérité, on ne s’échappait jamais de l’île. On l’avait dans le sang. »

Peter May, Je te protègerai, Éditions du Rouergue, 2018, p. 168.

Lire la suite « Je te protègerai »

Essai

Le courage des autres

Chronique de Le courage des autres, de Hugo Boris.

« Une femme noire aux ongles cassés sort sa fiche de paie à côté de moi. Je coule un regard, attrape le mot « Hôpital » dans l’en-tête du document, et tout en bas, le salaire net : 686€. »

Hugo Boris, Le courage des autres, Éditions Grasset, 2020, p. 103.

Lire la suite « Le courage des autres »

Historiques, Policiers

L’affaire Léon Sadorski

Chronique de L’affaire Léon Sadorski, de Romain Slocombe.

« Quoiqu’il en soit, et de quelque manière que tournent les opérations sur le terrain, Sardorski prie régulièrement Dieu et la Sainte Vierge de l’épargner. Il accumule les Pater et les Ave. Les autres peuvent crever mais pas lui ! C’est trop injuste. Il n’a rien fait de mal. Il a été un fonctionnaire consciencieux bien noté de ses supérieurs. Les youdis qu’il a fait fusiller au Mont Valérien étaient, comme la plupart de leur race, crasseux, pouilleux, syphilitiques, dégénérés… et, sinon des moscoutaires pur sang, en tout cas des gens à l’esprit critique et subversif. Ils menaçaient l’ordre public. »

Romain Slocombe, L’affaire Léon Sadorski, Éditions Points, 2017, p. 216.

Lire la suite « L’affaire Léon Sadorski »

Classique, Roman

Au bonheur des Dames

Chronique de Au bonheur des Dames, d’Émile Zola.

« – La maison, pas de danger !… Ils parlaient de l’acheter l’année dernière, ils en donnaient quatre-vingt mille francs, le double de ce qu’elle vaut aujourd’hui. Mais le propriétaire, un ancien fruitier, un gredin comme eux, a voulu les faire chanter. Et d’ailleurs, il se méfie de moi, ils savent bien que je céderais encore moins… Non ! non ! j’y suis, j’y reste ! L’empereur, avec tous ses canons ne m’en délogerait pas. »

Émile Zola, Au Bonheur des Dames, Le Livre de Poche, 1883, page 212. 

Lire la suite « Au bonheur des Dames »

Bandes dessinées, Historiques

Les Guerriers de Dieu – T.5 Le Massacre de la Saint-Barthélémy

Chronique de Les guerriers de Dieu – T.5 Le Massacre de la Saint-Barthélémy, de Philippe Richelle et Pierre Wachs.

« Manifestez le plus grand mépris pour tous les gentilshommes protestants qui, depuis quelques jours, infestent Paris… Élevez-vous contre la mésalliance entre la sœur du roi et Henri de Navarre… Dirigez votre haine contre ceux qui veulent la guerre avec le très catholique roi d’Espagne…. Ces hommes, ces hérétiques, ne méritent qu’une chose : la mort ! »

Philippe Richelle et Pierre Wachs, Les guerriers de Dieu – T.5 Le Massacre de la Saint-Barthélémy, Éditions Glénat, 2019, p. 30.

Lire la suite « Les Guerriers de Dieu – T.5 Le Massacre de la Saint-Barthélémy »

Roman

Les prénoms épicènes

Chronique de Les prénoms épicènes, d’Amélie Nothomb

« Sois fière d’avoir aimé maman. La personne qui aime est toujours la plus forte. »

Amélie Nothomb, Les prénoms épicènes, Albin Michel, 2018, p. 152.

Lire la suite « Les prénoms épicènes »

Classique, Roman

Le ventre de Paris

Chronique de Le ventre de Paris, d’Émile Zola.

« C’était un monde de bonnes choses, de choses fondantes, de choses grasses. D’abord tout en bas contre la glace, il y avait une rangée de pots de rillettes, entremêlés de pots de moutarde. Les jambonneaux désossés venaient au-dessus, avec leur bonne figure ronde, jaune de chapelure, leur manche terminé par un pompon vert. Ensuite arrivaient les grands plats : les langues fourrées de Strasbourg, rouges et vernies, saignantes à côté de la pâleur des saucisses et des pieds de cochon ; les boudins, noirs, roulés comme des couleuvres bonnes filles ; les andouilles, empilées deux à deux, crevant de santé ; les saucissons pareils à des échines de chantre, dans leurs chapes d’argent ; les pâtés, tout chauds, portant les petits drapeaux de leurs étiquettes ; les gros jambons, les grosses pièces de veau et de porc, glacées, et dont la gelée avait des limpidités de sucre candi. »

Émile Zola, Le Ventre de Paris, Folio classique, 2018, p. 82.

Lire la suite « Le ventre de Paris »