Policiers, Psychologique, Thrillers

Une famille presque normale

Chronique de Une famille presque normale, de M. T. Edvardsson.

« Je lui ai servi un couplet sur le fait que les techniques modernes, qui permettent d’être joignables en permanence, nous ont habitués au luxe de toujours savoir où était notre fille. Au fond, il n’y avait aucune raison de s’inquiéter.

– Elle va sûrement bientôt débarquer au pas de course.

Mais en même temps, une inquiétude lancinante croissait dans mon ventre. Être parent, c’est ne jamais pouvoir se détendre. »

M. T. Edvardsson, Une famille presque normale, Sonatine Éditions, 2019, p. 33.

Lire la suite « Une famille presque normale »

Policiers, Roman noir, Thrillers

L’arbre aux fées

Chronique de L’arbre aux fées, de B. Michael Radburn.

« – … Si je réduis la liste aux fillettes âgées de sept à dix ans, il en reste six, dont Jody Norton. La première disparition remonte à 1972. »

B. Michael Radburn, L’arbre aux fées, Éditions du Seuil, 2019, p. 131.

Lire la suite « L’arbre aux fées »

Aventures, Policiers, Roman noir

Les vacances d’Hercule Poirot

Chronique de Les vacances d’Hercule Poirot, d’Agatha Christie.

« – Entendu, non, rien du tout. Tout ce que je peux vous dire, c’est ceci : dès que j’ai vu Arlena Marshall, j’ai su qu’elle était habitée par le mal. Elle était le mal incarné. La femme peut être le recours et l’inspiration de l’homme. Elle peut aussi être sa ruine. Elle peut le rabaisser au rang de bête. La morte était de ces femmes. »

Agatha Christie, Les vacances d’Hercule Poirot, Le Livre de Poche, 2019, p. 144.

Lire la suite « Les vacances d’Hercule Poirot »

Drame, Frissons, Policiers, Psychologique, Thrillers

Robe de marié

« Moyennant quoi, avant-hier, Sophie m’a demandé en mariage. J’ai accepté. »

Pierre Lemaitre, Robe de marié, Le Livre de Poche, 2017, p.217.

Lire la suite « Robe de marié »
Historiques, Policiers, Thrillers

L’écrivain public

« Voyant Cain approcher, l’un d’eux avertit ses collègues, qui reculèrent, exposant les jambes nues d’une femme, légèrement pliées. Sa culotte noire, satinée, était déchirée à hauteur de la cuisse. Cain avait déjà vu une peau blanche et diaphane comme celle-ci. Une boule dans la gorge, il reconnut bientôt Angela Feinman, dont la tête dessinait un angle improbable, affreux, avec son cou. Il comprit qu’elle avait la nuque brisée. »

Dan Fesperman, L’écrivain public, cherche midi éditeur, 2018, p. 256.

Lire la suite « L’écrivain public »
Policiers, Prix littéraires

Là où dansent les morts

« Lorsque le bousier bouge, lui avait dit Hosteen Nashibitti, sache que quelque chose le fait bouger. Et sache que son mouvement affecte le vol du moineau, que le corbeau oblige l’aigle à modifier son vol, que l’aile rigide de l’aigle infléchit la volonté du Peuple du Vent, et sache que tout cela nous affecte toi et moi, ainsi que la puce sur le chien de prairie et la feuille du peuplier. »

Tony Hillerman, Là où dansent les morts, Éditions Rivages, 1994 (20e édition), p. 82.

Lire la suite « Là où dansent les morts »

Drame, Policiers

Le violoniste

« Ils jetèrent des pelletées de terre sur les cadavres, et, à chaque nouvelle pelletée, c’était sa vision de l’homme qu’il enterrait. Quelque chose de nouveau, de monstrueux et de terrifiant prenait sa place. Ce quelque chose était en train de changer irrémédiablement sa représentation de lui-même, sa foi dans la civilisation et dans la dignité humaine. »

Mechtild Borrmann, Le violoniste, Le livre de poche, 2016, p. 105.

Lire la suite « Le violoniste »

Policiers

La trilogie berlinoise

« Ce soir-là, on eût dit que tout Berlin s’était donné rendez-vous à Neukölln, où Goebbels devait parler. Comme à son habitude, il jouerait de sa voix en chef d’orchestre accompli, faisant alterner la douceur persuasive du violon et le son alerte et moqueur de la trompette. »

Philip Kerr, La trilogie berlinoise, Le Livre de Poche, p. 85, 2010.

Lire la suite « La trilogie berlinoise »

Policiers

La trilogie de Lewis

« Une fois encore, il se rendait compte à quel point il était aisé d’être isolé au milieu de la foule. Peu importait qui étaient ces gens, il ne les connaissait pas, et il n’était plus l’un d’entre eux. »

Peter May, L’île des chasseurs d’oiseaux, Babel Noir, p. 129, 2011.

Lire la suite « La trilogie de Lewis »