Non classé

Bilan 2019

C’est l’heure des vœux et des résolutions. Des souhaits et des décisions. Des retours sur l’année écoulée et des projections sur celle qui vient.

Sur le blog Ô Grimoire, 2019 a été marquée par 148 billets, dont 109 chroniques de livres, 26 chroniques de bandes-dessinées, 5 thèmes traités pour la rubrique « À travers livres », 4 billets sur des soirées ou salons, 1 interview d’auteur, et 3 billets divers, comme celui-ci.

En 2019, vous avez également pu « découvrir » (ou pas, l’éternel mystère n’étant pas une vaine formule de style) deux nouveaux contributeurs et leurs centres d’intérêt, G et Bébéchat. Merci à eux, et au plaisir de les retrouver. Ils vous ont, chacun, proposé 6 chroniques.

T et C, ou C et T, ont trouvé un équilibre parfait : chacun de nous a rédigé 65 chroniques en 2019. Dont 7 en commun.

Nous nous sommes également amusés à évaluer ce que tout cela représente en terme de nombre de pages. Et nous parvenons au chiffre respectable de 29730 pages lues en 2019. Imaginez le poids que cela peut représenter, le nombre d’étagères nécessaires…

Et, pour être transparents, et comme c’est un sujet qui resurgit régulièrement ici et là, les 135 livres que nous avons chroniqués en 2019 ont été achetés dans 67 cas, reçus de nos éditeurs partenaires dans 31 cas, lus dans le cadre des jurys auxquels nous participons ou avons participé – Prix des lecteurs des éditions Points, Grand Prix des lectrices ELLE, en 2019 – pour 23 d’entre eux, 7 ont été reçus dans le cadre des opérations Masse critique de Babélio, 2 ont été récupérés dans des arbres à livre, 3 nous ont été offerts, 1 nous a été proposé directement par l’auteur, et 1 nous a été prêté.

Nous profitons de l’occasion pour saluer les éditeurs qui ont décidé, en 2019, de nous accompagner pour faire un bout de chemin : Agullo, Le Livre de Poche, notamment. Salut également à ceux qui, sur cette année, ont rejoint les lecteurs réguliers de ce blog !

Et, puisque ce billet, commencé en 2019, se termine alors que nous sommes déjà en 2020, il est d’autant plus normal de vous parler de nos résolutions pour cette année qui débute. Nous allons changer dans la continuité, ou continuer dans le changement. Nous réfléchissons à une nouvelle rubrique, mais il est encore un peu tôt pour en dire davantage ; nous souhaitons également relancer l’idée des interviews d’auteurs… Et, naturellement, nous continuerons à vous emmener avec nous lors des salons et des soirées auxquelles nous assisterons !

Il ne nous reste plus qu’à vous souhaiter, à toutes et tous, une très belle et heureuse année 2020, joie, succès, santé… et plein de belles lectures !

Capture d’écran 2020-01-01 à 00.32.52

Non classé

Joyeuses fêtes !

christmas-4668747_1920
(image : aga2rk – pixabay.com)

Ô Grimoire – et les deux Ô Grimoiriens – vous souhaitent de très belles fêtes de fin d’année, en famille, entre amis, en amoureux… Nous avons aussi une pensée plus particulière pour ceux qui, pour une raison ou une autre, les passeront seul(e)s.

De notre côté, nous allons pratiquer un petit peu de digital detox, et, à l’exception d’un billet de bilan de notre année de lecture 2019 dans les jours à venir, nous serons silencieux…

Joyeux Noël et à très bientôt !

Non classé

Feu

Pour quelle raison Prométhée a-t-il été condamné à se faire dévorer le foie chaque jour par un aigle du Caucase – lequel foie repousse chaque nuit ? Pour avoir dérobé aux dieux de l’Olympe le feu ! Mais si le châtiment peut sembler sévère – il s’agissait après tout de rattraper l’incurie de son frère Epiméthée, qui n’avait rien donné aux hommes pour se défendre – c’est bien parce qu’il a osé voler les dieux qu’il est puni, et non pour avoir offert le feu aux hommes. Lire la suite « Feu »

Aventures, Bandes dessinées, Non classé

Gunfighter – T.1

Chronique de Gunfighter – T.1, de Christophe Bec et Michel Rouge.

« Vous m’avez sauvé la vie, je ne veux pas être payé… Tout ce que je demande c’est de me prêter un cheval, une selle et de quoi acheter un Stetson neuf ! »

Christophe Bec et Michel Rouge, Gunfighter – T.1, Glénat, 2019, p. 31.

Lire la suite « Gunfighter – T.1 »

Non classé

Bandit

Le terme « bandit » ne retient habituellement pas notre attention bien longtemps. Et si nous percevons immédiatement son côté largement polysémique – le bandit peut être brutal, inquiétant, mais aussi tendre voire éminemment romantique –, nous ne nous y attardons pas forcément. Pourtant, dès que l’on s’intéresse d’un petit peu plus près à cette « figure », plusieurs curiosités nous retiennent. Lire la suite « Bandit »

Essai, Historiques, Non classé

Des hommes justes

Chronique de Des hommes justes, d’Ivan Jablonka.

« On peut expliquer le féminisme des hommes par l’amour, l’empathie, l’intérêt, l’utilité ou la stratégie, mais cela n’en retire pas la quête de justice. Il n’y a donc aucune raison pour qu’on excepte un dernier motif : le respect des droits humains. Le fait de mutiler les femmes, de les laisser dans l’ignorance, de les assujettir à un mari ou de les priver du droit de vote est tout simplement injuste et immoral. Le féminisme est une éthique. »

Ivan Jablonka, Des hommes justes, Éditions du Seuil, 2019, p.167.

Lire la suite « Des hommes justes »

Non classé

Chevalier

À travers livres : le chevalier.

Il nous arrive, chez Ô Grimoire, de lire du médiéval-fantastique – pour ne pas dire de la fantasy -, voire même des romans de cape et d’épée. Et l’une des figures centrales de ces littératures est celle du chevalier. Ceci est d’autant plus étonnant que, si l’idée de combattre à cheval apparait très tôt – César désigne l’ensemble de la classe guerrière celte sous le terme d’equites, par opposition à la classe sacerdotale des druides -, c’est bien la chevalerie médiévale qui a pris toute la place, et ce dans toutes les littératures modernes. Et, en effet, comme le note Franco Cardini, « dans l’imaginaire de l’Occident, le chevalier est une figure intemporelle » (La Culture de la guerre, Gallimard, 1992, p. 15. ). Lire la suite « Chevalier »

Classique, Drame, Non classé

Nana

Chronique de Nana, d’Émile Zola.

« Sommes-nous bêtes, hein ? finissait-elle par dire. Tu n’as pas idée comme tu es laid mon chat ! Ah bien ! si on te voyait au Tuileries ! »

Emile Zola, Nana, Classiques Français, 1993, texte de 1879, page 385.

Lire la suite « Nana »