Aventures, Roman

Les saintes reliques

Chronique de Les saintes reliques, de Steve Berry.

« Le crépuscule assombrissait cette tiède soirée de juin. Les rues grouillaient de promeneurs, de marchands ambulants et de cyclistes filant à toute allure. L’après-midi avait été pour le moins instructif. Cotton avait pu constater que l’action lui manquait. Ce qui ne lui manquait pas du tout, en revanche, était d’avoir affaire à des peigne-cul comme ce « conseiller adjoint ». Une engeance dont il avait eu plus que sa part. »

Steve Berry, Les saintes reliques, le cherche midi, 2020, p. 105.

Lire la suite « Les saintes reliques »

Policiers, Roman noir

L’engrenage du mal

Chronique de L’engrenage du mal, de Nicolas Feuz.

« Il s’était juré de le lui faire payer. Il y pensait sans arrêt. La note serait tellement salée que toutes les larmes de son corps lui sembleraient bien douces. Sa vengeance était imminente. Un de ses contacts lui avait fait passer un message en prison. Il avait retrouvé la trace d’Alba, l’avait suivie et avait découvert sa faille, son talon d’Achille : sa mère et son fils, une vieille femme et un enfant en bas âge qui vivaient dans un appartement de Lausanne. »

Nicolas Feuz, L’engrenage du mal, Slatkine & Cie, 2020, p. 37.

Lire la suite « L’engrenage du mal »

Aventures, Bandes dessinées, Science-fiction

Les omniscients – T. 1 Phénomènes

Chronique de Les omniscients – T. 1 Phénomènes, de Vincent Dugomier et Renata Castellani.

« Je viens d’une région du monde où il ne fait pas bon vivre, docteur ! Depuis mon départ, mes parents ont très bien pu être tués dans un attentat ou par une milice. Et s’ils sont encore en vie et qu’ils m’ont vu, ils sont dans l’incapacité de communiquer ! Mais voilà, les gens comme moi, les migrants, sont forcément des terroristes ou des profiteurs ! Alors qu’on est juste à la recherche d’un monde meilleur et qu’on veut bosser pour ça ! EST-CE UN CRIME ?! »

Vincent Dugomier et Renata Castellani, Les omniscients – T. 1 Phénomènes, Éditions du Lombard, 2020, p. 24.

Lire la suite « Les omniscients – T. 1 Phénomènes »

Drame, Roman noir

En lieu sûr

Chronique de En lieu sûr, de Ryan Gattis.

« Rose avait pas le temps d’empiler quoi que ce soit. Elle avait que le présent. Hier était parti, et il n’y aurait jamais de demain. Elle vivait comme ça. Elle était un soleil explosif permanent. La meilleure incarnation d’une grosse ligne de basse par une fille qui n’avait que la peau sur les os. Pas étonnant qu’elle m’ait initié au punk. »

Ryan Gattis, En lieu sûr, Le Livre de Poche, 2020, p. 73.

Lire la suite « En lieu sûr »

Aventures, Policiers, Roman noir, Thrillers

3 secondes

Chronique de 3 secondes, d’Anders Roslund et Börge Hellström.

« Les maniques étaient dans un des tiroirs à couverts, il posa une tulipe sur chacune d’elles et les enfourna en plaçant les boutons bien ronds près de la vitre. Il aimait tellement l’instant où cela se produisait. Le printemps et la vie contenus à l’extrémité d’une tige verte. Les boutons allaient s’éveiller à cette chaleur soudaine et libérer pour la première fois leurs couleurs. »

Anders Roslund et Börge Hellström, 3 secondes, Le Livre de Poche, 2020, p. 216.

Lire la suite « 3 secondes »

Drame, Roman

Autochtones

Chronique de Autochtones, de Maria Galina.

« Ce n’est pas pour rien que les revenants, les tueurs psychopathes et les auteurs de romans policiers aiment autant le théâtre. Un meurtrier se cache sous un masque, larme du crime disparaît parmi les accessoires. Et, bien sûr, il y a les labyrinthes, les loges, les arrière-cours, le plateau tournant, d’étranges mécanismes, les débarras, les accessoires poussiéreux… Des cordages, des grilles… L’envers du monde. L’envers de la fête. »

Maria Galina, Autochtones, Agullo Éditions, 2020, p. 154.

Lire la suite « Autochtones »

Aventures, Drame, Roman noir

Terres fauves

Chronique de Terres fauves, de Patrice Gain.

« Nous avons survolé des forêts inhospitalières et des bras de mer qui s’enfonçaient loin dans les terres. Après une vingtaine de minutes, l’hélicoptère a décrit un cercle au-dessus d’une maison au toit vert. On ne distinguait aucune autre habitation aux alentours. Il y avait là toute la quintessence de ce qui m’angoissait ; le genre d’endroit où le voisin le plus proche est le bon Dieu. Je tiens cette expression de ma mère. Elle savait de quoi elle parlait. Ma mère est née dans une ferme des plaines de l’Ohio. »

Patrice Gain, Terres fauves, Le Livre de Poche, 2020, p. 52.

Lire la suite « Terres fauves »

Policiers, Roman noir

Mamie Luger

Chronique de Mamie Luger, de Benoît Philippon.

« – Je ne vous comprends pas, vous, les femmes. Vous avez pourtant la belle vie. Nourries, blanchies, logées, les responsabilités incombent à vos maris. Vous n’avez aucune chaîne aux pieds et aujourd’hui tu me parles d’égalité.

– Et la nécessité de l’accord de son mari pour avoir un compte en banque et utiliser son propre argent, tu trouves que c’est pas des chaînes aux pieds, toi ? Devoir quémander pour avoir le droit de vote, c’est la liberté ? Risquer une amende parce que tu portes un pantalon, t’appelles ça comment ? Être artiste, ça devrait pas t’empêcher d’être con ? »

Benoît Philippon, Mamie Luger, Le Livre de Poche, 2020, p. 263.

Lire la suite « Mamie Luger »

Policiers, Roman noir, Thrillers

La fille sans peau

Chronique de La fille sans peau, de Mads Peder Nordbo.

« Aqqalu était nu. Ses vêtements formaient un tas à côté de lui. Il était allongé sur le dos, les bras écartés. Son corps était éventré de l’entrejambe jusqu’au sternum. On avait écarté la peau, qui pendait sur la glace. Sa cavité thoracique était remplie de sang noir coagulé. Les pointes de ses premières côtes luisaient au milieu des chairs sombres. Son abdomen était vide. Ses intestins, à moitié arrachés, gisaient sur la glace, mais le reste de ses viscères avait disparu. La tache de sang s’étalait sur plusieurs mètres autour du corps. »

Mads Peder Nordbo, La fille sans peau, Actes Sud, 2020, p. 49-50.

Lire la suite « La fille sans peau »

Drame, Roman noir

La soustraction des possibles

Chronique de La soustraction des possibles, de Joseph Incardona.

« Mimi fait traîner son repas, dessert, café, pousse-café. L’heure est propice aux confidences. Elle s’en veut un peu, d’ailleurs, de trahir la spontanéité d’Hélène au nom d’un principe supérieur, celui du clan et de la famille.Elle se rassure en songeant qu’Hélène n’en saura rien et que, de toute façon, elle aura cru rendre service. Ce qui est le cas finalement. Un immense service. »

Joseph Incardona, La soustraction des possibles, Éditions Finitude, 2020, p. 128.

Lire la suite « La soustraction des possibles »