Erotiques, Essai

Jouir

Chronique de Jouir, de Sarah Barmak.

« Que veulent les femmes ? Ça, personne ne le sait, pas même les femmes elles-mêmes ! Peut-être faut-il en fait aborder la sexualité féminine comme un domaine qui s’apprend, se cultive, et dans lequel on s’améliore grâce à nos connaissances – comme la cuisine ou le jardinage. Le plaisir féminin est-il vraiment beaucoup plus compliqué que le mode d’emploi de votre IPad ou votre déclaration d’impôt ? »

Sarah Barmak, Jouir, Éditions de la Découverte, collection Zones, 2019, p. 75.

Lire la suite « Jouir »

Biographies & autobiographies, Essai, Historiques

19 femmes

Chronique de 19 femmes, de Samar Yazbek.

« Ces récits invitent à réfléchir sur les deux figures irrémédiablement liées du bourreau et de la victime, ils permettent aussi de penser ce qui doit fonder la mémoire collective. Selon moi, ils constituent des repères pour comprendre la complexité de la tragédie syrienne. »

Samar Yazbek, 19 femmes, Éditions Stock, 2019, p. 19.

Lire la suite « 19 femmes »

Essai, Historiques, Non classé

Des hommes justes

Chronique de Des hommes justes, d’Ivan Jablonka.

« On peut expliquer le féminisme des hommes par l’amour, l’empathie, l’intérêt, l’utilité ou la stratégie, mais cela n’en retire pas la quête de justice. Il n’y a donc aucune raison pour qu’on excepte un dernier motif : le respect des droits humains. Le fait de mutiler les femmes, de les laisser dans l’ignorance, de les assujettir à un mari ou de les priver du droit de vote est tout simplement injuste et immoral. Le féminisme est une éthique. »

Ivan Jablonka, Des hommes justes, Éditions du Seuil, 2019, p.167.

Lire la suite « Des hommes justes »

Essai, Sciences & techniques

Transformation digitale : L’avènement des plateformes. Histoires de licornes, de data et de nouveaux barbares…

Chronique de Transformation digitale : L’avènement des plateformes. Histoires de licornes, de data et de nouveaux barbares…, de Gilles Babinet.

« L’entreprise de demain est une plateforme d’intelligence collective. C’est une interface d’échange de données et de mise en œuvre du potentiel d’expertises distribuées ; un facteur d’aplatissement et de fluidification des processus. »

Gilles Babinet, Transformation digitale : L’avènement des plateformes. Histoires de licornes, de data et de nouveaux barbares…, Le Passeur Éditeur, 2017, p. 10. Lire la suite « Transformation digitale : L’avènement des plateformes. Histoires de licornes, de data et de nouveaux barbares… »

Essai, Sciences & techniques

La querelle des livres. Petit essai sur le livre à l’âge numérique

Chronique de La querelle des livres. Petit essai sur le livre à l’âge numérique, de Olivier Larizza.

« Le livre a ses raisons que la raison ne livre pas : il sécrète des affects et des fantasmes particuliers »

Olivier Larizza, La querelle des livres. Petit essai sur le livre à l’âge numérique, Buchet-Chastel, 2012, 4e de couverture.

Motivations initiales

Une illustration de couverture où l’on voit un livre poignardé se vidant de son encre… l’image attire l’œil ! Et comme le sujet – la cohabitation du livre papier et de son alter ago numérique – est un thème d’actualité, pas d’hésitation à avoir : ce livre a rejoint ma PAL.

Synopsis

Olivier Larizza procède à une comparaison du livre numérique et du livre papier, afin d’en évaluer les avantages et les inconvénients respectifs. En quoi le livre papier est-il incontournable ou, à l’inverse, pourquoi pourrions-nous le dépasser ?

L’auteur pointe la difficulté de nommer la version digitale : livre numérique, e-book, livre électronique, etc., et la confusion et l’hybridation de ces intitulés avec les dispositifs de lecture eux-mêmes. Tout naturellement, la question de l’appropriation de quelque chose que l’on ne parvient pas à nommer avec précision se pose. En effet, cette valse de noms est symptomatique du flou qui recouvre l’émergence de cette nouvelle technologie, dont les incertitudes et les conséquences restent en partie insoupçonnées.

Avec l’émergence des réseaux, le numérique détrône pourtant le livre traditionnel comme moyen d’accès à la connaissance. Ce dernier n’est plus le lieu privilégié de la rencontre avec l’autre et avec l’ailleurs, ni l’outil premier de connaissance du monde. Le numérique interroge donc notre désir de livre, ses diverses formes. Comment y voir clair en dépassant les prophéties et clivages opposant catastrophisme et empathie? Quelles en sont les conséquences sur la lecture, la littérature et, plus largement, sur nos sociétés ?

Avis

> L’avis de G

Il s’agit d’un essai qui s’adresse à tous les amoureux de l’objet livre, qui s’interrogent sur l’avenir de sa forme traditionnelle. Olivier Larizza analyse les éléments de résistance de l’objet papier face à sa version fluide, électronique et immatérielle, de plus en plus prégnante et présente.

Olivier Larizza ne mâche pas ses mots en décrivant la lecture digitale : « Notre nouvelle réalité est en effet sous-tendue par une idéologie insidieuse qui nous pousse à croire que la fréquentation des fantômes (sur Facebook) est meilleure que celle des vivants en chair et en os, qu’il vaut mieux consulter un ouvrage en ligne que d’aller fureter dans une vieille librairie de quartier, que la compagnie des liseuses, lesquelles compressent des dizaines de milliers des pages en quelques millimètres d’un métal léger comme une plume, nous est préférable à celles des « tigres de papier aux dents de carton « , pour reprendre la métaphore de Frédéric Beigbeder ; redouterait-on une improbable morsure ? Cette idéologie qui nous assomme est celle du moindre encombrement poussé à l’extrême, c’est-à-dire la disparition. Voilà ce que signifie l’euphémisme « virtuel » : disparu. Car seul ce qui n’existe pas – ou plus – peut-être recomposé de toutes pièces afin de ressembler au nirvana, au paradis forcément artificiel que nous traquons sur terre. La disparition est devenue une qualité supérieure, la valeur ajoutée par excellence, le nec plus ultra. »

Ce livre didactique démontre progressivement avec force et conviction que le « vrai » livre a toujours un bel avenir devant lui. D’ailleurs comme le précise Olivier Larizza, la forme papier est à maturité depuis des siècles : une version rodée qui répond idéalement à ce pour quoi il est fait. Il confirme qu’une nouvelle technologie ne détrône pas nécessairement la précédente, il se peut même qu’elle la renforce. Et c’est bien ce qui se passe. En consultant des statistiques de 2018, on s’aperçoit que la vente de livre n’a pas diminué, bien au contraire : la consommation de papier par les éditeurs a augmenté et la part des formes numériques représente moins de 10% du marché. L’intuition d’Olivier Larizza, exprimée en 2012, est donc non seulement fondée, mais confirmée par les faits. L’arrivée du livre électronique représente donc plutôt un élargissement et une consolidation du marché, en offrant un complément du livre traditionnel auquel nous sommes globalement encore tous très attachés.

Finalement, derrière cette approche, ce qui se joue est un enjeu culturel et sociétal où le livre numérique n’a pas (encore) supplanté le livre papier, simplement celle d’un certain type de lecture rendu possible par lui et accompagnant une vie contemporaine rythmée par les usages numériques.

Avec un discours intelligent et bienveillant, Olivier Larriza évite vaillamment de sombrer dans le catastrophisme ou la caricature, contrairement à beaucoup d’ouvrages qui traitent de ce sujet. Et, en plus, il a, jusqu’ici, eu raison : l’apocalypse n’a pas eu lieu !

2019-08-18 17.45.30