Aventures, Jeunesses, Livres jeunesses

CHERUB

« Voici les règles, expliqua Paul. Soit tu plonges, soit on te jette à l’eau. Chaque fois que tu sortiras du bassin avant d’avoir nagé cinquante mètres, tu disposeras d’une minute pour y retourner. Si tu dépasses cette limite, nous nous en chargerons. Au bout d’une demi-heure, tu auras droit à une pause de dix minutes, puis tu recommenceras l’épreuve. N’essaie pas de te défiler. Ne te débats pas. Ne pleure pas. N’oublie pas que nous sommes plus grands et plus forts que toi. »

Robert Muchamore, CHERUB, tome 1, 100 jours en enfer, Casterman, p. 164, 2009.

Motivations initiales

Mon fils est devenu accro, alors il fallait essayer…

Synopsis

A Londres, dans un collège, un cours de chimie. James est installé à côté de Samantha, appréciée des profs, mais qui est en réalité une véritable vipère. Elle se moque de la mère de James, à cause de son obésité.

Mais quelques jours plus tard, cette dernière meurt, laissant James et sa demie-soeur, Lauren, orphelins. James est placé dans un foyer, Lauren confiée à son père, bien que ce dernier ne soit pas capable de s’occuper d’elle. James rencontre deux petits délinquants et il dérape, se retrouve au commissariat…

Mais un matin, James se réveille dans un lieu qu’il ne connait pas. Et il découvre qu’il a été endormi et transporté sur le campus de CHERUB. CHERUB ? C’est un service secret britannique, créé pendant la Seconde Guerre mondiale, constitué uniquement d’enfants. Pourquoi des enfants ? Parce que même des espions aguerris ou des criminels endurcis ne soupçonneraient pas des enfants.

Mais pour être accepté, il faut réussir plusieurs épreuves. Dont le « programme d’entraînement », qui s’étale sur 100 jours… 100 jours en enfer !

Avis

> L’avis de T

Il s’agit de littérature jeunesse. C’est agréable, facile à lire, mais c’est aussi plutôt addictif. Le premier tome met en place le cadre : les agents de CHERUB, souvent repérés dans des foyers pour enfants défavorisés, en échec, orphelins, en général habitués à évoluer dans un cadre violent, bénéficient d’un programme d’entraînement qui associe enseignement de type scolaire – mais, bien sûr, individualisé -, entraînement physique de haute volée et pratique des diverses techniques que l’on s’attend à retrouver chez un agent de terrain (crochetage de serrure, codage des messages, maniement des armes…).

Les différents tomes (17) proposent autant de missions, qui permettent de balayer tous types de situation : la première mission consiste à infiltrer un groupe écolo considéré comme potentiellement dangereux. Dans les autres, on retrouve des thématiques variées : infiltrer un cartel de la drogue, aider un détenu à s’évader d’un pénitencier de haute sécurité, approcher des espions russes, déjouer des complots internationaux…

L’intérêt n’est pas essentiellement ces missions, même si j’ai toujours apprécié les aventures d’espion (ah, Langelot, eh Chris Cool !). Mais ce qui est le plus intéressant, c’est de voir comment ces enfants doivent apprendre, alors que leur éducation ne les y a pas préparé, à vivre ensemble, à travailler ensemble, pour mettre en commun leurs capacités respectives au service du « bien ». Si le scénario est parfois un peu simpliste, les livres abordent en filigrane des thèmes riches : l’amour, la vie, la politique, les valeurs, le courage…

Bref, des livres pour faire découvrir aux enfants le monde des agents secrets, ou, pour les adultes, passer un bon moment de lecture ! En effet, on n’est pas obligé de lire que des choses sérieuses…

IMG_2960

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s