Aventures, Heroic fantasy

Le bâtard de Kosigan – T.3 Le marteau des sorcières

« D’après les sources médiévales, l’homme – surnommé en son temps le meilleur chevalier du monde – est censé être mort depuis près d’un demi-siècle au moment où cette missive est écrite. Or celle-ci démontre qu’il se trouve, au contraire, bien vivant, et le Bâtard de Kosigan lui-même affirme le rencontrer en Champagne et en Flandre, aux alentours de 1340. À un âge qui devrait dans ce cas avoisiner les deux cents ans. »

Fabien Cerutti, Le bâtard de Kosigan – T.3 Le marteau des sorcières, Éditions Mnémos, 2017, p. 25.

Motivations initiales

Pierre Cordwain de Kosigan, dit le Bâtard, est un personnage bien trop attachant pour qu’on l’abandonne sur le bord du chemin. Après avoir lus les tomes 1 et 2, voici donc le tome 3, avant-dernier du premier cycle de la saga… Quant au timing de lecture, il est lié à notre participation au Mois de Fabien Cerutti, sur le blog Book en stock, que nous avons signalé voilà quelques jours…

Synopsis

Nous voilà en 1341. Toujours habile à associer plaisir, motivations personnelles et travail, le Bâtard de Kosigan et sa compagnie de mercenaire sont désormais à Cologne, au service du duc (herzog) Dagmar-Karl von Hohenstaufen, candidat au siège de l’empereur et qui aimerait voir l’Inquisition quitter son fief, représentée par l’odieux cardinal de Las Casas et une troupe de ses chevaliers croix-de-feu. En parallèle, le duc s’inquiète également de voir disparaître ses caravanes de marchands, le privant des métaux qui contribuent à sa richesse. Il a, pour élucider ce mystère, missionné Gunthar von Weisshaupt et sa Muraille fauve, ami du Bâtard. Mais le Bâtard de Kosigan y voit également l’occasion d’approcher celles qui ont peut être eu l’occasion de fréquenter sa mère, et donc d’en apprendre davantage sur ses propres origines…

En 1899, Kergael de Kosigan, avec l’aide de Léopold Delisle, Ernest Lavisse, mais également de son ami Charles Chevais Deighton, continue à explorer le passé et ses énigmes. Son ancêtre, le Bâtard, a-t-il réellement existé ? Pourquoi l’histoire l’a-t-elle oublié, ainsi que toutes les races anciennes qu’il évoque dans ses écrits ? Et qui sont l’Arche et les Antagonistes qui semblent s’intéresser de près à l’héritage du Bâtard, après s’être affrontés au cours des siècles ?

Avis

> L’avis de T

Ce troisième tome des aventures du Bâtard de Kosigan, je l’ai littéralement dévoré. Le personnage est toujours aussi attachant, même si, pour la première fois, on a le sentiment qu’il domine moins son sujet, confronté qu’il est à des pouvoirs puissants, avec l’Inquisition, d’un côté, et le cardinal Las Casas, et, de l’autre côté, les sorcières du Mondkreises, le Cénacle lunaire. Pour une fois, il parait presque destabilisé.

La partie du récit qui se déroule au XIXe siècle gagne sensiblement en importance – en volume, il doit y avoir un quasi équilibre entre les deux époques -, et on découvre de nombreux éléments. Fabien Cerutti n’en fait pas mystère : le tome 4 clôture le cycle I des aventures du Bâtard, nous approchons donc du dénouement. Du coup, le livre se termine sur un suspense encore plus irrespirable que d’ordinaire, le conseil à tous ceux qui commencent la lecture du tome 3 est donc simple : équipez-vous rapidement du tome 4, vous n’aurez qu’une envie en refermant ce livre, attaquer la suite très vite !

Les rebondissements et les quêtes intermédiaires – on sent ici la filiation avec le jeu de rôle dans lequel le Bâtard a fait son apparition, avant les romans, Neverwinter Nights… sont nombreux. On suit évidemment le Bâtard, qui se voit confier plusieurs missions distinctes en plus d’enquêter sur sa mère, mais également Gunthar von Weisshaupt, et, au XIXe siècle, de nombreuses péripéties se produisent. On sent l’étau qui se resserre, la menace qui se précise.

Tout cela est très bien construit. Malgré un nombre important de quêtes plus ou moins disjointes et de nombreux personnages, on ne se perd pas un instant, ni dans les souterrains de Cologne, ni dans les dédales du temps. Alors ? Alors heureusement que le tome 4 est déjà sur ma table de nuit. Juste une lecture urgente qui s’intercale entre les deux, et à moi la conclusion de ce premier cycle !

IMG_2449

2 réflexions au sujet de “Le bâtard de Kosigan – T.3 Le marteau des sorcières”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s