Aventures, Manga

Ni No Kuni – T. 1 & 2

Chronique de Ni No Kuni – T.1 & 2, de Ran Kuze.

« Où étais-tu passé pendant ces deux semaines ? Je te parle Tasuku ! As-tu seulement idée de l’inquiétude que tu nous as causée ? Tu aurais pu prendre la peine de nous téléphoner… Au moins pour Tsubasa ! »

Ran Kuze, Ni No Kuni – T.1 L’héritier de la lumière, Éditions Mana Books, 2020, p. 183.

Motivations initiales

J’ai eu l’occasion de voir le film d’animation Ni No Kuni sur Netflix. Il m’avait laissé un bon souvenir, alors en errant dans une librairie parisienne – aka Le Renard doré – ni une ni deux le premier tome a rejoint ma PAL… et, très vite, le second également ! Pour ceux qui ne connaissent pas, voici un petit topo, le monde de Ni No Kuni est univers plein de magie et de fantasy très riche en couleurs… Bref le manga promettait de bonnes choses ! 

Synopsis

Dans un quartier de Tokyo, Tasuku, jeune étudiant, fait tout pour être le meilleur des grands frères pour Tsubasa, après le décès de leurs parents. En ville, la rumeur circule qu’un tueur à l’arme blanche, vêtu de noir, s’attaque aux passants sans raison particulière.

Un soir, après son entraînement de kendo, Tasuku se retrouve face au tueur. Après quelques passes d’armes, l’assaillant s’arrête et transporte notre héros dans le monde magique de Ni No Kuni. Dans ce royaume, Tasuku semble être vu par le peuple comme l’héritier de la lumière, le seul capable de vaincre le grand sorcier Sham et sa horde de démons. La défaite de ce sorcier est la condition sine qua non pour permettre à Tasuku de retourner auprès de son petit frère.

Avis 

Ce manga va à l’essentiel, une fois notre héros présenté, le voilà aussitôt transporté dans l’univers de Ni No Kuni. Le choix a été fait de se focaliser sur l’intrigue, laissant peu de temps au lecteur pour s’adapter au changement d’univers. Mais le scénario justifie totalement cet enchaînement rapide de situations, cela souligne efficacement l’urgence que ressent notre héros, Tasuku, de rejoindre son jeune frère dans son monde. Soyons clair, je ne considère pas cela comme un défaut mais je n’aurais pas trouvé exagéré que ce manga fasse un tome de plus, ce qui aurait permis de prendre le temps de savourer un peu plus les royaumes d’Al-Mameuh et de Carabas.

Les personnages de Tasuku, l’héritier de la lumière, et de Rosso le Prince chat sont atypiques, l’auteur a su chambouler les stéréotypes des mangas pour nous proposer deux personnages avec un objectif commun, la paix dans le monde. Au premier coup d’oeil, on constate l’opposition entre ces deux personnages grâce aux covers de ces deux tomes.

Côté dessins, ils sont tous très travaillés, les décors sont ultra-détaillés.

L’histoire est complète en 2 tomes, la conclusion n’est pas trop rapide et vous y trouverez même une morale intéressante, autour de la question de savoir si la faim justifie les moyens…

Si vous êtes un connaisseur de ce monde par l’intermédiaire des jeux vidéos et/ou du film d’animation, vous trouverez dans cette histoire un bon prolongement des deux univers. En revanche, si vous êtes néophyte, ces ouvrages vous feront passer un bon moment et peuvent constituer un premier pas dans l’heroïc fantasy à la sauce japonaise. 

Petit clin d’œil : le quartier de notre héros – Higashi – est le quartier dans lequel sont installés les studios Ghibli, à l’origine de la licence Ni No Kuni. Amusant, non ? 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s