Manga

Golden Kamui – T.1

Chronique de Golden Kamui – T.1, Satoru Noda.

« C’est pas toi qu’on appelait « Sugimoto L’immortel » ? Il paraît que tu te battais comme un diable, là bas… que si un jour une blessure te clouait au lit, le lendemain, tu gambadais en première ligne comme si de rien n’était…Et qu’aucun coup de baïonnette, de mitrailleuse ou de canon ne suffisait à te déquiller ! C’est vrai toutes ces histoires ? »

Satoru Noda, Golden Kamui – T.1, Éditions Ki-oon Seinen, 2017, p. 10 et 11.

Motivations initiales

En passant devant le rayon mangas, j’ai repéré une succession de plus de 20 tomes de ce manga, Golden Kamui. Le synopsis est intrigant, notamment par la période historique qui sert de décor à cette histoire : l’après-guerre russo-japonaise de 1904-1905. Quand vous aimez l’histoire, il n’y a pas à hésiter, alors le premier tome a fini directement dans mon panier.

Synopsis

Saichi Sugimoto est un héros de guerre déchu, sans le sou, sur l’île glaciale d’Hokkaido. Au détour d’une discussion avec un ivrogne, il découvre l’existence d’un trésor, 75 kilos d’or volé à un peuple autochtone puis dissimulé par un individu maintenant derrière les verrous. Les seuls indices sont des tatouages inscrits sur le dos de criminels en fuite. C’est le début d’une chasse au trésor pour Sugimoto, mais seul, les chances de s’en sortir sont minces.

Avis

Cette lecture est tout simplement bluffante ! Je n’avais qu’une envie, enchaîner les pages pour connaître la suite. L’auteur arrive avec sa mise en scène et son dessin à nous faire ressentir le froid et le danger omniprésent. Ce ne sera pas une aventure de tout repos pour nos héros, une grande chasse au trésor souillée par l’odeur de la mort. Le dessin est détaillé, les vêtements travaillés et les animaux finement représentés.

On accroche très vite aux personnages de Sugimoto, survivant de la guerre russo-japonaise, et d’Ashirpa, jeune indigène maîtrisant son environnement comme personne. Le duo fonctionne bien et les interactions sont des bouffées d’air frais dans ce monde où la moindre menace peut être mortelle. Sugimoto ne connaît que la violence sans pour autant la banaliser et Ashirpa respecte la vie tout en sachant que seuls les plus forts survivent. Une relation qui sera certainement amenée à se développer et qui aura un impact sur le caractère et les convictions de nos protagonistes. Les ennemis font froid dans le dos, le regard du caporal Ogata et la prestance du lieutenant Tsurimi sont littéralement terrifiants.

La construction de ce premier tome est irréprochable, nous sommes bien au début d’une grande épopée, les pièces se placent sur l’échiquier et j’ai vraiment hâte de me plonger dans les tomes suivants en espérant que la qualité sera toujours au rendez-vous.

J’ai adoré le souci du détail dans les armes et les tenues, les références historiques sont expliquées entre les chapitres.

Golden Kamui est un gros coup de cœur ! Mais attention à ne pas le mettre entre toutes les mains, il y a de la violence sans être gore mais les sujets évoqués ne sont pas faits pour un jeune public.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s