Policiers, Psychologique, Roman

Vert Samba

Chronique de Vert Samba, de Charles Aubert.

« J’ai passé une main sur la cicatrice qui barrait ma joue. Je connaissais Lizzie depuis à peine plus d’une année et j’avais déjà été assommé, attaché, bâillonné. On avait saboté mon matériel de plongée. On m’avait accusé d’une série de meurtres, mis en garde à vue. On m’avait même tailladé le visage avec un couteau, roué de coups de pied et braqué des pistolets sous le nez. »

Charles Aubert, Vert Samba, Slatkine & Cie, 2021, p. 54.

Motivations initiales

Motivations initiales

Après Bleu Calypso et Rouge Tango, Charles Aubert revient avec Vert Samba… avant, peut-être, Rose Madison, si l’on en croit ce qu’il nous annonce lui-même dans ce livre – même si, initialement, c’est une trilogie qui était prévue. Ayant lu et apprécié les deux premiers livres de la série, quelle bonne raison aurait pu nous inciter à ne pas demander ce nouvel opus à nos contacts de chez Slatkine & Cie ? Même en cherchant bien, nous n’avons pas trouvé…

Synopsis

Vieux Bob a repris le restaurant d’Alex – un personnage que l’on avait notamment vu dans Rouge Tango – et il fait travailler des pensionnaires handicapés de l’établissement d’aide par le travail (ESAT) qui a repris l’exploitation ostréicole et la maison du même Alex. Alors que toute la fine équipe s’y est retrouvée pour déjeuner – Niels Hogan, Paddy, Lizzie, Vincent et Serge Malkovitch -, ce dernier est appelé : le cadavre d’un homme vient d’être retrouvé, en face de l’ESAT.

Rapidement identifié, l’homme est un ostréiculteur. Seul son tatouage semble mystérieux : « une tête de mort avec des marteaux d’armes croisés, un D et un M dessinés en lettres gothiques ». Et, quelques jours plus tard, un deuxième cadavre, avec les même tatouage est retrouvé !

Pourquoi Vieux Bob semble-t-il mal prendre la nouvelle ? Et vers quel drame s’achemine-t-on ?

Avis

Avec Charles Aubert, on a désormais l’habitude de romans policiers dont l’intrigue n’est qu’un élément de l’histoire. Et, cette fois encore, cela fonctionne remarquablement. On a toujours notre compte de cadavres, de coups tordus, de manipulations. On a également notre dose de tensions entre Lizzie, qui ne peut pas s’empêcher d’enquêter, en bonne journaliste, et Serge Malkovitch qui, en bon policier, voudrait voir ses amis ne pas empiéter sur ses enquêtes.

Mais, ici, et c’est sans doute l’originalité de ce troisième tome, nous sommes aussi les témoins des affres dans lesquelles Niels se débat, alors qu’il voit des pans entiers de sa vie menacer de s’effondrer. Paddy, avec lequel il parvient enfin à entretenir une relation apaisée, commence à présenter de curieux troubles de la mémoire, de l’équilibre ; Lizzie parait par moment bien lointaine ; et Niels, lui-même, se pose beaucoup de questions, alors que tous ceux qui l’entourent l’appellent à faire face à ce qu’il est vraiment.

De nouveaux personnages apparaissent, comme Nora, la directrice de l’ESAT ; on retrouve avec plaisir les anciens – ceux qui ont survécu aux aventures précédentes, évidemment -. Et l’on retrouve également avec joie les paysages que Charles Aubert nous fait découvrir, à pied, en canoé ou en voiture, depuis le début de cette série.

Mais, même dans ce petit coin reculé, loin des hommes et du monde, notre réalité reste présente. Entre violences faites aux femmes et virus menaçant le monde – hein, quoi, de quoi parlez-vous ? -, c’est bien au cœur de nos vies que cette histoire s’ancre.

Niels, en pleine introspection, va devoir trouver un nouveau chemin. Saura-t-il s’inspirer de l’exemple de Tao et Nathalie, deux des pensionnaires de l’ESAT, qui posent sur le monde un regard joliment décalé et profondément poétique ? Osera-t-il modifier le cours de sa vie ? Il faudra sans doute que la trilogie devienne une quadrilogie pour que nous ayons toutes les réponses…

1 réflexion au sujet de “Vert Samba”

  1. Une bonne surprise pour moi, après un début de lecture un peu désarçonnant: ça a l’air bien doux pour un polar.
    Et cela me permet de découvrir votre blog!
    Bonne fin d’après-midi.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s