Psychologique, Thrillers

Fermer les yeux

Chronique de Fermer les yeux, d’Antoine Renand.

« – J’ai toujours aimé les lames. Ça m’a toujours excité de voir le sang couler… Mais ce que j’aime le plus, tu sais ce que c’est ? L’électricité. Et les cris, les cris… Entendre leurs hurlements. Voir leur gueule terrifiée… »

Antoine Renand, Fermer les yeux, Robert Laffont, 2020, p. 381.

Lire la suite « Fermer les yeux »

Policiers, Psychologique, Roman, Roman noir

Annabelle

Chronique d’Annabelle, de Lina Bengtsdotter.

« Elle allait prendre contact avec les services sociaux, pensa-t-elle en reprenant le chemin du motel. Elle allait prendre contact avec les services sociaux pour Sara. Mais ça ne changerait sans doute pas grand-chose. S’ils travaillaient encore comme à l’époque où elle-même aurait eu besoin d’eux, ça ne ferait pas vraiment de différence. Tout est quand même resté à peu près pareil, songea Charlie. Le temps a passé, mais rien n’a changé, au fond. »

Lina Bengtsdotter, Annabelle, Le Livre de Poche, 2020, p. 123.

Lire la suite « Annabelle »

Policiers, Psychologique, Roman noir, Thrillers

Dix petites poupées

Chronique de Dix petites poupées, de B. A. Paris.

« Maintenant il est trop tard. Finn peut passer des heures, des jours, des mois à me chercher, il ne me trouvera jamais. À moins que je lui laisse une sorte d’indice, que j’arrive à le mettre sur la piste. J’ai une poupée russe dans la poche et, alors qu’Ellen prend le dessus sur moi, je parviens à la laisser à un endroit où Finn la trouvera. Elle devrait, enfin, le mener à la vérité sur les poupées russes. Et s’il découvre la vérité derrière les matriochkas, il découvrira ma vérité à moi. »

B. A. Paris, Dix petites poupées, Le Livre de Poche, 2020, p. 274.

Lire la suite « Dix petites poupées »

Policiers, Psychologique, Thrillers

L’empathie

Chronique de L’empathie, de Antoine Renand.

« Je suis pour ma part spécialisé dans les violeurs en série mais je les inclus dans un cheminement psychique semblable à celui des serial killers. Beaucoup de tueurs en série ont commencé par violer, puis ont tué pour ne pas laisser derrière eux une victime susceptible de les identifier. Ensuite ils ont pris goût au meurtre, à la mise à mort, au sentiment de domination sur un autre être humain au point d’y devenir addict et que ça représente pour eux le comble du plaisir. »

Antoine Renand, L’empathie, Éditions Pocket, 2020, p. 188.

Lire la suite « L’empathie »

Psychologique, Thrillers

Dans son silence

Chronique de Dans son silence, d’Alex Michaelides.

« – Ah, je vois. Nous en avons parlé autrefois. N’est-ce pas ?

– De feux d’artifice ?

– D’amour. Du fait que l’on confond souvent amour et feu d’artifice, passion et dysfonctionnement. Mais le véritable amour est très calme, très tranquille. Il est ennuyeux, comparé au tumulte de la passion. L’amour est profond, calme, et constant. J’imagine que tu donnes de l’amour à Kathy, au vrai sens du terme. Qu’elle soit capable ou non de te le rendre est une autre question. »

Alex Michaelides, Dans son silence, Le Livre de Poche, 2020, p. 139.

Lire la suite « Dans son silence »

Drame, Psychologique, Roman noir

Et toujours les Forêts

Chronique de Et toujours les Forêts, de Sandrine Collette.

« Dévasté.

Y avait-il un autre mot ?

Corentin s’était assis à côté d’Albane, à côté des autres. Comme eux, il contemplait.

Mais contempler quoi ?

Tout ce qui était vif était devenu cendres.

Tout ce qui existait était détruit.

Tout n’était que silhouette noires et atrophiées et brûlées – les immeubles, les arbres, les voitures.

Les hommes. »

Sandrine Collette, Et toujours les Forêts, Éditions JC Lattès, 2020, p. 70.

Lire la suite « Et toujours les Forêts »

Psychologique, Roman noir

Sous les eaux noires

Chronique de Sous les eaux noires, de Lori Roy.

« Cela faisait seulement deux mois qu’elle était de retour à Waddell à ce moment-là, et elle ne s’était pas encore remise de sa séparation d’avec Kyle. Elle n’avait confié à personne qu’elle lui avait proposé de rester avec lui malgré toutes les femmes avec lesquelles il avait reconnu l’avoir trompée, ce à quoi il avait répondu, non merci. Assez vite pourtant, elle s’était habituée à vivre sans lui, et elle avait repris facilement ses vieilles habitudes dans cette ville, quoiqu’un peu trop facilement à son goût. En revanche, elle avait eu plus de mal à se défaire de son sentiment d’humiliation. »

Lori Roy, Sous les eaux noires, Éditions du Masque, 2019, p. 63.

Lire la suite « Sous les eaux noires »

Drame, Psychologique, Thrillers

Notre part de cruauté

Chronique de Notre part de cruauté, d’Araminta Hall.

« Sa robe était ourlée de très vieille dentelle, drapée sur un tissu ajusté et scintillant qui flottait autour de son corps comme de l’eau. Il luisait à chacun de ses gestes, tour à tour soulignant puis dissimulant ses formes parfaites. L’échancrure dans le dos révélait sa colonne vertébrale et le jeu de ses muscles, sa peau d’un brun pâle me rappelant tous les moments où je l’avais tenue dans mes bras. »

Araminta Hall, Notre part de cruauté, Librairie générale française – Préludes, 2019, p. 141.

Lire la suite « Notre part de cruauté »

Essai, Psychologique, Témoignages

Où vont les fils ?

Chronique de Où vont les fils ?, de Olivier Frébourg.

« Dans mon enfance, le magasin où allait ma mère pour des cadeaux de naissance se trouvait dans le centre-ville à côté du magasin de jouets Le Dauphin et du cinéma Le Royal. Les trois ont disparu comme la librairie La Licorne. Les commerces sont désormais des parallélépipèdes métalliques, dans des zones périurbaines. Ce décentrage est aussi celui de ma génération. Nous sommes les enfants des ronds-points, tournant autour de la verticalité sans nous y accrocher. »

Olivier Frébourg, Où vont les fils ?, Mercure de France, 2019, p. 14.

Lire la suite « Où vont les fils ? »

Policiers, Psychologique, Thrillers

Une famille presque normale

Chronique de Une famille presque normale, de M. T. Edvardsson.

« Je lui ai servi un couplet sur le fait que les techniques modernes, qui permettent d’être joignables en permanence, nous ont habitués au luxe de toujours savoir où était notre fille. Au fond, il n’y avait aucune raison de s’inquiéter.

– Elle va sûrement bientôt débarquer au pas de course.

Mais en même temps, une inquiétude lancinante croissait dans mon ventre. Être parent, c’est ne jamais pouvoir se détendre. »

M. T. Edvardsson, Une famille presque normale, Sonatine Éditions, 2019, p. 33.

Lire la suite « Une famille presque normale »