Bandes dessinées, Westerns

Undertaker – T. 6 Salvaje

Chronique de Undertaker – T.6 Salvaje, de Ralph Meyer, Caroline Delabie & Xavier Dorison.

« Dieu a dit que tu crèveras où tu veux, mais Tucson s’en fout. Dieu a donné assez de place pour tout le monde, mais Tucson en veut plus. Alors Dieu a prévenu Tucson : quand on construit sur de la merde… on finit toujours par s’y enfoncer… »

Ralph Meyer, Caroline Delabie & Xavier Dorison, Undertaker – T. 6 Salvaje, Dargaud, 2021, p. 30.

Motivations initiales

Je pense que vous commencez à le savoir, quand j’aime quelque chose – ou quelqu’un – c’est sans limite ! Alors vous imaginez bien que lors de la sortie de ce nouveau tome d’Undertaker, j’étais devant la librairie à attendre l’ouverture pour me procurer le Saint Graal ! 

Synopsis

Après avoir récupéré le cadavre de l’Indien blanc, Sid Beauchamp savoure sa victoire. Il va enfin pouvoir épouser la femme la plus riche de Tucson. Mais pour que tout se déroule comme il le souhaite, il faut que Jonas Crow ne fasse aucune révélation sur la mort de Caleb – l’Indien blanc.

La compagne du défunt – Salvaje – et leur fils Chato sont bien décidés à venger la mémoire de celui-ci et n’hésitent pas à demander l’aide de Jonas Crow.

Avis

Un vrai western comme je les aime ! Sans suspens, ce tome – tant attendu – est encore une fois à la hauteur de mes espérances !

Je vous rassure, tout de suite, je ne vais pas comparer Undertaker et Blueberry, pour moi, ces comparaisons n’ont pas lieu d’être car les deux séries sont – je trouve – très différentes ! Et puis, ça tombe bien qu’elles soient différentes, car je trouve ça vraiment bien que Xavier Dorison garde son identité pour le scénario d’Undertaker, je n’attends pas qu’il copie le Charlier mais bien qu’il fasse du Dorison !

Concentrons-nous sur cet album maintenant… Inutile de vous dire quelle joie j’ai eu de replonger dans l’univers de notre croque-mort et des embrouilles permanentes qui le suivent ! Impossible de ne pas se délecter en suivant Jonas Crow qui trimballe ses failles, mais également ses défauts. Si l’univers du western est connu, reconnu, ici, on peaufine le scénario et on surprend son lecteur !

Côté scénario, ce tome clôture le diptyque consacré aux indiens. Comme bien souvent dans les westerns récents, les indiens sont les gentils et les blancs les mauvais bougres violents – quoique ici, petite nuance, les indiens ne sont pas exempts de toutes critiques ! Les portraits des hommes blancs sont vraiment réussis, ce sont pour la plupart de vrais salopards, adeptes de manigances en tous genres, prêts à tout pour s’élever quitte à écraser les autres. Je dois avouer que le travail sur les personnages est quand même d’une grande qualité, pas besoin de stéréotypes juste du travail pour parvenir à donner naissance à d’affreux personnages à l’image de Sid Beauchamp !

Le graphisme est toujours aussi exceptionnel, on en prend plein les yeux, la colorisation est au top ! Sur le plan visuel c’est un vrai régal !

Sans aucun doute, sans aucune retenue, je vous conseille cette série et vous verrez, vous serez vous aussi in love du croque-mort !

2 réflexions au sujet de “Undertaker – T. 6 Salvaje”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s