Aventures, Bandes dessinées, Westerns

Undertaker – T.4 L’ombre d’Hippocrate

« On veut jouer au docteur ? Prescription de l’Undertaker : calibre 12 et 45… Quatre le matin… Plus personne le soir. »

Ralph Meyer, Caroline Delabie, Xavier Dorison, Undertaker – T.4 L’ombre d’Hippocrate, Dargaud Éditeurs, 2017, p.47.

Motivations initiales

Les Ô Grimoiriens sont tombés sous le charme du terrible croque-mort et de ses rendez-vous avec la mort, alors forcément il nous fallait absolument le tome 4 !

Synopsis

Attention spoil : si vous n’avez pas lu les tomes précédents, ceci n’est pas pour vous !

L’Ogre de Sutter Camp alias Jeronimus Quint a réussi à retourner la situation à son avantage. Après avoir torturé Jonas Crow, il s’enfuit avec Rose. La seule chance de survie de celle-ci, blessée au poignet, est justement le monstrueux chirurgien… Une chasse à l’Ogre s’engage, Jonas Crow et son acolyte chinoise Lin sont bien décidés à sauver leur amie et à empêcher Jeronimus Quint d’agir en boucher plutôt qu’en chirurgien. Mais comment Jonas Crow va-t-il pouvoir arrêter l’Ogre de Sutter Camp alors que celui-ci parvient à transformer chacun de ses patients en un allié pour contrer Undertaker ?

Avis

> L’avis de C

Finalement, on ne peut être que ravis d’avoir attendu la sortie de ce tome 4 ! Certes l’attente était très – trop – longue, mais en lisant cet album : ON SE DÉLECTE ! C’est une réussite, une superbe réussite !

Mais rentrons un peu plus dans les détails…

Niveau graphisme, nous sommes toujours sur un dessin extrêmement maîtrisé. En effet, chaque coup de crayon transpire une émotion – et, croyez-moi, elles sont nombreuses -, à chaque planche, on sent la colère, on sent la violence, on sent même l’amour naître et les fortes valeurs de l’amitié et de la fidélité chez les deux femmes qui accompagnent Jonas Crow. Sur le plan visuel, c’est détonnant, on ne peut qu’apprécier.

Mais il n’y a pas que le visuel qui compte, il y a bien sûr l’histoire ! À, chaque fois, les suites de BD et autres objets livresques me font peur… J’ai peur de tourner en rond, de me lasser des personnages, de leurs aventures. Alors forcément, ce nouveau tome j’en attendais énormément, mais avec une certaine inquiétude. Ici, on est emporté par les aventures de Jonas Crow, on n’a pas le temps de souffler, on sent la poudre, le sang, bref on ne s’ennuie pas ! C’est palpitant et surtout les auteurs arrivent à garder un suspens jusqu’aux dernières pages, on ne sait pas comment va se clôturer cette traque, on ne sait pas qui va y rester… Et puis, on sent que les auteurs prennent de l’assurance car ils se permettent de plus en plus de touches d’humour qui font sourire le lecteur au milieu de ce bain de sang et ils mettent juste ce qu’il faut d’histoire d’amour pour ne pas tourner à l’absurde !

Bref, ce tome 4 est un sans faute ! On se régale, on tourne les pages et sans se rendre compte, on arrive à la fin de l’album – malheureusement ! C’est un très bon moment encore une fois, on attend la suite avec impatience. Je n’espère qu’une chose, je ne veux que cela pour Noël : pouvoir aller à Angoulême, que les auteurs soient là et que je reparte avec ma dédicace car cette série, c’est, pour moi la MEILLEURE de toutes les séries dans ma bédéthèque…

Pour ceux qui ont encore des doutes sur cette série BD, sincèrement, n’hésitez plus, c’est excellent… Et pensez à vos proches car c’est une superbe idée cadeau !

> L’avis de T

Avec le retour de notre croque-mort préféré, vers quoi allions nous aller ?

L’immense qualité de cette série, c’est que les personnages sont remarquablement complexes. Les gentils sont un peu méchants quand même, et les méchants sont aussi un peu gentils, ou, au moins, ils ont des motivations audibles… Bref, cette série, c’est la vie. Pas de blanc ni de noir, du gris, et des nuances… toute ressemblance avec autre chose ne serait naturellement que volontaire !

Les dessins sont toujours aussi réussis, capables de passer de la violence… à la brutalité, quasiment sans intermédiaire ! Quand, dans une planche, il pleut, vous avez l’impression d’être mouillé ; quand dans l’un des dessins, la nuit tombe, vous cherchez l’interrupteur pour allumer la lumière !

L’histoire également est particulièrement bien ficelée. Ça bouge, ça rebondit, ça surprend, ça ne vous laisse pas une seconde en repos.

Alors ? Alors, si vous n’aviez pas encore été convaincus, il n’y a qu’une seule chose à faire : attraper vite vos affaires, votre carte bancaire, les clés de voiture, et hop, direction votre librairie préférée ! C’est un must !

IMG_0435

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s