Manga, Psychologique, Young Adult

Artiste, un chef d’exception, tome 1

« Depuis tout petit, je m’intéresse à trop de choses pour pouvoir approfondir quoi que ce soit. Ça n’a pas changé à l’âge adulte. Je ne savais pas qu’on pouvait aimer une chose au point de vouloir y consacrer toute sa vie. »

Taro Samoyed, Artiste, un chef d’exception – T. 1, Éditions Glénat, 2018, p. 127.

Motivations initiales

Ayant reçu ce manga dans le cadre d’une opération « Masse critique » de Babelio, difficile de savoir réellement à quoi s’attendre. Mais le « pitch » de départ semblait prometteur : la vision d’un auteur japonais de manga sur le monde de la restauration et des grands chefs français, ça pouvait mériter le coup d’œil…

Synopsis

Quand Marco, un jeune homme un peu bohème, touche-à-tout, débarque dans les cuisines d’un grand restaurant, il découvre un monde à part. Rapidement, il est chargé de la plonge, et se voit attribuer comme mentor un certain Gilbert. Mais celui-ci semble savoir bien plus de choses sur l’art de la cuisine que sa fonction de plongeur ne le nécessiterait.

Petit à petit, Marco va apprendre à découvrir ce monde, et ceux qui le compose. Il va contribuer à ouvrir des portes à Gilbert, dont la timidité maladive semble cacher bien des mystères…

Avis

> L’avis de T

C’est un drôle de manga que voilà…

Il y a une série d’éléments assez décalés, voire très décalés. Est-ce la grande cuisine française vue du Japon ? Les prénoms, déjà, de deux des jeunes personnages ne sont pas d’une modernité absolue : Gilbert et Maurice… Du coup, on se demande un peu à quelle époque l’histoire se situe, mais on n’a pas de réponse évidente.

Gilbert est donc notre héros. Bizarrement, il a un petit peu l’air asiatique, ce qui tend également à mettre un doute.

Au démarrage du livre, on est un peu dans le flou également. C’est avec l’arrivée de Marco dans le restaurant que l’histoire débute. Et il faut quelques pages pour comprendre que, en réalité, le véritable personnage central sera Gilbert.

Les différents chefs sont parfaits : Calment débarque dans le manga en beuglant, il nous est présenté comme un perfectionniste qui ressemble furieusement à quelques-uns des chefs que nous pouvons découvrir à la télévision… Maigret, lui, est un businessman-cuisinier, comme les médias nous ont également déjà permis d’en découvrir.

Mais une fois que les choses sont en place, l’histoire commence à gagner en épaisseur. Les personnages sont attachants et révèlent progressivement une complexité de bon aloi. Et la galerie de portraits vient encore se renforcer avec Catherine, une logeuse qui accueille dans sa maison des artistes, soucieuse de leur proposer un hébergement accessible, compte tenu de leurs faibles revenus.

L’intrigue n’est peut être pas trépidante, mais elle est efficace, et on se prend vite au jeu. On a envie de savoir comment Gilbert va, progressivement, affirmer tout son talent, et comment il va dépasser ses blocages psychologiques. Ainsi, malgré les côtés décalés, on accroche à l’histoire, et on est déjà impatient de retrouver nos personnages… Vivement la suite !

IMG_0533

1 réflexion au sujet de “Artiste, un chef d’exception, tome 1”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s