Drame, Prix littéraires, Roman

Un mariage américain

Chronique de Un mariage américain, de Tayari Jones.

« – Je n’ai pas fait ce dont on m’a accusé.

– Je le sais. Personne ici ne pense que tu es coupable. Tu était juste le type de la mauvaise couleur au mauvais endroit au mauvais moment. On ne peut pas faire confiance à la police. C’est pour ça qu’il y a tant des nôtres derrière les barreaux. »

Tayari Jones, Un mariage américain, Éditions Plon, 2019, p. 228.

Motivations initiales

Chez Ô Grimoire, nous avons reçu la première sélection des jurées du mois d’août du grand prix des lectrices Elle. Trois belles briques, un policier, un essai et un roman… Pourquoi ne pas commencer par celui-ci, puisque, au vu de la quatrième de couverture, tout semble réuni pour qu’il me plaise !

Synopsis

Celestial & Roy se sont rencontrés à la fac, depuis ils ne se sont plus quittés et sont désormais mariés. Elle est brillante, belle, douée de ses mains – elle conçoit des poupées ultra-réalistes qu’elle vend à prix d’or. Lui, il ne vit que par elle et pour elle. Ce jeune couple a tout pour être heureux : ils incarnent le « rêve américain » ou presque… Le seul bémol, c’est qu’ils sont noirs dans un État du Sud dans lequel les gens de couleurs sont encore regardés de travers.

Roy se retrouve accusé de viol. Celestial sait que son mari est innocent et compte sur la justice pour l’innocenter et le laver de cet affront. Mais pour la justice, Roy est le coupable idéal et écope d’une peine de douze ans de prison.

Une année, deux années passent… Celestial pensait tenir le rôle de l’épouse modèle, pensait pouvoir attendre Roy et ne pas voir leur mariage voler en éclat. Le monde carcéral les éloigne, jetant Celestial dans les bras d’un autre homme.

Suite à une erreur dans la procédure, Roy est libéré et il compte bien rattraper ces cinq années qu’on vient de lui voler. Il décide donc, en bon mari, de rentrer « chez lui » à Atlanta et de retrouver son épouse.

Roy va comprendre que la prison ne laisse rien intacte, comme un raz de marée, et détruit tout ce qui entoure le prisonnier.

Avis

> L’avis de C

Cette lecture est, pour moi, une grosse déception, d’autant plus que tout était réuni pour que ce livre soit une pépite !

D’abord, il s’agit d’un roman « à plusieurs voix ». Sauf exceptions, j’ai vraiment du mal avec ce type de roman. Passer d’un personnage à un autre fait que, souvent, je ne parviens pas à m’attacher aux personnages, parce que j’ai l’impression de ne pas les découvrir totalement. Déjà, je pars avec un gros handicap !

Ensuite, plus les pages s’enchaînent, plus je trouve que c’est mou, que ça manque de rythme. En plus, on voit la fin venir à des kilomètres. Côté rythme, il faut attendre quasiment la moitié du roman pour que l’histoire commence à gagner en vitesse…

Sur la psychologie même des personnages, et alors que l’on comprend assez vite que Roy est en train de perdre sa femme, l’effondrement du mariage semble tout de même bien rapide : le lien entre Roy et Celestial parait vraiment se briser très vite, alors même qu’ils nous sont montrés au départ comme un couple modèle.

Enfin, ce qui aurait pu être une thématique très forte du livre – l’erreur judiciaire rendue possible par le racisme latent -, n’est pratiquement pas exploitée, en réalité ! Certes, on suit un petit peu Banks, l’avocat de la famille de Celestial, mais on ne nous tient  qu’incidemment au courant de l’avancée du procès en appel ; de la même façon, un vice de procédure est signalé, mais rien n’est réellement expliqué. Je trouve cela d’autant plus dommage que, même si l’histoire se déroule il y a quelques années, cette idée d’une justice à plusieurs vitesses reste malheureusement d’actualité, et que, encore récemment, des doutes de cette nature se sont faits jour dans des affaires criminelles américaines.

Bref, je trouve que ce livre manque singulièrement de profondeur, et ce d’autant plus que les sujets traités me paraissaient intéressants et importants…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s