Aventures, Drame, Historiques

Mamma Roma

Chronique de Mamma Roma, de Luca Di Fulvio.

« En un éclair, elle se perdit dans ses souvenirs qui remontaient d’un lointain passé, comme si elle se noyait dans un tourbillon ou était attirée par le vide, et elle était surprise qu’ils soient restés aussi vifs, bien qu’elle les ait ensevelis très profondément en elle afin de devenir ce qu’elle était devenue. Une autre. La comtesse. »

Luca Di Fulvio, Mamma Roma, Slatkine & Cie, 2021, p. 120.

Motivations initiales

Chez Ô Grimoire, ce n’est plus un secret, nous apprécions la plume de Luca Di Fulvio, tout autant que sa bonne humeur et son large sourire ! Vous vous doutez donc bien que nous n’étions que joie lorsque Slatkine nous a envoyé Mamma Roma ! Alors quand l’occasion d’en faire une lecture commune – avec livrement_ka – s’est présentée, vraiment, il n’y avait aucune raison de se priver !

Synopsis

Rome. 1870.

La situation sur le plan politique est chaotique, certains font le rêve d’une Italie unifiée, alors que d’autres, à l’image des armées papales, assistées de troupes étrangères, qui luttent pour que Rome reste aux mains du pontife.

Rome est le joyau de l’Italie, l’endroit le plus symbolique pour les italiens. Mais Rome est également sans pitié et n’hésite pas à infliger à ses habitants des déceptions, des désillusions et des rencontres pouvant provoquer la mort.

Et l’on découvre Pietro, Marta et Nella. Si la vie ne les a pas épargnés, ces trois destins vont œuvrer pour avoir enfin une vie placée sous le signe de l’amour et de l’Italie unifiée. Et si pour changer les choses, il suffisait d’un appareil photo ?

Avis

Cette immersion dans une Rome en ébullition est – une fois encore – une véritable réussite ! Luca Di Fulvio prend son lecteur par la main pour le plonger dans une incroyable fresque romanesque, qui relève pratiquement de l’épopée chevaleresque pour lutter contre l’injustice. Croyez-moi, pendant plus de six cent pages, vous allez valser au gré du désespoir, de l’amour, de la lutte pour ses idéaux et de la mort.

Dès les premières pages, c’est comme si l’on faisait son entrée dans un bal à l’occasion duquel nous rencontrons des personnages ayant tous un passé compliqué dont ils essayent de s’extirper. Que peut-on faire contre ses démons qui, bien souvent, nous rattrapent en un claquement de doigt ?

Les personnages sont nombreux – très nombreux ! -, mais ils ont tous une utilité qui légitime leur présence. Le travail de l’auteur sur les personnages est incroyable, ils ne sont pas lisses, ils ont tous une particularité qui donne souvent envie de les protéger et de les apaiser.

L’histoire est riche, dense. Elle est surtout un cri d’espoir, un cri pour une vie meilleure. Les émotions vous attendent à toutes les pages, avec, parfois, des hommes dont la noirceur et la méchanceté sont sans égal ; et puis, à d’autres moments, l’auteur nous rappelle qu’il suffit d’une rencontre pour que votre ciel s’éclaire.

C’est un incroyable voyage que nous offre ici Luca di Fulvio. L’histoire de Pietro, Marta et Nella, se vit, elle ne se peut se raconter en quelques lignes… C’est ce que j’aime avec l’auteur, à chaque fois que l’on ouvre un de ses livres, c’est une invitation au voyage qui se cache derrière l’odeur du papier.

Si je referme ce roman en ayant l’impression d’avoir combattu aux côtés des ceux qui rêvent d’une Italie unifiée, je me rends compte que cette histoire est un brin moins sombre et moins dure que les autres livres de l’auteur mais croyez-moi, c’est un roman que vous devez absolument vous procurer !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s