Aventures, Fable

Le chien du forgeron

Chronique de Le chien du forgeron, de Camille Leboulanger.

« Le Chien sourit, satisfait de la fable qu’il s’était racontée. Une fois Emer délivrée, il la raconterait autour de lui, et ses compagnons aussi. Ainsi, il façonnerait lui-même la vérité, plutôt que de la chercher sous ses yeux, dans les gestes et les actions des hommes. Le sort des femmes des Ulates est souvent celui-ci : puisqu’on ne les voit guère et qu’elles ne parlent pas, il est aisé pour les hommes qui les convoitent de leur faire dire ce qu’ils désirent. »

Camille Leboulanger, Le chien du forgeron, Éditions Argyll, 2021, p. 133.

Motivations initiales

Ce livre attendait sur l’une des tables de l’une de nos librairies habituelles, et il m’a fait de l’œil au passage. Il faut dire qu’il retient l’attention, de couleur claire, avec l’entrelacs de blanc, de noir, d’ocre, qui forme comme un cartouche. Et puis j’avais déjà noté l’existence des éditions Argyll, sans avoir rien lu de ce qu’ils ont publié. Alors, quand en quatrième de couv’, j’ai lu qu’il s’agissait – sans rentrer dans les détails – d’un récit se déroulant dans le cadre de la mythologie celtique, l’hésitation n’était plus de mise. Il est donc reparti avec nous, avant de passer quelque temps dans la PAL… pour en ressortir là !

Synopsis

Un conteur, un soir, décide de raconter, moyennant le fait que l’on garde sa coupe pleine tout au long de son récit, l’histoire de Cuchulainn, héros celte, surnommé le Chien du forgeron. L’homme qui s’apprête à revenir sur cette histoire connue de tous a fréquenté le Chien, il se targue donc de pouvoir révéler des vérités au-delà de ce que chacun croit déjà savoir.

Et, en effet, il va parvenir à conserver l’attention de son auditoire pratiquement jusqu’à l’aube, et à se faire payer à boire. C’est en tout cas ce que Camille Leboulanger nous donne à lire !

Avis

Ce livre avait tout pour me plaire. Mais, je dois le dire tout de suite, le dispositif choisi, celui qui met en scène ce conteur qui, pour un public que l’on devine mais auquel on se demande parfois si on y appartient, va raconter cette histoire, je n’ai pas accroché. J’ai eu l’impression, tout au long de ma lecture, d’être « à côté », de ne pas accéder à la psychologie des personnages.

J’ai assisté à cette histoire, comme à distance. À froid. Et ce n’est pas faute, pourtant, d’avoir noté de ci, de là, des formulations d’une justesse, d’un réalisme, décrivant remarquablement notre société actuelle. Alors, certes, c’est justement le propre des mythologies de toutes les époques et de tous les lieux de résonner avec la vie de chacun. Mais cela m’a paru froid, désincarné, distancié.

Sur la condition féminine : « Emer, bouche bée, haletait. Elle comprit que pour elle, ou plutôt en son nom, une paix de plusieurs dizaine d’années avait manquée être brisée. Tout cela, et personne ne lui avait accordé un regard. On se battait pour elle comme pour un troupeau de bœufs ». Ou, également, « Il est maints drames que personne ne raconte jamais qui se jouent à l’intérieur d’une demeure, entre des femmes auxquelles les conteurs ne prêtent jamais attention, entre des portes closes. Parfois, l’écho de ces guerres silencieuses se fait entendre dans le récit des bruyants conflits des hommes ».

Sur la vie en société : « Ainsi changent les lois des hommes : elles sont brisées sans y penser. On se dit : « Quelle différence cela peut-il vraiment faire ? Est-ce si important ? Un guerrier triomphant a bien plus fière allure l’arme à la main ! » et, avant un an, le fer peuple à nouveau les rues là où il n’avait pas droit de cité. »

Mais j’attendais un souffle différent, un dispositif plus vivant, quelque chose d’épique. J’ai espéré un de ces récits qui vous emportent, vous laissent pantelants, hors d’haleine, assommés. Était-ce trop d’attente, était-ce trop d’exigence ?

J’ai le sentiment d’avoir raté ce livre. Je n’ai donc pas l’impression d’être capable d’objectivité. N’hésitez pas à donner vos avis !

Pour en savoir plus

Retrouvez la présentation de ce livre sur le site de l’éditeur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s