Bandes dessinées, Historiques

Les liaisons dangereuses Préliminaires – T.1

« Si on sait regarder vraiment, en se concentrant, on peut voir la vraie personnalité derrière le visage qu’affichent les gens. Car la vérité, c’est que derrière chaque homme, derrière chaque femme, se cache un animal. Personne ne le voit parce que nous portons tous un masque d’humain. »

Stéphane Betbeder, Djief, Les liaisons dangereuses Préliminaires – T. 1, Éditions Glénat, 2017, p. 11.

Motivations initiales

L’adaptation d’un célèbre roman en BD ? Il ne faut pas passer à côté ! Ni une ni deux, cette BD rejoint notre pile à lire !

Synopsis

L’histoire commence alors que Sébastien subit une énième crise d’épilepsie. Et l’on découvre alors cette famille. Sébastien a trois frères ainés destinés, pour l’ainé, à reprendre le titre, pour le deuxième, à mener une carrière militaire, pour le troisième, à entrer dans les ordres, et trois sœurs, dont le mariage doit renforcer la position familiale.

L’ainée, d’ailleurs, est sur le point de rencontrer le fils de la comtesse de Senanges, une femme libre, depuis le mariage de son mari.

Mais Sébastien découvre que, derrière ce projet de mariage, se cache en réalité une histoire bien plus sordide : son père avait une aventure avec Madame de Senanges, laquelle, ayant mal gérée sa fortune, trouve à ce mariage un intérêt financier.

Sébastien devient l’amant de Madame de Senanges, qui lui ouvre la porte d’un monde de fausseté. Dans la trahison, il va devoir choisir ce qu’il veut finalement devenir… rester Sébastien, dans l’ombre, ou devenir un lion…

Avis

> L’avis de C

Un immense coup de cœur – et pourtant ça partait mal – !!! Je m’explique…

J’avais repéré cet album en librairie. Après avoir feuilleté quelques pages, la magie des dessins et le choix des couleurs m’a fait fléchir et on est repartis avec ! Mais grosse déception en commençant l’album : la police de caractère choisie lorsque Sébastien, le narrateur, se parle à lui-même est vraiment très très mal choisie au final ! La lecture est difficile et fait même mal aux yeux ! Mais heureusement le dessin sensuel et très coloré rattrapent un peu les choses !

Ça c’est pour l’objet-livre vous me direz… mais le fond alors ?!? Eh bien le fond est d’une qualité impressionnante ! C’est très bien fait ! L’histoire est palpitante, remplie de mensonges, d’adultère, de trahisons… Bien sûr ce qui m’a le plus plu c’est la question de fond : est-ce que l’Homme se dissimule derrière un faux visage ? Nous comportons nous véritablement comme des bêtes sans se soucier du mal que l’on peut faire autour de nous ? Bref, une histoire palpitante sans temps mort, pleine de surprises à toutes les pages !

On accompagne Sébastien, vicomte de Valmont dans son apprentissage de la vie. On le voit devenir un jeune homme fort et un brin manipulateur alors que jadis il était si chétif et si renfermé sur lui-même. On le voit briller au milieu de gens de la haute société lorsqu’il improvise quelques vers ou bien encore user du mensonge – après tout, il est formé par la meilleure en ce domaine, Madame de Senanges -. Un passage de l’âge de l’innocence et de l’ignorance qui se fait au profit de la découverte de la plus ignoble des trahisons !

J’ai beaucoup aimé cette façon de coller au roman Les liaisons dangereuses mais en s’autorisant quand même quelques divergences. Divergences qui pour une fois ne sont pas exagérées et même rondement menées !

À dévorer rapidement.

> L’avis de T

Voilà une excellente surprise ! Je ne savais pas à quoi m’attendre. Je n’ai pas lu Les liaisons dangereuses – ben oui, ça existe encore -, le film… sans plus. Bref, où mettais-je donc les pieds ?

Les dessins sont magnifiques, ce qui facilite le fait d’entrer dans l’histoire. Comme le signale C, en revanche, la police de caractères « manuscrite » est difficilement lisible, ce qui gâche un peu. Je comprends l’idée de distinguer la partie de narration, lorsque Sébastien raconte et partage ses pensées de la partie consacrée aux dialogues, mais le choix, ici, n’est pas heureux !

En revanche, pour tout le reste, c’est extrêmement efficace. On découvre un Sébastien, le futur Valmont, chétif, faible, souffreteux, mais aussi curieux, observateur, fin. Le soir où il découvre que la comtesse de Senanges et son père ont eu une aventure, il devient l’amant de celle-ci. Ce faisant, il entre de plein-pied dans un monde dont il a tout à découvrir, un monde de faux-semblants, de trahisons, de mensonge et de tromperie.

L’idée de faire de Madame de Senanges une tenante de la psychognomonie, cette pseudo-science qui voulait que la forme du visage et l’animal dont il se rapproche le plus soit une indication de notre principal trait de caractère, est particulière maligne. D’abord parce qu’elle est parfaitement raccord avec l’époque, mais aussi parce qu’elle est l’occasion d’un habile jeu entre le texte et les dessins.

Et l’on voit ainsi naître celui qui, dans la suite de la série, sera le Vicomte de Valmont. Vivement le prochain épisode !

IMG_7219

2 réflexions au sujet de “Les liaisons dangereuses Préliminaires – T.1”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s