Aventures, Bandes dessinées, Historiques

Darnand, le bourreau français – T. 1

« – Tu sais comment les angliches appellent leurs tireurs embusqués ? Des snipers. Snipe, ça veut dire bécassine.

– Comme l’oiseau ?

– Ouais. En réalité, c’est la bécasse. Y a pas plus dur à tirer. Elle reste immobile jusqu’au dernier moment. Et puis, d’un coup, elle part en zigzaguant. »

Patrice Perna, Fabien Bedouel, Darnand, le bourreau français – T. 1, Rue de Sèvres, 2018, p. 5.

Motivations initiales

Une bande dessinée qui parle de la guerre ? Une couverture qui attire l’œil ? Cela suffit pour se retrouver dans notre PAL…

Synopsis

Le 14 juillet 1918, alors que l’État-Major allié s’attend à une attaque allemande, quelques soldats du 366e régiment d’infanterie attaquent un abri allemand. À l’occasion de cet assaut, ils s’emparent de la sacoche d’un officier, qui contient tous les plans de l’offensive prévue. Dans le groupe, l’adjudant Joseph Darnand, qui, pour ce fait, sera décoré de la Légion d’honneur, et Ange Servaz, tireur d’élite, qui perd un œil à cette occasion.

1938. On retrouve Darnand, retourné à la vie civile, mais mécontent de sa situation. Il s’est engagé dans l’Action française, et ne rêve que de renverser la république, vendue, de son point de vue, aux juifs et aux bolchéviques. À cet effet, il retrouve Servaz, et l’entraîne avec lui. Mais, dénoncés, ils sont emprisonnés.

1939, quand la France déclare la guerre à l’Allemagne, ils s’engagent tous les deux, et se retrouvent affectés au 24e bataillon de chasseurs alpins…

Avis

> L’avis de T

En commençant cette bande dessinée, je ne me suis pas posé de question sur le titre, et je n’ai pas regardé de quoi elle parlait. Ce n’est donc que progressivement que j’ai compris que c’est de Joseph Darnand que l’on allait parler. Et, j’avoue, je n’ai pas très précisément en tête le parcours de ce monsieur.

Aussi, pendant toute la première partie, celle qui se déroule en 1918, il apparait essentiellement comme un homme courageux, qui n’abandonne jamais ses hommes, qui fait tout, même si ce n’est pas raisonnable, pour les ramener.

Puis, lorsqu’on le retrouve en 1938, on découvre son côté sombre. Il est aigri, pratiquement marginalisé, il frappe sa femme, il est hyper-politisé. Bref, c’est un sale type, qui ne recule devant rien. Il n’hésite pas à tuer, il est prêt à renverser la république. Et encore, le peu que je connais de lui me permet d’anticiper sur le fait qu’il va aller encore bien plus loin…

Le scénario est agréablement construit : il laisse suffisamment de suspense, mais reste assez facile à suivre. La construction en plusieurs « moments » (en 1918, en 1938, en 1939) constitue une espèce de millefeuille, mais on ne s’y perd pas.

Les dessins et les couleurs sont très efficaces. Les variations d’ambiance sont bien rendues, elles accompagnent les changements d’époque, ce qui facilite aussi le fait de s’y retrouver.

Bref, une très bonne bd, qui permet d’apprendre des choses tout en restant agréable à lire. Alors vivement le tome 2 !

IMG_5332

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s