Bandes dessinées, Historiques

Murena – T.1 La pourpre et l’or

« Va, Lucius Dominus Nero ! Je te promets gloire et fortune. Si tu suis ma lumière, NOTRE lumière. »

Jean Dufaux, Philippe Delaby, Murena, T.1 La pourpre et l’or, Dargaud, Benelux, 2015, p. 7.

Motivations initiales

Les amis sont paraît-il de bons conseils, non ? Eh bien, un ami proche me parle de cette BD depuis un bon moment et j’ai fini par me décider à lire le tome 1…

Synopsis

Rome. Mai 54. Tout le monde veut le pouvoir et tout le monde est prêt à tout pour l’obtenir ! Agrippine, seconde épouse de l’empereur Claude et mère de Néron, met au point un plan machiavélique visant à se débarrasser de son époux. En effet, Claude ayant adopté Néron, Agrippine veut le placer sur le trône. Une course contre la montre s’ouvre alors : arriver à empoisonner l’empereur avant qu’il ne la répudie ou qu’il ne désigne son fils de sang, le jeune Britannicus, comme héritier du trône.

Avis

> L’avis de C

Quel délice ! On nous présente ici une histoire de Rome bien différente de ce que l’on peut nous enseigner dans nos manuels scolaires ou bien dans mes livres d’agrégation ! Ici, l’histoire est sordide, elle n’est que violence, trahisons et superstitions !

Immédiatement après avoir refermé cet album, une seule question trottait dans ma tête : pourquoi avoir attendu aussi longtemps avant de commencer cette série et surtout pourquoi l’avoir laissée aussi longtemps dans ma PAL (quasiment deux ans…) !!!

Dès les premières pages, on est littéralement absorbé dans l’histoire. Il n’y a aucun temps mort, aucune pause possible, on passe une cinquantaine de page en apnée, à se demander comment tel ou tel personnage va survivre ou alors quand il va mourir… Le scénario est captivant et impeccable alors que ce n’était pas joué d’avance car les contraintes imposées par la vérité historique sont nombreuses.

Autre atout de cet album, les dialogues et les réflexions des personnages sont également percutants et pour les initiés ou les férus d’histoire, on peut reconnaître ici et là quelques citations de philosophes et de poètes de romains.

Et puis… vous commencez à me connaître, moi je suis sensible au dessin. Si le dessin ne me plaît pas, bien souvent cela freine ma lecture et influence mon jugement. Ça peut paraître un peu léger comme argument mais je trouve que la BD parfaite doit être aussi bonne sur le fond que sur la forme… Ici, les dessins sont précis et très élégants, ils regorgent de détails – notamment les blessures des gladiateurs lors des combats ou lorsque du meurtre sauvage de Lollia -, on discerne sans mal l’expression des personnages et on apprécie la beauté des lignes de corps des personnages…

Tout petit bémol, pour le moment, on ne comprend pas vraiment le titre de la série. Certes on nous présente Lucius Murena, mais il ne fait pas partie des personnages centraux de ce tome… C’est un bémol sans en être un me direz-vous, car au moins ça tient en haleine le lecteur et on ne peut que courir acheter le tome 2 !

Une belle découverte, une belle bulle d’air, un beau voyage dans la Rome antique même si de nombreuses critiques reprochent à cette série d’être trop « académique » au niveau narratif, je vous la conseille car c’est réellement très réussi !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s