Psychologique, Thrillers

Fermer les yeux

Chronique de Fermer les yeux, d’Antoine Renand.

« – J’ai toujours aimé les lames. Ça m’a toujours excité de voir le sang couler… Mais ce que j’aime le plus, tu sais ce que c’est ? L’électricité. Et les cris, les cris… Entendre leurs hurlements. Voir leur gueule terrifiée… »

Antoine Renand, Fermer les yeux, Robert Laffont, 2020, p. 381.

Motivations initiales

Nous avons participé à une opération « privilégiée » sur Babelio pour ce roman. Comme j’avais lu L’empathie et que j’avais vraiment eu le coeur qui palpite et des coups d’angoisse, je me suis dit « je veux absolument lire le nouveau d’Antoine Renand » !

Synopsis

Que peuvent avoir en commun un adjudant chef à la retraite, une brillante avocate et un écrivain captivé par les tueurs en série ? Ils sont persuadés que la justice a mis en prison un innocent. Quinze ans plus tôt, le retraité de la gendarmerie faisait craquer un marginal d’un petit village ardéchois. Le jeune marginal passait aux aveux en avouant avoir kidnappé la petite Justine Morin, l’avoir violée, mutilée et étranglée…

Rongé par les remords et espérant voir triomphé la vérité, l’ancien gendarme est persuadé que la découverte du corps d’une jeune fille disparue est l’oeuvre du véritable assassin de la petite Morin. Et il est également sûr que les disparitions de mineures que les gendarmes ne prennent pas aux sérieux sont également liées à l’assassin…

Sauf que lorsque l’on s’attaque à un tueur en série dénué d’humanité et à une machination, la situation peut vite nous échapper et l’on peut devenir victimes à notre tour.

Avis

Antoine Renand avait mis la barre très haute avec son précédent thriller L’empathie. J’avais vraiment eu la frousse et même l’estomac dans la bouche, c’était un sans faute ! J’ai donc entamé ce roman avec de grands espoirs…

Dès les premières pages, on sent que l’auteur veut plonger ses lecteurs en total immersion dans son histoire. Croyez-moi ça commence de façon assez barbare, un accident de la route et une enfant morte… On entame donc ce roman avec un fort sentiment de culpabilité de la part d’un des personnages principaux, on se doute que sa vie va voler en éclat et qu’il va y laisser des plumes…

Très vite l’histoire s’emballe, s’accélère avec une disparition d’une fillette du pays et les habitants veulent la tête du coupable. Là encore, on a pas le temps de remonter à la surface, de respirer Antoine Renand nous fait boire la tasse et on embarque dans une spirale de violence et de douleurs.

Lorsque le cadre est posé, que l’histoire avance, j’ai encore une fois halluciné face aux talents de l’auteur pour travailler ses personnages. Il arrive à donner vie au pire salopard que la terre peut porter et on en arrive à avoir peur de voir arriver au coin de la rue un type avec des cheveux blancs ! Ce que j’ai aimé de ce thriller-psychologique c’est indéniablement le travail effectué par l’auteur pour créer des personnages machiavéliques, c’est très réussi !

Autre atout de ce roman, c’est son intrigue, il y a du suspens jusqu’à la dernière page… On ne sent rien venir… Comme un tueur en série, comme un psychopathe, l’auteur manipule ses lecteurs pour les perdre sur des fausses pistes…

Un solide thriller, des personnages complexes, une intrigue complètement inédite… Bref, Antoine Renand confirme son talent de conteur macabre ! Une plume à suivre et à lire sans hésitation !

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s