Roman

L’embuscade

Chronique de L’embuscade, de Émilie Guillaumin.

« – Les corps seront rapatriés dans deux jours, a continué Biaggi que j’écoutais désormais avec haine. Une cérémonie d’hommage national aura lieu aux Invalides. »

Émilie Guillaumin, L’embuscade, HarperCollins France, 2021, p. 54.

Motivations

Je regarde souvent les vidéos de Gérard Collard, célèbre libraire de la Griffe noire à Saint-Maur que vous connaissez sûrement. Je note ses recommandations dans mon Iphone et souvent je pioche des idées lectures dans mes listes d’ouvrages à acheter/lire.

Ce livre est l’un de ceux qui ont fait pleurer Gérard Collard cet été… Autant vous dire que j’en attendais beaucoup !

Synopsis

Un mois et demi. Cela fait déjà un mois et demi que Clémence et ses trois garçons ont vu Cédric, ce soldat du régiment du Treize partir en mission. L’absence commence à se faire sentir et tous n’ont qu’une envie : qu’il rentre rapidement à la maison. 

Mais au petit matin, Clémence a la désagréable surprise de voir une délégation militaire sonner à sa porte. L’adjudant Cédric Delmas et cinq de ses camarades sont tombés dans une embuscade.

Sont-ils morts ? Vivants ? Prisonniers ? Clémence et les autres femmes vont se heurter au silence étouffant du monde militaire, car dans l’armée on ne parle pas, on reste évasif, on informe sans informer, on joue sur les mots.

Armée de courage, Clémence veut percer les mystères autour de cette embuscade et comprendre pourquoi l’armée garde le mystère autour de la disparition de son homme.

Avis

Avant de vous partager mon ressenti après avoir refermé ce livre, j’ai dû prendre plusieurs jours de recul, j’avais besoin de digérer, de me remettre du choc de l’explosion et de ce qu’elle provoque.

Émilie Guillaumin propulse son lecteur dans le monde militaire et des contraintes/sacrifices que doivent faire les soldats ainsi que leur famille. Elle nous fait comprendre que, pour les proches de ceux qui servent notre pays, la mort est toujours là en embuscade… Cette immersion dans la sphère militaire est captivante, voire romanesque. Et pour cause, l’histoire de l’adjudant Cédric Delmas est malheureusement une histoire qui nous renvoie à ce que nous connaissons actuellement lorsque certains régiments sont envoyés en OpEx dans des contrées à la situation chaotique.

L’auteure a choisi de se placer dans la peau de ceux que l’on a l’habitude de surnommer « la base arrière », c’est-à-dire la femme ou bien encore la famille des militaires. C’est subtil, très délicat et même si la situation est globalement insoutenable pour la famille du disparu, on ne tombe pas dans le « pathos ».

Ce roman est une quête vers la vérité et une leçon de bravoure contre l’adversité, contre le silence de certaines autorités. Cette histoire parle du manque d’un être cher, du poids du deuil, il se dévore car on veut absolument savoir si la lumière va être faite sur la disparition de ces soldats.

Un seul conseil, ne passez pas à côté de ce roman !

Pour en savoir plus

Retrouvez la présentation de ce livre sur le site de l’éditeur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s