Aventures, Historiques, Thrillers

Le mystère Caravage

Chronique de Le mystère Caravage, de Peter Dempf.

« Qu’il brûle, ce fichu atelier ! Qu’il se transforme en un brasier infernal ! Vous n’avez aucune idée de ce que c’est de mettre ses pensées sur une toile, vous autres ! Vous n’êtes qu’une bande d’ignares aveugles ! Personne ne sait ce qu’il m’en coûte de donner un coup de pinceau, d’élaborer une couleur, de modeler une expression. »

Peter Dempf, Le mystère Caravage, le cherche midi, 2021, p. 84.

Motivations initiales

Deuxième livre d’un auteur découvert dans le cadre de la TeamThriller du cherche midi. Après la plaisante découverte de Le mystère Jérôme Bosch, il est temps de voir ce que Peter Dempf nous a mijoté avec Le mystère Caravage

Synopsis

Rome 1606. Le Caravage, peintre rebelle, ne laisse personne indifférent – les uns l’adorent, les autres l’abhorrent -. Mais plus sa réputation croît, plus ses ennemis s’arment contre lui. Et sa vie dissolue, qui le voit s’enivrer dans les tavernes et fréquenter les prostituées, leur donnent des arguments.

De personnage de roman, il devient personnage de complot. Suivi, il est bientôt poursuivi. Et doit finalement fuir. Naples, Malte, le périple s’emballe. Fuir, fuit encore, fuir toujours. Mais qui sont ceux qui, dans l’ombre, tirent les ficelles ? Que veulent-ils exactement ?

Avis

J’avais trouvé le précédent livre de l’auteur vraiment intéressant parce qu’il permettait, pour des non spécialistes de Bosch, de découvrir ce peintre mystérieux. Ayant eu l’occasion de découvrir un peu Le Caravage dans le très beau La course à l’abime, de Dominique Fernandez, j’espérais poursuivre cette découverte avec Le mystère Caravage. Peut-être était-ce trop attendre.

Peter Dempf nous livre ici un livre ambitieux, dans lequel on retrouve, mêlées, les intrigues vaticanes, une vengeance,et, de toutes parts, mensonges et faux-semblants.

Concernant le contexte politique de l’époque, on retrouve sans surprise un membre des Borghese, sorti vainqueur des luttes – à fleuret pas toujours moucheté – entre le parti italien, le parti français et le parti espagnol, chacun luttant pour que son favori puisse occuper le trône de Saint-Pierre.

Mais, et c’est peut-être le fond de mes réticences, l’impression d’ensemble est d’abord que l’auteur, dans toute cette matière, n’a pas su, voulu, osé, choisir. Choisir un fil de trame, et utiliser le reste pour le décor. Non, là, tout semble mis presque sur le même plan. Et l’on se retrouve avec en quelque sorte un thriller – roman d’aventure – historique – dans le monde de la peinture. Le tout formant une sorte d’empilement de rebondissements – pour faire du thriller -, d’aventures – pour l’aventure – avec des références historiques et géo-politiques. Et que ces différents éléments – du moins c’est ainsi que je l’ai ressenti – ne se fondent pas dans un ensemble, au service de l’histoire, mais, au contraire, entrent en concurrence, se phagocytent les uns les autres. Du coup, je n’ai pas ressenti une cohérence, une ligne directrice, mais une accumulation.

Le deuxième point que je regrette – mais, là, c’est un choix de l’auteur -, c’est que Le Caravage n’est en réalité pas réellement un acteur de cette histoire. Il en est la toile de fond, mais jamais l’on n’accède à ses pensées, à ses idées. Parfois, lorsqu’il donne des leçons à ses élèves, il explique un petit peu sa démarche. Mais pour le reste, l’histoire est essentiellement extérieure à lui, vue par les yeux de Nerina, une de ses élèves. Forcément, moi qui espérait découvrir plus intimement ce personnage, je reste sur ma faim.

L’ensemble reste néanmoins plutôt agréable à lire, et beaucoup de lecteurs y trouveront une matière riche, y découvriront un peintre fascinant. Beaucoup auront beaucoup de plaisir à suivre le périple du peintre, poursuivi par de sombres personnages.

Pour en savoir plus

Retrouvez la présentation de ce livre sur le site de l’éditeur.

4 réflexions au sujet de “Le mystère Caravage”

  1. J’ai découvert en partie la vie de ce peintre grâce à un roman graphique de Milo Manara : Le Caravage – La palette et l’Epée et ta chronique m’a rappelé que je n’ai pas lu le tome 2…. et je vois qu’il est dispo à la bibliothèque. Donc je me contenterais de cette lecture car j’avais bien aimé le tome 1 🙂

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s