Drame, Roman noir

Les larmes noires sur la terre

« Alors voilà, Moe met les sacs dans la Peugeot, cale l’enfant sur le vieux velours quelques instants. Après, elle s’assied par terre, juste devant. Et elle se met à pleurer. Tout doucement ma fille, pour pas qu’on t’entende. Pour pas qu’on te voie. »

Sandrine Collette, Les larmes noires sur la terre, Le Livre de Poche, 2018, p.72.

Motivations initiales

Sandrine Collette est une de mes auteurs fétiches. J’ai adoré Des noeuds d’acier mais j’ai encore plus adoré notre rencontre aux Quais du polar 2017… On sent qu’elle est passionnée par son métier et qu’elle attache beaucoup d’importance aux rencontres avec ses admirateurs car elle prend vraiment le temps d’échanger et d’écouter notre ressenti sur ses ouvrages… Bref, ce roman noir me tentait alors j’ai cédé et il a rejoint ma PAL.

Synopsis

Moe est jeune, belle et amoureuse. Sur un coup de tête, elle décide de quitter son île et de rejoindre la France pour vivre avec Rodolphe. Malheureusement, ses rêves sont vite réduits en cendre… Rodolphe n’est pas un prince charmant mais un vieux bourru, alcoolique et violent.

Qu’importe, il faut bien vivre ! Alors Moe subit, sans rien dire, les coups, les humiliations et enchaîne les ménages chez les dames âgées du village. Son maigre échappatoire, c’est d’aller danser au bal du village et des villages voisins… Elle y rencontre un charmant garçon et, après des ébats délicieux, Moe se retrouve enceinte. Mais le géniteur, marié, ne veut surtout pas en entendre parler, il se contente d’acheter le silence de Moe.

Rodolphe, humilié, devient de plus en plus méchant et violent envers Moe et le nourrisson. Elle décide alors partir, son enfant sous le bras. Et dès lors commence une descente aux enfers pour survivre…

Moe rejoint « la casse », un endroit sordide où sont entassés dans des vieilles voitures ce que la société appelle « les gens à problème ». La casse est un lieu dangereux, où règne la violence et la misère. Moe comprend que pour survivre, il va falloir jouer des poings et surtout ne jamais quitter le groupe de femmes de son quartier, car elle pourrait y laisser sa vie ou pire son fils pourrait ne jamais grandir et connaître la liberté.

Avis

> L’avis de C

Ce que j’aime avec Sandrine Collette, c’est que lorsque l’on ouvre un de ses livres, on sait que ça va être noir, sans espoir et qu’on va côtoyer le temps d’une centaine de pages les pires rebuts de l’espèce humaine !

Ce livre est une sublime réussite ! Sincèrement, Sandrine Collette nous livre ici un roman noir certes mais pas uniquement : c’est en réalité un univers noir qu’elle nous offre, noir de crasse, noir de désespoir, noir de mauvais sentiments… Bref tout est réuni pour prendre une claque, une grosse claque…

J’ai vraiment eu du mal à saisir le sens de la couverture du roman : pourquoi une casse ? On peut comprendre qu’en lisant, cette casse, c’est le lieu où la société parque les gens à problème, c’est un véritable camp de rétention aux portes de la ville – comment ne pas  voir une coïncidence avec les camps de réfugiés dans lesquels nous entassons des pauvres gens… En continuant sur l’architecture du roman, j’ai vraiment aimé ces histoires dans l’histoire. On nous dévoile le destin de six femmes, six femmes brisées par la vie mais six femmes avec une envie et une force de vivre hallucinantes et déroutantes.

Ce que j’ai aimé dans ce livre, c’est que même si l’histoire est très noire, Sandrine Collette nous démontre avec brio que la solidarité, l’entraide et la fidélité peuvent nous aider à tenir et également à retrouver le chemin d’une vie normale.

J’avoue également que la surprise est au rendez-vous concernant la chute de l’histoire. Quand pendant plus de deux-cent cinquante pages, on côtoie la mort, la violence, la haine, la déshumanisation, on ne s’attend pas réellement à un happy end !

Bref, c’est noir, noir, noir mais c’est poignant-déroutant-détonnant même. Je vous le conseille car on prend une belle leçon de vie.

S. Collette

2 réflexions au sujet de “Les larmes noires sur la terre”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s