Drame, Roman, Roman noir, Thrillers

37 fois

« Il assaisonnera alors les petits légumes de vinaigrette citronnée. Puis il disposera quelques pousses de pois gourmands dans chaque assiette avant d’éparpiller le reste des éléments de manière faussement aléatoire. Quand Patrick compose une salade, il a toujours l’impression d’être Jackson Pollock laissant goutter son pinceau sur la toile. »

Christopher J. Yates, 37 fois, le cherche-midi éditeur, 2019, p. 53.

Motivations initiales

Lecture proposée dans le cadre de la Team Thriller du cherche-midi, c’était l’occasion de découvrir un nouvel auteur !

Synopsis

37 fois, on l’apprend dès le premier chapitre, c’est le nombre de fois où Matthew tire sur Hannah, avec un fusil à plombs, après l’avoir ligotée à un arbre. Patrick assiste à toute la scène, mais n’intervient pas. Hannah, d’abord laissée pour morte, perd finalement un œil.

Rien de semblait devoir amener les deux garçons à un tel geste. Ils adorent la nature, qu’ils découvrent avec le garde-chasse du lieu. Ils font du vélo, ils ont leur cachette secrète. Bref, tout semble normal, jusqu’au jour où…

En 2008, 28 ans plus tard, Hannah et Patrick sont mariés. Hannah est devenue journaliste judiciaire, Patrick, qui a perdu son travail, tient un blog consacré à la cuisine. Il n’a jamais dit à Hannah qu’il avait tout vu, sans agir, et il a peur qu’un jour elle l’apprenne. Il est également très en colère contre son ancien employeur.

Et puis Matthew réapparait. Quelles seront les conséquences ? Quels secrets cela va-t-il faire resurgir ?

Avis

> L’avis de T

Ce livre se lit bien. À chaque chapitre, on change de narrateur, mais on s’y retrouve très bien, aucun problème. On se doute dès le départ que l’histoire n’est pas aussi simple qu’il y parait, et qu’il faut s’attendre à des retournements de situation.

Le problème que j’ai, c’est qu’on reste à chaque fois au milieu du gué. Je n’ai pas suffisamment accroché aux personnages, alors que j’aurais adoré, à la fin du livre, pouvoir me dire « ah, mince, la manipulation a fonctionné, je le/la détestais alors qu’en fait c’était lui/elle la victime », ou, à l’inverse, « mon Dieu, comment ai-je pu le/la trouver sympathique ? ».

Mais l’ensemble reste assez clinique, trop froid, pas assez ancré dans le vivant. Du coup, je n’ai réellement adhéré à aucun des protagonistes, et du coup j’ai lu tout ce livre en restant en permanence « à distance ».

Vous l’aurez compris, je reste sur ma faim. J’aurais adorer aimer ce livre, mais il ne va pas suffisamment loin à mon goût, il n’exploite pas totalement les pistes qu’il ouvre, et l’on reste au milieu du gué. Dommage ! D’autant plus qu’il pourrait effectivement y avoir des messages forts – je n’en dis pas davantage pour ne pas spoiler.

IMG_1071

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s