Bandes dessinées, Historiques

Les Guerriers de Dieu – T.5 Le Massacre de la Saint-Barthélémy

Chronique de Les guerriers de Dieu – T.5 Le Massacre de la Saint-Barthélémy, de Philippe Richelle et Pierre Wachs.

« Manifestez le plus grand mépris pour tous les gentilshommes protestants qui, depuis quelques jours, infestent Paris… Élevez-vous contre la mésalliance entre la sœur du roi et Henri de Navarre… Dirigez votre haine contre ceux qui veulent la guerre avec le très catholique roi d’Espagne…. Ces hommes, ces hérétiques, ne méritent qu’une chose : la mort ! »

Philippe Richelle et Pierre Wachs, Les guerriers de Dieu – T.5 Le Massacre de la Saint-Barthélémy, Éditions Glénat, 2019, p. 30.

Motivations initiales

Hors de question de ne pas lire ce cinquième et dernier tome relatant l’affrontement entre catholiques et protestants au sein du royaume de France, mort dieu ! Cet album, je l’ai acheté le jour de sa sortie en août, en me disant que j’allais me jeter dessus mais… J’ai eu de nombreuses obligations lectures et l’album est passé à la trappe ! Alors hier soir après une journée éprouvante, je me suis dit que c’était un bon moyen de décompresser de le sortir de ma PAL !

Synopsis

Suite à la troisième guerre de religion, la paix de Saint-Germain est signée entre les chefs catholiques et protestants pour tenter de retrouver le calme au sein du royaume. Les deux clans savent que cette paix n’est que transitoire et que les combats idéologiques vont reprendre…

Alors que la reine-mère Catherine de Médicis tente, avec l’aide de son cadet – le futur Henri III -, d’éloigner le roi Charles IX de l’Amiral de Coligny – l’un des chefs du parti protestant – qu’il surnomme « mon père », la famille royale conclut une union entre la sœur du roi et le parpaillot Henri de Navarre dans le but d’amadouer les chefs du partis protestant.

Mais, à force de duperies, la reine-mère obtient du roi l’autorisation de « les tuez tous et qu’il n’en reste aucun pour le lui reprocher… ». Paris devient alors le théâtre de scènes de violences, à l’occasion desquelles les protestants se font massacrer. Les forces catholiques font preuves de barbarie, allant jusqu’à démembrer l’Amiral de Coligny, avant d’exposer son corps dans la ville…

Avis

> L’avis de C

Sans aucun doute, le meilleur tome de la série ! Quelle réussite ! Et pourtant ce n’était pas gagné, car le massacre de la Saint-Barthélémy est à la fois ultra-complexe dans sa chronologie et également très bref. Les auteurs avaient donc un sacré challenge à relever : ne pas égarer les lecteurs dans une multitude de détails, sans perdre le rythme des événements.

Dans ce volume, les auteurs ont réussi à rendre palpable la tension à travers les dessins et les dialogues entre les personnages… On sent monter la pression, on sait que l’irréparable va être commis, le lecteur ne peut respirer. On tourne les pages en se demandant ce qui nous attend et surtout on veut savoir la fin, on veut savoir si Denis Favre et Arnaud de Boissac vont eux aussi mourir sous les lames catholiques ou s’ils finiront par retrouver une vie – enfin – paisible.

Encore une fois, on ne peut que souligner la justesse des faits historiques qui nous sont relatés. Il n’y a aucune faille, aucune erreur ! Croyez-moi, lorsque l’on connait ces événements sur le bout des doigts, c’est vraiment appréciable de voir que les auteurs s’attellent à respecter les faits et à retranscrire une vérité historique !

Bref, si vous aimez l’histoire ou si vous avez envie de découvrir des événements sombres de notre histoire, je vous conseille cette série en cinq tomes qui est extrêmement bien faite !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s