Roman noir

Le sang des Belasko

Chronique de Le sang des Belasko, de Chrystel Duchamp.

« – Une explosion de violence indescriptible. Surgie de nulle part. Tout est allé très vite, capitaine, mais je me souviens du moindre détail. Les cris. Les pleurs. Le sang. Cette nuit, le respect et la fraternité ont volé en éclats. Quant à l’amour… Ah, l’amour ! J’ai prié pour son retour, mais il est mort sous mes yeux. »

Chrystel Duchamp, Le sang des Belasko, Éditions de l’Archipel, 2022, p. 125.

Motivations initiales

Nous avons la chance d’être, pour une année, partenaires des Éditions de l’Archipel. C’est donc l’occasion de découvrir de nouvelles plumes ou bien de retrouver celles que nous connaissons et aimons déjà.

Synopsis

Ils sont cinq frères et sœurs. Cinq frères et sœurs que la vie a éloigné. Ils ont tous des reproches à se faire, des comptes à régler. Leur père vient de mourir et ils honorent sa dernière volonté, se réunir tous ensemble dans la vaste bâtisse au cœur du domaine viticole de la famille.

Le père, un vigneron taiseux, leur a laissé une lettre. Une lettre dans laquelle un passage les interroge tous. Leur mère ne se serait pas suicidée, elle aurait été assassinée. Affabulation ou vérité ? La fratrie s’interroge et les reproches commencent à fuser.

Au cours de la nuit, le destin du clan des Belasko pourrait se sceller. Entre haine, violence, jalousie et mensonges, les cinq frères et sœurs vont se retrouver coupés du monde extérieur. Le temps de démêler toutes leurs histoires ?

Avis

J’ai découvert Chrystel Duchamp avec son thriller L’art du meurtre que j’avais dévoré. Je n’avais évidemment qu’une hâte : voir si ce huis clos familial allait confirmer l’un des talents de l’auteur, celui de balader son lecteur comme elle le souhaite jusqu’à la chute de son histoire…

Impossible de trop en dire sur ce huis clos, sinon je vais vous dévoiler l’histoire et je préfère vous allécher avec mon ressenti pour que vous vous précipitiez ensuite en librairie !

Dès les premières pages de ce roman noir, l’auteure pose le cadre. Celui de la jalousie, de la haine et des rancœurs dans une fratrie. Il faut avouer que la recette n’est pas compliquée mais diablement efficace… Au fil des pages, on sent la tension monter, on sait que le drame est juste là, mais on est incapable de dire lequel des frères et sœurs va, le premier, laisser sa rage exploser… C’est rythmé, intense et ça rend addict ! Vous ouvrez une page, vous pénétrez dans ce domaine viticole en Provence et vous n’en ressortez qu’à la dernière page, tout ça pour dire que j’ai dévoré l’histoire des Belasko en une soirée, c’est un vrai page turner. Pour les amateurs, équipez-vous d’un plaid, d’une tasse de thé, éteignez votre téléphone !

Encore une fois, les personnages sont particulièrement travaillés, ils ont tous une spécificité. Ici, on est servis, on comprend très vite que chacun dans la fratrie à un truc qui cloche ou traîne des casseroles derrière lui. Ils ont tous une identité propre, tous une utilité et ça c’est assez rare pour le souligner. Dans pas mal de livres, on est déçus car les personnages sont là uniquement pour faire de la figuration ou jouer un tout petit rôle mais pas chez Chrystel Duchamp !

J’ai deviné très rapidement la sortie de crise de cette nuit fatale pour le clan Belasko mais ça n’est pas gênant, parce que ce n’est pas le plus important dans cette histoire. Ce qui compte, c’est cette fameuse malédiction et la psychologie particulière et bien singulière de chacun de nos personnages.

Les rouages sont bien huilés, le suspense est présent, encore une fois Chrystel Duchamp fait fort et s’impose sur la scène française des thrillers/livres à suspense. Si vous cherchez une lecture simple mais efficace, Le sang des Belasko est ce qu’il vous faut !

Pour en savoir plus

Retrouvez la présentation de ce livre sur le site de l’éditeur.

2 réflexions au sujet de “Le sang des Belasko”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s