Roman

La muse ténébreuse de Charles Baudelaire

Chronique de La muse ténébreuse de Charles Baudelaire, de Raphaël Confiant.

« Je sais bien qu’il ment à faire pleurer le ciel et que tout ce qu’il désire à cet instant-là, c’est me dévêtir à la hâte et enfouir sa tête dans mon giron qu’il se met à laper fiévreusement. Mon Charles n’a pas d’heure ! Il a horreur de la routine, répète-t-il. »

Raphaël Confiant, La muse ténébreuse de Charles Baudelaire, Mercure de France, 2021, p. 98.

Motivation initiales

J’avais découvert Raphaël Confiant avec son précédent roman, Grand café Martinique, que j’avais dévoré et adoré. Alors, vous vous doutez bien que, lorsque j’ai eu vent de la sortie de son histoire sur Jeanne Duval et Charles Baudelaire, impossible de résister à la tentation, je l’ai acheté !

Synopsis

Identité multiple, origines inconnues, physique qui marque les esprits, Jeanne Duval fait partie de celles qui intriguent et que l’on ne peut oublier. Elle impose tant par sa force que par sa puissance et surtout, elle a l’habitude d’affronter les hommes et elle sait comment arriver à ses fins avec eux.

Dans ce bouillonnant XIXe siècle, Jeanne Duval rencontre les plus grands écrivains français dans les cafés parisiens mais ses yeux ne voient que Charles Baudelaire. 

La rencontre entre Jeanne Duval et Charles Baudelaire est explosive… Elle enchante la plume du poète autant qu’elle la plonge dans d’effroyables tourments. Une passion à la fois touchante et terriblement dérangeante.

Avis

Ô comme cette chronique va être incroyablement ardue à rédiger…

Raphaël Confiant revisite avec talent une des histoires d’amour les plus tumultueuses du XIXe siècle entre deux personnages romanesques, Jeanne Duval et le poète français Charles Baudelaire. Ici, le lecteur se retrouve plongé dans une histoire intime qui s’étale sur une quinzaine d’années, dans une histoire à la fois profondément dérangeante mais également extrêmement touchante !

À la hauteur de ces deux protagonistes, ce roman est exigeant. Il faut accepter de perdre ses repères, à la fois dans la narration – par moment, on ne sait plus si le « je » correspond à Jeanne ou à Charles – et dans la temporalité de l’histoire. On oscille en permanence entre des souvenirs rapportés par l’un ou l’autre, et des description du « présent » dans les cafés parisiens.

Tout était absolument réuni pour que la lecture soit inoubliable… L’écriture est tellement fluide et agréable, que l’on a l’impression d’être à leur côté, de côtoyer les grands écrivains du XIXe siècle, d’entendre la foule rire au théâtre. Raphaël Confiant est un vrai magicien qui sait captiver son lecteur, il n’y a aucune doute !

Je l’ai dit, tout était réuni et pourtant… pourtant, impossible de rentrer dans cette histoire. À aucun moment je n’ai réussi à accrocher, sans être capable pour autant de déterminer ce qui me bloquait. Pas le bon moment, pas le bon état d’esprit… allez savoir. Malgré toutes les qualités de ce livre, qui, à en lire certaines critiques, n’a aucun mal à séduire beaucoup d’entre vous, c’est, de mon côté, un flop.

Pour en savoir plus

Retrouvez la présentation de ce livre sur le site de l’éditeur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s