Drame, Prix littéraires, Roman

Chanson douce

« Aujourd’hui, elle est rentrée plus tôt. […]

Elle pensait les emmener au manège. Ils iraient ensemble faire les courses pour le dîner. Mila réclamerait un jouet, Adam sucerait un quignon de pain dans sa poussette.

Adam est mort. Mila va succomber. »

Leïla Slimani, Chanson douce, Éditions Gallimard, 2016, p. 15.

Motivations initiales

Lors d’une soirée, un ami a fait l’éloge de ce livre et pour me convaincre il m’a dit « tiens, lis simplement la première page et tu comprendras »… Après la lecture d’une quinzaine de lignes, je me suis dit « on ajoute ce livre à notre liste à lire, c’est obligatoire » !

Synopsis

Peut-on imaginer pire drame que la mort d’un enfant ? Surtout lorsque la meurtrière est Louise, la nounou choisie à l’issue d’une sélection stricte, au moment où Myriam décide, après avoir mis au monde deux enfants, décide de reprendre son activité d’avocate. Rapidement, Louise prend une place centrale dans la famille. Mais, pris par leurs métiers respectifs, les parents ne prennent pas le temps de découvrir qui elle est, ce qu’elle vit. Et ils ne voient pas la situation se tendre, jusqu’au dérapage…

Avis

>L’avis de C

Un titre doux mais une histoire macabre…

Les livres ayant obtenu le prix Goncourt, je m’en méfie un peu car j’ai eu quelques mauvaises expériences – je pense par exemple à L’ordre du jour -… Même si je ne doute pas des goûts littéraires de mon ami, j’ai entamé ce livre très perplexe tout en ne sachant pas à quoi m’attendre…

Dès les premiers mots, « le bébé est mort », on est plongé au cœur de l’horreur, on se retrouve rapidement propulsé au milieu de l’appartement familial, entouré par les enquêteurs et les membres de l’équipe médicale qui tentent de comprendre ce qui a bien pu se passer chez les Massé… La plume tranchante et chirurgicale de l’auteure fait que l’on a presque l’impression d’être physiquement sur les lieux du crime tellement c’est bien écrit !

Et même si on connait – et pour cause – les faits dès la première page, cela ne gâche en rien l’histoire. L’acte commis par la nourrice des enfants est en effet l’aboutissement d’un enchaînement de faits que l’on découvre par la suite.

Premiers bons points pour cette tragique histoire, vous l’aurez compris, le mystère et le suspens qui rôdent tout au long du livre. Mais l’auteure ne s’arrête pas là pour nous tenir en haleine, à l’aide de sa plume chirurgicale, elle fait en sorte de créer une atmosphère lourde, étouffante qui finit par nous envahir totalement !

J’ai également beaucoup aimé la façon dont Leïla Slimani travaille ses personnages. Par exemple, elle nous décrit Louise, la nourrice de manière touchante lorsqu’on l’imagine traîner désespéramment dans la rue une fois sa journée finie chez la famille Massé plutôt que de rentrer chez elle ; ou bien encore lorsqu’on voit cette nounou si attentionnée avec les deux enfants… Et puis, cette même femme si touchante, si attentionnée, si prévenante, va finalement se transformer en un personnage glaçant, qui nous fait même complétement flipper !!!

Mais ce qui résulte de cette lecture est sans aucun doute la réflexion profonde sur la question du travail et de la famille, comment concilier le tout, comment ne pas délaisser son foyer à cause de son ambition dévorante ?

Pour conclure, Chanson douce est un roman addictif – on ne peut pas le lâcher avant d’être arrivé à la dernière page -, un roman dérangeant qui nous entraine vers une longue réflexion sur nos vies…

IMG_0568

2 réflexions au sujet de “Chanson douce”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s