Essai, Psychologique, Témoignages

Où vont les fils ?

Chronique de Où vont les fils ?, de Olivier Frébourg.

« Dans mon enfance, le magasin où allait ma mère pour des cadeaux de naissance se trouvait dans le centre-ville à côté du magasin de jouets Le Dauphin et du cinéma Le Royal. Les trois ont disparu comme la librairie La Licorne. Les commerces sont désormais des parallélépipèdes métalliques, dans des zones périurbaines. Ce décentrage est aussi celui de ma génération. Nous sommes les enfants des ronds-points, tournant autour de la verticalité sans nous y accrocher. »

Olivier Frébourg, Où vont les fils ?, Mercure de France, 2019, p. 14.

Lire la suite « Où vont les fils ? »

Drame, Prix littéraires, Roman

Chanson douce

« Aujourd’hui, elle est rentrée plus tôt. […]

Elle pensait les emmener au manège. Ils iraient ensemble faire les courses pour le dîner. Mila réclamerait un jouet, Adam sucerait un quignon de pain dans sa poussette.

Adam est mort. Mila va succomber. »

Leïla Slimani, Chanson douce, Éditions Gallimard, 2016, p. 15.

Lire la suite « Chanson douce »

Drame, Prix littéraires

Le passage

« La porte une fois close, il est un instant cruel et redouté : spectateur impassible de la nudité d’autrui, le médecin doit se dévêtir à son tour et cet acte, plus encore que celui qui va suivre, l’épouvante et le rend maladroit ; mais la honte est bue, les gestes nécessaires sont accomplis ; et comme un vieux gymnaste aux jointures ankylosées, s’essayant maladroitement aux exercices de barre et de trapèze de sa jeunesse, le médecin se démène gauchement sur le divan d’un hôtel borgne. »

Jean Reverzy, Le passage, Les Éditions du Sonneur, 2014, p. 22-23.

Lire la suite « Le passage »

Aventures, Historiques, Roman

Cox ou la course du temps

« La correspondance, pourtant, ne tenait pas aux couleurs ou aux formes mais à son regard incomparablement expressif, à ses yeux : comment ils vous dévisageaient et comment une voile gonflée par le vent, la berge, l’étendue des champs qui les croisaient indolemment paraissaient se mirer en eux ; c’était à croire que cette femme n’aurait eu qu’à fermer les yeux pour que disparaissent toutes les images, tous les objets et créatures qu’ils reflétaient… Oui, c’était cela, ce devait avoir été cela : comme si ce regard était l’origine à laquelle renvoyait toute représentation en perspective du monde visible.« 

Christoph Ransmayr, Cox ou la course du temps, Albin Michel, 2017, p. 41.

Lire la suite « Cox ou la course du temps »