Roman, Témoignages

Girl

Chronique de Girl, de Edna O’Brien.

« – Je rentre à la maison, Rebeka, ai-je lâché, il le fallait.

– Ils te rejetteront… Ils te flanqueront dehors, dit-elle d’une voix laide et méchante. »

Edna O’Brien, Girl, Sabine Wespieser Éditeur, 2019, p. 161.

Motivations initiales

Un roman que je n’avais jamais aperçu dans mes librairies fétiches, heureusement que je l’ai reçu dans le cadre du Grand Prix des Lectrices Elle !

Synopsis

2014. Nigéria. Alors qu’elles sont dans l’enceinte de leur école, des jeunes filles sont surprises par des hommes armés qui leur crient de se lever et de les suivre immédiatement. Maryam et ses amies sont victimes d’un rapt par les hommes de Boko Haram. Elles sont alors emmenées dans un camp de djihadistes, loin de leur villages, de leur famille…

Le chef du camp commence alors sur Maryam et les autres filles, un endoctrinement et une conversion forcée à l’islam. Maryam quant à elle devient dès lors une esclave sexuelle pour les « vaillants » soldats de Boko Haram et va se retrouver marié de force à un combattant.

Par un heureux hasard, elle arrive à fuir avec sa fille, Babby. Mais comment ne pas être perçue comme une terroriste aux yeux des autorités nigérianes, comment se réadapter à un quotidien simple et sans violence quand on a subi une déshumanisation ? Et, surtout, comment ne pas se faire rejeter par les siens ?

Avis

> L’avis de C

Ce roman nous livre un précieux témoignage sur le calvaire qu’ont vécu les filles enlevées par Boko Haram. Bien que le personnage de Maryam soit inventé, les faits, quant à eux, sont malheureusement réels et véridiques…

Grâce à un solide travail de recherches et à des témoignages, l’auteur nous emmène dans un univers rempli de violence, terriblement noir. Il faut avoir le cœur bien accroché pour tourner les pages car on assiste à une véritable déshumanisation. C’est horrible, on accompagne ces filles dans leur descente aux enfers, dans leur quotidien sans espoir. Juste pour vous illustrer la violence de ce livre voici les première phrases de l’ouvrage :

«J’étais une fille autrefois, c’est fini. Je pue. Couverte de croûtes de sang, mon pagne en lambeaux. Mes entrailles, un bourbier. Emmenée en trombe à travers cette forêt que j’ai vue, cette première nuit d’effroi, quand mes amies et moi avons été arrachées à l’école…»

Ce livre ne relate pas uniquement les violences infligées par les djihadistes mais montre à l’aide du personnage de Maryam comment les survivant(e)s de Boko Haram sont vu(e)s comme des coupables et non des victimes. Car c’est une réalité, une fois la liberté retrouvée beaucoup sont rejetés voire soupçonnés d’être des infiltrés pour le compte de Boko Haram.

Il faut saluer le travail de l’auteure irlandaise qui, a quasiment quatre-vingt dix ans, donne la parole à ces mères, ces filles, ces femmes enlevées, violées, mutilées par la secte de Boko Haram. Pour moi, ce livre est un ouvrage qui doit être lu pour que nul n’ignore ce qui se déroule à quelques heures d’avion seulement de la France car nous ne sommes rien ni personne pour s’autoriser à prendre une vie.

Bref un livre que je vous conseille si vous avez les tripes bien accrochées…

2 réflexions au sujet de “Girl”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s