Policiers, Roman noir, Thrillers

Les anges de Babylone

Chronique de Les anges de Babylone, de Ghislain Gilberti.

« Tous les revendeurs du gang mis au tapis, à la même heure, la même nuit. Une frappe coordonnée, précise, sans pitié ; cette attaque a été aussi violente que rapide, le temps d’un battement de cils. Puis le calme est revenu, comme si rien ne s’était passé. »

Ghislain Gilberti, Les anges de Babylone, Cosmopolis, 2019, p. 91.

Motivations initiales

Nous avions eu l’occasion, en février dernier, de dire tout le bien que nous pensions de Sa majesté des ombres, un livre passé un peu trop sous les radars à notre goût. Et, naturellement, nous avions rapidement ajouté à notre PAL les deux tomes suivants… Il était temps de nous attaquer à ce deuxième tome !

Synopsis

On avait laissé quelques-uns de nos amis dans une situation assez fâcheuse. Et encore ne parle-t-on ici que de ceux qui ont survécu. La guerre des polices, ou quelque chose qui y ressemble assez furieusement, a offert à Borderline – le réseau fantôme – l’opportunité dont ils avaient besoin pour éviter le piège mis en place par Cécile Sanchez.

Quelques mois plus tard, quand ce deuxième tome s’ouvre, Borderline est en retrait, la place ainsi libérée a été occupée par un nouveau réseau. Frietblatt, qui a bénéficié de la situation médiatique pour éviter la mise à l’écart, se sent conforté. Cécile Sanchez a été écartée, mais elle continue à tapisser les murs de son salon avec toutes les informations qu’elle parvient à rassembler.

Mais le jour où Borderline décide de reprendre la main, il ne leur faut que quelques heures pour renverser la table. Dans leur style habituel – brutalité, organisation, précision -, on découvre les capacités tactiques et stratégiques de l’une des membres du réseau, Kabuki.

Faust Netchaïev, lui, est sur le point de sortir de prison. Et son séjour n’a pas contribué à atténuer la rage qui l’anime… Il a du temps à rattraper…

Avis

On pouvait se demander si – et comment – Ghislain Gilberti allait maintenir le rythme et le suspense au niveau du premier tome… eh bien autant le dire tout de suite, c’est réussi. Parfaitement réussi, même !

D’abord en nous réservant quelques surprises, des bonnes, des moins bonnes. Et en faisant entrer dans l’histoire de nouveaux personnages. C’est toujours aussi rythmé, toujours aussi efficace, et peut-être encore un petit peu plus pervers !

Avec Borderline, tout se paye comptant. Le droit à l’erreur, cela n’existe pas. Soit vous parvenez à les prendre en défaut, du premier coup, soit vous risquez fort de le payer cher et pour longtemps.

Et puis… et puis on découvre plus en détails ces odieux méchants, dont on découvre  – et c’est particulièrement appréciable – qu’ils sont humains. Déshumanisés, pour certains, mais humains. On en apprend également davantage sur la Voix, que l’on avait vu à l’œuvre dans le tome 1, mais sans s’y attarder. Enfin, on comprend que l’ambition de l’Hydre ne se limite pas aux activités criminelles que l’on connait déjà. Qui sont-ils vraiment, ces anges de Babylone ?

Cécile Sanchez fait également son retour sur le devant de la scène, et l’auteur prend visiblement un malin plaisir à la concasser, au point que l’on en vient à se demander si elle va résister.

La lecture se déroule en apnée. Mais la fin du tome ne marque pas le moment on l’on pourrait reprendre son souffle : il semble bien que nous ne respirerons de nouveau qu’à la fin de la trilogie !

Alors, si vous êtes disposés à vous entraîner à retenir votre respiration, si vous pouvez vous permettre quelques nuits blanches, et si vous n’êtes pas incommodés par le sang qui gicle – sur les murs, dans les caniveaux – et par les crânes qui explosent, ce livre est pour vous ! Mais attention : veillez à avoir le tome 3 à portée de main, pour pouvoir enchaîner !

Pour en savoir plus

Retrouvez la présentation de ce livre sur le site de l’éditeur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s