Bandes dessinées, Fable, Historiques, Humour

Le château des animaux – T.1 Miss Bengalore

Chronique de Le château des animaux – T.1 Miss Bengalore, de Félix Delep & Xavier Dorison.

« Mon devoir est de vous guider avec fermeté, discipline mais le cœur ouvert, et c’est pour cela que je vous pardonne, comme je pardonne à tous les animaux morts. Pour preuve, j’ai demandé aux chiens d’enlever leur dépouille pour leur donner une sépulture digne… Mais, même dans ma grande mansuétude, je me dois de condamner au poteau de la justice le chef démoniaque de cette tentative de coup d’état contre les animaux !! Un être vil et machiavélique ! »

Félix Delep & Xavier Dorison, Le château des animaux – T.1 Miss Bengalore, Casterman, 2019, p. 32.

Motivations initiales

La couverture ultra-sombre de cette BD a réussi à attirer mon regard. En feuilletant la BD, je me dis que le thème abordé n’est pas mal et que ça mérite de rejoindre ma PAL ! Mon libraire me confirme que cette BD est très très très bien et qu’elle est un peu un remake de La ferme des animaux d’Orwell – que j’ai adoré. Bref, ni une ni deux, je chipe l’ouvrage et je repars avec dans mon tote-bag !

Synopsis

Quelque part en France, dans un château déserté et oublié par les hommes, règne – d’un sabot de fer – l’étrange et terrifiant président Silvio sur la communauté d’animaux. L’imposant taureau, aidé par une milice de chiens, exploite jusqu’à l’épuisement le plus total les animaux pour « le bien de la communauté », comme il le prétend.

Mais le terrible dictateur commence à comprendre que les animaux peuvent se révolter et s’organiser pour chambouler son règne si tranquille… C’est ce que Miss Bengalore, mère craintive de deux adorables petits chatons, et César, un lapin qui vend ses charmes aux nombreuses femelles, vont tenter de faire. Ils vont s’unir et avec l’aide du rat Azélar, contrer l’injustice et la violence en prônant le rire et la désobéissance.

Avis

Un gros coup de cœur ! Même si certains vont dire que c’est pompé sur l’ouvrage de George Orwell, moi j’ai vraiment adoré et je prends plus cela comme un hommage des auteurs plutôt que comme une vulgaire copie !

Quelle joie de retrouver l’imagination de Xavier Dorison que j’avais découvert avec Le maître d’armes ! C’est également l’occasion de découvrir la griffe de Félix Delep qui signe ici sa première BD !

Et l’histoire alors ça donne quoi ? Ici, on a affaire à une véritable fable politique, qui met en lumière un pouvoir autoritaire mais également la liberté et l’espoir de voir naître une révolution… Le récit est très bien ficelé avec d’un côté les dominants, de l’autre les dominés. Les auteurs ont eu le bon goût d’y glisser des références historiques mais également culturelles, c’est très finement amené et très bien fait ! Le ton de ce premier tome est très noir et violent, d’ailleurs le lecteur n’est pas ménagé, la scène du massacre est poignante et révoltante…

Côté dessins, on ne peut que souligner le talent de Félix Delep. Déjà il faut reconnaitre la beauté de la cover, elle attire l’œil et il y a un véritable jeu de lumière. Que dire des planches intérieures ? Là aussi, on ne peut être que séduit, le dessinateur arrive à donner vie aux animaux, à refléter leur caractère et personnalité. L’utilisation des couleurs sombres et grisâtres est très maline, elle permet de donner quand il le faut un côté encore plus sordide dans certaines scènes… Bref, sur le plan visuel c’est très réussi !

Je pense que l’on tient là une série prometteuse et il me tarde d’avoir le second tome entre les mains !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s