Essai

Comment parler des livres que l’on n’a pas lus ?

Chronique de Comment parler des livres que l’on n’a pas lus ?, de Pierre Bayard.

« […] les chances de blesser un écrivain en parlant de son livre sont d’autant plus grandes qu’on l’a aimé. Au-delà en effet de motifs généraux de satisfaction qui peuvent donner le sentiment de coïncider, l’effort pour être plus précis dans l’énoncé des raisons qui nous ont poussé à l’apprécier a toute chance d’être démoralisant pour l’auteur, en le confrontant abruptement à ce qui est irréductible en l’autre, et donc irréductible en lui-même et dans les mots par lesquels il tente de se dire. »

Pierre Bayard, Comment parler des livres que l’on n’a pas lus ?, Les Éditions de Minuit, 2007, p. 93-94.

Lire la suite « Comment parler des livres que l’on n’a pas lus ? »
Théâtre

Dans la solitude des champs de coton

Chronique de Dans la solitude des champs de coton, de Bernard-Marie Koltès.

« Si ç’avait été de sentiment dont j’avais eu besoin, je vous l’aurais dit, je vous en aurais demandé le prix, et je l’aurais acquitté. Mais les sentiments ne s’échangent pas contre leurs semblables ; c’est un faux commerce avec de la fausse monnaie, un commerce de pauvre qui singe le commerce. Est-ce qu’on échange un sac de riz contre un sac de riz ? »

Bernard-Marie Koltès, Dans la solitude des champs de coton, Les Éditions de Minuit, 1986, p. 49-50.

Lire la suite « Dans la solitude des champs de coton »