Aventures, Bandes dessinées

Aristophania – T.3 La Source Aurore

Chronique de Aristophania – T.3 La Source Aurore, de Xavier Dorison & Joël Parnotte.

« Paracelse, Nicolas Flamel… Les plus grands alchimistes mettaient au moins dix ans à produire une simple fiole de calamyrh. Si j’en crois ce qu’a entrevu Victor, cette usine de la « montagne rouge » en a produit un lac entier en quelques mois… Avec une telle arme, le Roi banni ne fait pas que préparer la guerre…

… Il l’a déjà quasiment gagnée. »

Xavier Dorison & Joël Parnotte, Aristophania – T.3 La Source Aurore, Dargaud, 2020, p.9 

Lire la suite « Aristophania – T.3 La Source Aurore »
Drame, Policiers

Les protégés de Sainte Kinga

Chronique de Les protégés de Sainte Kinga, de Marc Voltenauer.

« Les croyances et les convictions étaient pour lui les principaux dangers qui guettaient l’humanité. Persuadé de détenir la vérité, chacun s’enlisait dans ses propres certitudes, renforçant ainsi sa propre ignorance. Hugo aimait bien la sentence socratique, « Tout ce que je sais, c’est que je ne sais rien ». Reconnaître son ignorance comme postulat de base était l’attitude nécessaire pour s’ouvrir à une quête du savoir intelligente et demeurer critique à l’égard de soi-même.

Pour Hugo, les membres du Bloc identitaire suisse illustraient à merveille le concept de savants ignorants qui pensaient tout savoir. Plus ils s’enfermaient dans leurs convictions, plus leur ignorance des choses de ce monde se renforçait. »

Marc Voltenauer, Les protégés de Sainte Kinga, Slatkine & Cie, 2020, p. 379.

Lire la suite « Les protégés de Sainte Kinga »
Aventures, Heroic fantasy, Médiéval fantasy

Les flots sombres

Chronique de Les flots sombres, de Thibaud Latil-Nicolas.

« – Je veux dire que ce soir, vos gars, ils auront mille occasions de déserter. Et pourtant, demain, ils seront tous là. Parce que ce sont des sales cons mais des sales cons fidèles entre eux. Et même si j’estime que nous allons nous faire casser la gueule dans les grandes largeurs, ça me travaillerait de rater la noce. Si je décide de me ranger et de vivre mieux, ça veut dire qu’un jour, je n’aurai plus la force de m’habiller tout seul. Je perdrai la vue, l’ouïe, je deviendrais un poids pour tout le monde et je finirai tristement, chiant sous moi, en crevant de froid et de faim. J’ai pas la force d’affronter ça. Un monstre marin ça me fait moins peur et puis…

– Et puis ?

– Si on arrive, par miracle, à se le payer, cette saleté de bestiole, y aura peut-être moyen de se faire un peu de pognon. »

Thibaud Latil-Nicolas, Les flots sombres, Les Éditions Mnemos, 2020, p. 182.

Lire la suite « Les flots sombres »
Bandes dessinées

Tanz !

Chronique de Tanz !, de Maurane Mazars.

« – J’adorerais faire un ballet sur des textes de Kerouac…

– Ah non ! On a bien vu ce que ça donnait la prose et la danse !

– Comment ça ?

– Non mais Kerouac, ce sont déjà des mots qui dansent… Ça serait redondant… Et puis regarde la comédie musicale, ce qui se passe quand on fait du figuratif… Kerouac, ça doit rester de la poésie. »

Maurane Mazars, Tanz !, Les Éditions du Lombard, 2020, p. 79.

Lire la suite « Tanz ! »

Aventures

Le Paris des Merveilles – T. 1 Les enchantements d’Ambremer

Chronique de Le Paris des Merveilles – T. 1 Les enchantements d’Ambremer, de Pierre Pevel.

« – Un sort produit un effet, souvent immédiat. Un enchantement, lui, modifie plus ou moins longtemps la nature d’un être ou d’un objet. Si je génère un souffle d’air pour fermer une porte, par exemple, je provoque un effet : c’est un sort. Mais si je change par magie la couleur d’un objet, ou si je le rends plus léger, je le modifie.

– C’est donc un enchantement.

– Voilà. Les sorts agissent sur le monde et les enchantements essayent de le changer. Et j’ajouterai que les enchantements les plus puissants le changent à jamais. »

Pierre Pevel, Le Paris des Merveilles – T. 1 Les enchantements d’Ambremer, Folio SF, 2019, p. 148.

Lire la suite « Le Paris des Merveilles – T. 1 Les enchantements d’Ambremer »

Drame, Psychologique, Roman

Presque génial

Chronique de Presque génial, de Benedict Wells.

« Nous les mères ne savions pas en principe de qui venait le sperme. Tous les donneurs, nous disait-on, étaient beaux, en bonne santé et athlétiques. Ils avaient des pseudonymes tels que Donor Brian ou Donor Michael, et nous disposions de vagues informations sur leur profession, leur QI et leurs centres d’intérêt. On n’en savait pas davantage. […] Mais Monroe avait un assistant, un type falot appelé Andy, qui était amoureux de moi. Il a dérobé le dossier de ton père dans le bureau de Monroe. Ton père était diplômé de Harvard, il jouait du violon et avait un QI de 170. »

Benedict Wells, Presque génial, Slatkine & Cie, 2020, p. 102.

Lire la suite « Presque génial »
Aventures, Bandes dessinées, Médiéval fantasy

Thorgal – T. 3 Les trois vieillards du pays d’Aran

Chronique de Thorgal – T. 3 Les trois vieillards du pays d’Aran, de Jean Van Hamme et Grzegorz Rosinski.

« Oh ! À part les loups, les ours, les sangliers, les pillards, les brigands et les tribus sauvages des montagnes, tu as parfaitement raison, nous sommes parfaitement en sécurité. »

Jean Van Hamme et Grzegorz Rosinski, Thorgal – T. 3 Les trois vieillards du pays d’Aran, Éditions du Lombard, 1981, p. 3.

Lire la suite « Thorgal – T. 3 Les trois vieillards du pays d’Aran »
Aventures, Roman, Westerns

Maktaaq

Chronique de Maktaaq, de Gildas Guyot.

« Trois ânes paisibles… si paisibles. Deux sont debout et veillent le troisième. Celui-ci est couché sur le flanc, en charpie. Il brille sous les rayons du soleil. Il n’en peut plus de déborder. Les ânes ne sont pas comme les tartines, ils ne tombent jamais côté confiture. De la croupe jusqu’à l’encolure tout est rouge et gluant, arraché. Dans la panique, il a traîné ses tripes sur trois pattes jusqu’à ce qu’il n’en ait plus la force. »

Gildas Guyot, Maktaaq, Éditions In8, 2020, p. 163.

Lire la suite « Maktaaq »
Aventures, Bandes dessinées, Policiers

New York Cannibals

Chronique de New York Cannibals, de Jerome Charyn (récit) et François Boucq (adaptation).

« – Pas besoin de vous faire un dessin, sergent, vous avez compris qu’on m’a mis dans l’obligation de relâcher Quinto et sa ribambelle de nymphettes.

– Après des mois à enquêter sur cet enfoiré, voilà comment on se le fait souffler. Il vous a donné les raisons, au moins ??

– Non, mais sans le savoir, on aurait marché sur les plates-bandes d’une opération en cours… Laquelle ? Il ne m’en a pas dit plus. Alors notre histoire de trafic de came, on peut joyeusement s’asseoir dessus ! »

Jerome Charyn et François Boucq, New York Cannibals, Les Éditions du Lombard, 2020, p. 49.

Lire la suite « New York Cannibals »
Ô grimoire en goguette

Ô Grimoire en goguette, acte 9

« J’écris beaucoup quand je n’écris pas. Je suis souvent absent, souvent ailleurs. »

Franck Bouysse

L’heure de la reprise des rencontres littéraires a enfin sonné ! Quelle joie de retrouver les copines et les maisons d’édition et surtout les auteurs qui nous racontent leur rapport à l’écriture et nous donnent quelques informations croustillantes sur eux ! Avec masque et gel hydroalcoolique, j’ai eu le privilège de rencontrer Franck Bouysse grâce au Livre de Poche.

Lire la suite « Ô Grimoire en goguette, acte 9 »