Aventures, Policiers, Théâtre

Arsène Lupin au théâtre

Chronique de Arsène Lupin au théâtre, de Maurice Leblanc.

« LUPIN. – Ah oui !… les richards, les bouffis, tu sais, dans leur luxe, quand on les allège d’un billet de banque, la gueule qu’ils font !… T’as bien vu le gros Gournay-Martin quand on l’a opéré de ses tapisseries… quelle agonie ! Il en râlait. Et le diadème ! Dans l’affolement déjà préparé à Charmerace, puis à Paris, dans l’affolement de Guerchard, le diadème, je n’ai eu qu’à le cueillir. Et la joie, la joie ineffable de faire enrager la police ! »

Maurice Leblanc, Arsène Lupin au théâtre, Éditions Archipoche, 2022, p. 143.

Lire la suite « Arsène Lupin au théâtre »
Aventures, Policiers

Les milliards d’Arsène Lupin

Chronique de Les milliards d’Arsène Lupin, de Maurice Leblanc.

« Sa stupeur fut profonde lorsque, le lendemain, dès son arrivée au journal, elle vit le tumulte des bureaux, l’agitation des salles de rédaction, et lorsqu’elle apprit que le patron avait été frappé d’un coup de couteau en plein cœur, dans une boutique de la place de la Liberté. »

Maurice Leblanc, Les milliards d’Arsène Lupin, Archipoche, 2021, p. 37.

Lire la suite « Les milliards d’Arsène Lupin »
Policiers, Aventures

Le triangle d’or

Chronique de Le triangle d’or, de Maurice Leblanc.

« Comme M. Desmalions ne cessait de le répéter, dix-huit cents sacs ne peuvent pas rester invisibles. Toute excavation laisse des traces. Il faut une issue pour y entrer et pour en sortir. Or le gazon des pelouses, comme le sable des allées, ne révélait aucun vestige de terre remuée fraîchement. Le lierre ? Les murailles de soutien ? Les terrasses ? Tout cela fut visité. Inutilement. »

Maurice Leblanc, Le triangle d’or, Éditions Archipoche, 2022, p. 151.

Lire la suite « Le triangle d’or »
Aventures, Policiers

L’aiguille creuse

Chronique de L’Aiguille creuse, de Maurice Leblanc.

« Enfin les deux hommes étaient dressés l’un contre l’autre. J’eus l’impression d’un choc, comme s’ils s’étaient empoignés à bras-le-corps. Une énergie subite enflammait Beautrelet. On eût dit qu’une étincelle avait allumé en lui des sentiments nouveaux, l’audace, l’amour-propre, la volupté de la lutte, l’ivresse du péril. »

Maurice Leblanc, L’Aiguille creuse, Le Livre de Poche, 54e édition, 2010 (première publication 1973), p. 88.

Lire la suite « L’aiguille creuse »