Aventures, Bandes dessinées, Policiers, Thrillers

Gil St André – T.2 La face cachée

Chronique de Gil St André – T.2 La face cachée, de Jean-Charles Kraehn

« En fait, Gil dut reprendre quelques bourbons pour tuer le temps et repousser plusieurs avances pour préserver sa vertu. La boîte était maintenant pleine et il semblait effectivement y avoir une sacrée ambiance dans la salle du bas. Gil fit des vœux pour qu’il n’ait pas besoin d’y suivre son client si celui-ci arrivait… »

Jean-Charles Kraehn, Gil St André – T.2 La face cachée, Éditions Glénat, 1998, p. 13.

Lire la suite « Gil St André – T.2 La face cachée »

Drame, Psychologique, Roman

Treize jours

« Il a fallu une heure pour me faire sortir de la remise. Michael et Glen et des amis de la famille avaient passé toute la nuit à me chercher. C’était Michael qui m’avait suivie, mais dans ma terreur je n’entendais que le commandant. Je suis restée pelotonnée dans ce recoin, à hurler, tandis que les hommes essayaient de m’approcher. C’était trop, se retrouver de nouveau dans une cage si petite, avec autant d’hommes regroupés autour de moi. Alors quelqu’un est allé chercher Lorraine. Elle a fait sortir les hommes et elle a fermé la porte. Nous n’étions plus que nous deux. Elle s’est agenouillée à côté de moi, elle a retiré mes bras d’au-dessus de ma tête. « Allons, allons », a-t-elle dit en détachant prudemment mes doigts de la cisaille. Elle m’a gentiment pris les mains. Elle m’a dit mon nom, et que j’avais un mari et un fils qui m’attendaient. Elle m’a dit que j’étais en sécurité et que j’étais aimée. Elle a répété ces choses encore et encore jusqu’à ce que je sois capable des les croire. »

Roxane Gay, Treize jours, Éditions Points, 2019, p. 356.

Lire la suite « Treize jours »

Aventures, Thrillers

Mission Buthacus

« Bayo n’avait pas peur. Il était tourmenté par une seule chose : il allait faire quelque chose de malhonnête. Il cherchait toutes les raisons possibles pour excuser son forfait. Obi, lui, avait dit plusieurs fois que les marins ne s’apercevraient de leur présence. Il suffisait d’accoster le navire pendant la nuit, d’ouvrir un conteneur, de se servir, puis de repartir aussitôt. Ils resteraient à peine cinq minutes sur le pont. »

François Morizur, Mission Buthacus, Éditions Pierre de Taillac, 2016, p. 89.

Lire la suite « Mission Buthacus »