Jeunesses, Livres jeunesses

Peut-on faire confiance à un crocodile affamé ?

Chronique de Peut-on faire confiance à un crocodile affamé ?, de Didier Lévy & Coralie Gallibour.

« Aide-moi, Crapaud. Aide-moi à retourner en Afrique supplie le fugitif. Je ne veux pas finir ma vie au zoo. »

Didier Lévy & Coralie Gallibour, Peut-on faire confiance à un crocodile affamé ?, Albin Michel jeunesse, 2014, p. 12-13.

Lire la suite « Peut-on faire confiance à un crocodile affamé ? »
Aventures, Drame, Roman noir

Marchands de mort subite

Chronique de Marchands de mort subite, de Max Izambard.

« – Monsieur le consul, entendez-vous ce que je suis en train de vous dire ?

– Parfaitement, madame l’ambassadrice, je… je dois dire que je suis surpris, effaré même, oui c’est le mot juste, de constater que cette disparition a déjà fuité dans la presse. J’attendais votre retour pour vous en informer. C’est que, vous étiez en déplacement… cette conférence à Nairobi… vraiment compliqué de vous joindre…

– Arrêtez vos inepties. Vous avez entendu parler du téléphone ? Graham Bell, 1876. Très pratique. Vous devriez essayer. »

Max Izambard, Marchands de mort subite, Éditions du Rouergue, 2021, p. 86.

Lire la suite « Marchands de mort subite »
Aventures, Bandes dessinées

Tramp – T. 5 La route de Pointe-Noire

Chronique de Tramp – T. 5 La route de Pointe-Noire, de Jean-Charles Kraehn et Patrick Jusseaume.

« Depuis trois jours, Calec découvrait l’art difficile de la palabre à l’africaine. Malgré les « cadeaux », les promesses de salaire plus important et l’intervention de l’agent de la compagnie qui avait fait le déplacement jusqu’à Tabou, les Kroumen n’en démordaient pas : ils ne voulaient pas embarquer sur le bateau « pas bon ». »

Jean-Charles Kraehn, Patrick Jusseaume, Tramp – T.5 La route de Pointe-Noire, Dargaud Éditeurs, 2001, p. 13.

Lire la suite « Tramp – T. 5 La route de Pointe-Noire »
Biographies & autobiographies, Drame, Prix littéraires, Roman

Bakhita

« Il y a des corps démembrés, brûlés, agonissant et gémissant dans de grandes flaques de sang. Il y a des chèvres errantes, des chiens qui pleurent et des oiseaux muets. Il y a des cases défoncées et des fourches à esclaves brisées, qui signent le passage des razzieurs. Le feu court encore de point en point. Il est la signature des négriers. »

Véronique Olmi, Bakhita, Albin Michel, 2017, p. 21.

Lire la suite « Bakhita »