Bandes dessinées, Historiques

Fouché – T. 3 L’homme d’État

Chronique de Fouché – T. 3 L’homme d’État, de Nicolas Juncker et Patrick Mallet.

« Je ne sais pas ce qui me chagrine le plus, Maillocheau… Que l’Empire s’effondre dans le plus grand des fracas jamais entendus… ou que je n’y sois strictement pour rien. »

Nicolas Juncker, Patrick Mallet, Fouché – T. 3 L’homme d’État, Éditions Les Arènes, 2019, p. 42-43. Lire la suite « Fouché – T. 3 L’homme d’État »

Biographies & autobiographies, Espionnage, Historiques, Témoignages

Mémoires de Guerre – T.1 L’Appel 1940-1942

«Malgré tout, je suis convaincu qu’en d’autres temps, le maréchal Pétain n’aurait pas consenti à revêtir la pourpre de l’abandon national. Je suis sûr, en tout cas, qu’aussi longtemps qu’il fut lui-même il eût repris la route de la guerre dès qu’il put voir qu’il s’était trompé, que la victoire demeurait possible, que la France y aurait sa part. Mais hélas ! Les années par-dessous l’enveloppe avaient rongé son caractère. L’âge le livrait aux manœuvres de gens habiles à se couvrir de sa majestueuse lassitude. La vieillesse est un naufrage. Pour que rien ne nous fût épargné, la vieillesse du maréchal Pétain allait s’identifier avec le naufrage de la France.»

Charles de Gaulle, Mémoires de Guerre – T.1 L’Appel 1940-1942, Le Livre de Poche Historique, PLON 1954, p. 79.

Lire la suite « Mémoires de Guerre – T.1 L’Appel 1940-1942 »

Aventures, Espionnage, Thrillers

La bombe d’Alger

« Amzou s’activa, il fallait faire les deux autres chambres. Il fut tenté de passer par la porte intérieure dont il avait aussi le passe, mais son expérience l’en empêcha. Peut-être que l’homme qui l’occupait était revenu. Il sortit, faisant mine d’être un employé de ménage. Quelqu’un montait l’escalier. Amzou s’avança vers l’escalier et l’aperçut : c’était lui, l’homme de la chambre. »

Marc Bowman, La bombe d’Alger, Éditions Pierre de Taillac, 2018, p. 118.

Lire la suite « La bombe d’Alger »

Espionnage, Thrillers

Djihad à Paris

« Parler de faisceaux d’indices mis bout à bout était un crime contre l’esprit du renseignement. On n’en déduisait que des suppositions, et les suppositions ne menaient qu’aux grandes catastrophes. L’intuition d’un analyste provoquait souvent plus de dégâts que l’adversaire n’envisageait d’en faire. »

Marc Bowman, Djihad à Paris, Éditions Pierre de Taillac, 2016, p. 39.

Lire la suite « Djihad à Paris »