Bandes dessinées, Fable, Historiques, Humour

Le château des animaux – T.1 Miss Bengalore

Chronique de Le château des animaux – T.1 Miss Bengalore, de Félix Delep & Xavier Dorison.

« Mon devoir est de vous guider avec fermeté, discipline mais le cœur ouvert, et c’est pour cela que je vous pardonne, comme je pardonne à tous les animaux morts. Pour preuve, j’ai demandé aux chiens d’enlever leur dépouille pour leur donner une sépulture digne… Mais, même dans ma grande mansuétude, je me dois de condamner au poteau de la justice le chef démoniaque de cette tentative de coup d’état contre les animaux !! Un être vil et machiavélique ! »

Félix Delep & Xavier Dorison, Le château des animaux – T.1 Miss Bengalore, Casterman, 2019, p. 32.

Lire la suite « Le château des animaux – T.1 Miss Bengalore »

Aventures, Bandes dessinées, Fantastiques, Historiques

Les Sans-Visages

Chronique de Les Sans-Visages de Kas & Dubois.

« Nous ne sommes pas venus en ces lieux de paix et d’abondance pour répandre le mal… Ni apporter la mort… Mais pour vous défendre. Nous sommes des soldats… Et pour préserver cette paix, protéger votre famille, vos foyers, il vous faut des soldats qui savent se battre, dont c’est le métier… »

Kas & Dubois, Les Sans-Visages, Les Éditions du Lombard, 2019, p. 28.

Lire la suite « Les Sans-Visages »

Biographies & autobiographies, Historiques, Roman

Le Ghetto intérieur

Chronique de Le Ghetto intérieur, de Santiago H. Amigorena.

« En 1941, être juif était devenu, grâce à ceux qui cherchaient à les exterminer, la condition fondamentale de millions de personnes qui, comme Vicente, n’avaient jamais accordé une grande importance à cette caractérisation, à cette appartenance mi-religieuse, mi-ethnique, et trois quarts n’importe quoi. »

Santiago H. Amigorena, Le Ghetto intérieur, P.O.L, 2019, p. 72.

Lire la suite « Le Ghetto intérieur »

Essai, Historiques, Non classé

Des hommes justes

Chronique de Des hommes justes, d’Ivan Jablonka.

« On peut expliquer le féminisme des hommes par l’amour, l’empathie, l’intérêt, l’utilité ou la stratégie, mais cela n’en retire pas la quête de justice. Il n’y a donc aucune raison pour qu’on excepte un dernier motif : le respect des droits humains. Le fait de mutiler les femmes, de les laisser dans l’ignorance, de les assujettir à un mari ou de les priver du droit de vote est tout simplement injuste et immoral. Le féminisme est une éthique. »

Ivan Jablonka, Des hommes justes, Éditions du Seuil, 2019, p.167.

Lire la suite « Des hommes justes »

Drame, Roman

Opus 77

Chronique de Opus 77, d’Alexis Ragougneau.

« Le violon, vaincu, épuisé, est laissé seul à macérer. D’abotd il bouge à peine. Il ne peut que reprendre timidement le thème intimé par les basses. Cette fois c’est bien fini pour lui, c’est du moins ce qu’il laisse à penser. Or la vie revient progressivement, sans que l’on sache quel fol espoir la lui a insufflée. Le violon solo finit par se relever, dégoulinant, hagard, et fixe l’orchestre faisant office de bourreau bien en face. Et pendant les cinq interminables minutes que dure la Cadence, il va se ruer à l’assaut, percutant la glace froide et transparente du silence, la couvrant de son sang, choc après choc, tentative après tentative, jusqu’à sombrer dans la folie de celui qui n’a pas d’autre porte de sortie. »

Alexis Ragougneau, Opus 77, Éditions Viviane Hamy, 2019, p. 103-104.

Lire la suite « Opus 77 »

Policiers, Roman noir, Thrillers

Le couteau

Chronique de Le couteau, de Jo Nesbo.

« Quand nous nous sommes couchés ce soir-là, Rakel s’est collée contre moi et m’a dit qu’elle m’aimait, et que notre amour était comme ce système racinaire. Les arbres pouvaient pourrir, la foudre pouvait s’abattre sur eux, nous pouvions nous disputer, je pouvais me remettre à boire, mais ce qui était sous la terre, ni nous ni quiconque ne pouvait y toucher, ce serait toujours là et il y aurait toujours un nouvel arbre qui pousserait. »

Jo Nesbo, Le couteau, Éditions Gallimard, 2019, p. 343.

Lire la suite « Le couteau »

Prix littéraires, Roman

Le bal des folles

Chronique du Bal des folles, de Victoria Mas .

« En dehors des murs de la Salpêtrière, dans les salons et les cafés, on imagine ce à quoi peut bien ressembler le service de Charcot, dit le « service des hystériques ». On se représente des femmes nues qui courent dans les couloirs, se cognent le front contre le carrelage, écartent les jambes pour accueillir un amant imaginaire, hurlent à gorge déployée de l’aube au coucher. »

Victoria Mas, Le bal des folles, Albin Michel, 2019, p. 14.

Lire la suite « Le bal des folles »

Policiers

Le crime de l’Orient-Express

Chronique de Le crime de l’Orient-Express, de Agatha Christie.

« […] il semblerait que l’on pût affirmer que le crime a été commis à 1h15. La montre du mort arrêtée à cette heure-là et le témoignage de Mrs. Hubbard le prouvent. Je parierais que le meurtrier est ce grand Italien qui vient d’Amérique… de Chicago. Souvenez-vous que l’Italien se sert de préférence d’un couteau et ne se contente pas de frapper une seule fois. »

Agatha Christie, Le crime de l’Orient-Express, Le Livre de Poche, 2019, p. 91.

Lire la suite « Le crime de l’Orient-Express »

Drame, Prix littéraires, Roman

Un mariage américain

Chronique de Un mariage américain, de Tayari Jones.

« – Je n’ai pas fait ce dont on m’a accusé.

– Je le sais. Personne ici ne pense que tu es coupable. Tu était juste le type de la mauvaise couleur au mauvais endroit au mauvais moment. On ne peut pas faire confiance à la police. C’est pour ça qu’il y a tant des nôtres derrière les barreaux. »

Tayari Jones, Un mariage américain, Éditions Plon, 2019, p. 228.

Lire la suite « Un mariage américain »

Bandes dessinées, Historiques

Voltaire très amoureux

Chronique de Voltaire très amoureux, de Clément Oubrerie.

« – Vous êtes une sainte.

– Hmmm…, sur vos lèvres, cher Voltaire, est-ce vraiment un compliment ? Vos lèvres… qui ont formulé tant de brillantes saillies… Tant de vers bouleversants… Vos lèvres… »

Clément Oubrerie, Voltaire très amoureux, 2019, Les Arènes, p. 66.

Lire la suite « Voltaire très amoureux »