Drame, Roman

Le triomphe de Thomas Zins

« … il n’envisage pas de vivre plus longtemps sans posséder la fameuse pièce d’identité qui autorise un adulte à s’asseoir au volant d’un véhicule automobile, puis à tourner la clé de contact pour démarrer le moteur avant de desserrer le frein à main, d’appuyer sur la pédale de débrayage, d’enclencher la première vitesse, puis d’exercer une légère pression du pied droit sur l’accélérateur tandis que du gauche on embraye, série d’opérations grâce à quoi l’on conduit sur la route une voiture d’un point à un autre… »

Matthieu Jung, Le triomphe de Thomas Zins, Éditions Points, 2018, p. 807.

Lire la suite « Le triomphe de Thomas Zins »

Drame, Roman, Roman noir

Je me suis tue

« Je l’ai vue défiler devant moi, cette vie, et je l’ai refusée. Pierre était dans mes bras et déjà je ne le supportais plus. J’avais perdu tout espoir, l’humanité m’avait quittée, j’étais dans une impasse, je me débattais et il fallait que j’en sorte. À toute force. À tout prix. Il fallait que cela cesse. »

Mathieu Menegaux, Je me suis tue, Éditions Points, 2017, p. 98.

Lire la suite « Je me suis tue »
Drame, Roman

Les pleureuses

« Au final, qu’est-ce qu’une relation, sinon deux personnes, et entre ces deux personnes un espace de surprises, de malentendus, de choses inexpliquées. Une autre façon de le formuler serait peut-être de dire qu’il y aura toujours de la place entre deux personnes pour un imaginaire voué à l’échec. »

Katie Kitamura, Les pleureuses, Éditions Points, 2018, p. 59.

Lire la suite « Les pleureuses »

Drame, Roman

Le malheur du bas

« J’ai été violée. Tu n’as rien vu. Prise par tous les trous, du sexe au cul, du cul à la bouche, sur le siège d’une voiture pendant que tu mangeais et que tu buvais tranquillement avec ton patron au restaurant. […] Tu as continué à détruire mon corps, à le fourrer avec ton gros sexe et tes doigts. Thomas n’est pas ton fils. Il n’est que le fruit de mon agression. »

Inès Bayard, Le malheur du bas, Éditions Albin Michel, 2018, p.164.

Lire la suite « Le malheur du bas »