Classique, Romance

Manon Lescaut

Chronique de Manon Lescaut, de Abbé Prévost.

« Je ne regrettais point l’Europe. Au contraire plus nous avancions vers l’Amérique, plus je sentais mon cœur s’élargir, et devenir tranquille ; si j’eusse pu m’assurer de n’y manquer des nécessités absolues de la vie, j’aurais remercié la Fortune d’avoir donné un tour si favorable à nos malheurs. »

Abbé Prévost, Manon Lescaut, Folio Classique, 1994, p.199.  

Motivations initiales

Une virée chez Boulinier, c’est l’occasion de faire le plein de livres classiques que je n’ai jamais lus, sans que mon banquier fasse une crise cardiaque à cause du montant de mes achats !

Synopsis

Être prêt à tout par amour, c’est bien ce qu’incarne le jeune chevalier des Grieux, promis à une carrière militaire et ecclésiastique au sein des Chevaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem, à Malte.

Mais cette destinée, c’était avant… Avant qu’il ne rencontre la sublime Manon Lescaut qui bouleversera sa vie. Elle n’est pas noble, elle n’a pas été élevée selon les critères de moralité de son milieu à lui, tout les oppose. Ils viennent vraiment de deux milieux totalement différents qui ne peuvent se mélanger.

Dans un XVIIIème siècle caractérisé par une bienséance hypocrite et traversé d’intrigues incessantes, les deux jeunes gens vont tout faire pour essayer de vivre en paix, alors que leur amour impossible les entraîne aux quatre coins de la France et du Nouveau Monde.

Avis

À mon sens, ce livre est un ouvrage que tous les jeunes amoureux devraient lire avant de se jeter à corps perdus dans une histoire d’amour afin de ne pas tomber dans divers excès !  Allez, avouons-le, nous avons tous une fois ou deux fait n’importe quoi pour celui ou celle qui avait su conquérir notre cœur, n’est-ce pas ?

L’abbé Prévost met en évidence le fait que l’amour peut être extrêmement pervers et malsain. Pas besoin d’être un(e) incorrigible romantique pour que cela fasse un petit peu peur !

En revanche, ce roman est profondément de son époque. Écrit dans les années 1750, il pointe du doigt la femme, qui est ici désignée et décrite comme une vile tentatrice, vénale, qui profite des faiblesses des hommes – ici, Manon profite de la naïveté du chevalier. Au XVIIIème siècle, les mentalités sur le sexe féminin ont en effet encore bien peu évolué, elles véhiculent toujours les grands clichés issus du Moyen Age ou bien de l’époque Moderne… Bref Manon Lescaut, sous la plume de l’Abbé Prévost, est une fille facile, une intrigante, qui prend dans ses filets le pauvre chevalier qui, lui, est prêt à tout pour vivre son amour, jusqu’aux sacrifices les plus fous. Cela semble évidemment bien « simpliste », mais n’oublions pas que de nombreux combats féministes ont eu lieu depuis… et, finalement, il est plutôt rassurant de constater que certaines choses considérées comme normale à l’époque paraissent désormais totalement inadéquates !

Malgré tout, cette lecture reste une belle romance qui peut encore faire rêver !

IMG_5636

4 réflexions au sujet de “Manon Lescaut”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s