Jeunesses, Livres jeunesses

Un putois épatant

Chronique de Un putois épatant, d’Adrien Poissier.

« Cependant la nature est complexe et le putois était également un véritable artiste. Il avait une truffe si affutée qu’il pouvait sentir les odeurs comme on écoute des notes de musique. Il percevait chaque degré d’un effluve, le plus subtil soit-il, avec une précision redoutable. Ce don, Jonathan l’utilisait chaque jour et il travaillait sans relâche à la recette de son parfum si particulier l’Empestante. »

Adrien Poissier, Un putois épatant, École des loisirs, 2020, p. 9.

Motivations initiales

Quand j’ai vu ce titre, j’ai directement pensé à notre rendez-vous hebdomadaire du mercredi… Impossible de résister à ce putois épatant, bref comme d’habitude, j’ai été faible et ce livre a rejoint nos étagères.

Synopsis

Jonathan est un putois, et comme tout putois qui se respecte, il sent très fort, il a très mauvaise haleine et le poil gras. Beurk !

Mais Jonathan a également un don, celui d’avoir un nez très affuté et de reconnaître toutes les odeurs. Il a créé un parfum sur mesure et il compte bien le présenter au concours international annuel de parfumerie, mais les organisateurs ne veulent pas d’un animal dans son genre à ce concours.

Le putois va se heurter à plus fort que lui mais il ne lâchera pas l’affaire si facilement !

Avis

Une lecture bien sympathique et toute douce ! N’allez pas croire que j’aime l’odeur d’un putois ! J’ai trouvé l’histoire tout mignonne, drôle et même touchante.

Touchante, car cette histoire nous renvoie à la ségrégation, à la mise au ban de ceux qui ne sont et ne pensent pas comme nous, bref le dénouement de cette histoire sent bon la tolérance et, par les temps qui courent, c’est une valeur non négligeable !

Ce que j’ai particulièrement aimé également c’est la façon dont l’auteur tente de mettre en valeur l’odorat, par diverses méthodes. Il indique à ses petits lecteurs que c’est un sens primordial et que l’on doit le travailler, l’affûter et s’en servir ! J’ai beaucoup aimé les scènes de fabrication du parfum l’Empestante, on a l’impression que notre putois épatant est un chimiste dans un laboratoire du CNRS !

Enfin, ce qui m’a particulièrement touché, c’est sans nul doute les illustrations, on a l’impression qu’il s’agit de dessins d’enfants réalisés aux crayons de couleur, et je trouve que ça donne plus de profondeur, de relief à l’histoire et un côté ludique loin du côté lisse et parfait de certains albums.

Ce livre est un synonyme du mot câlin, un moment apaisant dans le quotidien qui peut être si tumultueux et qui fera sourire les petits et les grands.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s