Biographies & autobiographies, Essai, Historiques

19 femmes

Chronique de 19 femmes, de Samar Yazbek.

« Ces récits invitent à réfléchir sur les deux figures irrémédiablement liées du bourreau et de la victime, ils permettent aussi de penser ce qui doit fonder la mémoire collective. Selon moi, ils constituent des repères pour comprendre la complexité de la tragédie syrienne. »

Samar Yazbek, 19 femmes, Éditions Stock, 2019, p. 19.

Motivations initiales

J’ai reçu cet essai dans le cadre du Grand Prix des Lectrices ELLE. Il traite d’un sujet particulièrement dur et je sentais que l’ouvrage allait me plaire…

Synopsis

Samar Yazbek est une journaliste syrienne qui fait parler 19 femmes, âgées de 20 à 77 ans. Toutes ces femmes ont un point commun, elles sont issues de la classe moyenneet ont toutes été, à un moment donné de leur vie, victimes du pouvoir syrien. Elles accompagnent la révolution.

Prises en étau entre différents dangers –  les bombes par exemple – ces femmes vont finir par entrer en lutte contre leur propre camp… Toutes ces femmes rêvaient juste d’un tout petit peu de liberté.

Avis

Depuis plusieurs années, Samar Yazbek témoigne de la situation des femmes en Syrie avant 2011 et au moments des soulèvements. Elle rappelle que les femmes syriennes ont été très tôt impliquées dans la vie politique – elles ont eu le droit de vote à la fin des années 40 – et étaient plus nombreuses que les hommes au début du mouvement de protestation… Et puis tout a basculé et il a été évident pour l’auteur de rendre la parole à ces femmes, de les laisser résister encore, de leur redonner de l’espoir…

Cet essai regroupe les portraits de 19 syriennes qui font preuve d’une détermination incroyable, qui force notre respect. Ces 19 femmes nous racontent l’horreur, l’immensité des dégâts, elles nous montrent également jusqu’où peut aller la folie humaine… C’est poignant mais c’est également terrifiant… Terrifiant parce que cela se passe aux portes de l’Europe et que la plupart des gens ferments les yeux, mettent des œillères et ne se sentent pas concernés par le chaos qui règne en Syrie.

Malgré tout en refermant ce livre, bien qu’abrutis par cette violence aveugle, on sent que l’auteur a voulu insuffler à toutes les pages de cet essai un mot, un seul mot : liberté.

Ce livre aura sans aucun doute un impact mémoriel important. Il est un véritable ouvrage de transmission, un ouvrage qui doit marquer les mémoires, un ouvrage qui doit être connu des générations futures…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s